À propos de la cathédrale de Cordoue…

Source : Wikimedia

En 572, les Wisigoths devenus maîtres de la ville de Cordoue décident d’y bâtir une église, dédiée à Saint Vincent, qui devint rapidement la plus importante de la ville, son siège épiscopal puis un monastère. Puis, au VIIIe siècle les mahométans prirent la ville et décidèrent d’ériger une mosquée, d’abord sur la moitié de l’église, puis enfin sur sa totalité, en détruisant l’ancienne construction. En 1236, la ville fut reprise et la mosquée redevint une église, puis une cathédrale, au prix de quelques modifications architecturales. Au XVe, une nef gothique fut construite, puis agrandie et transformée au XVIe siècle.

C’est cette histoire tumultueuse qui croit pouvoir permettre à certains de renommer la cathédrale en mosquée-cathédrale, voire même de la partager avec les musulmans comme la demande en fut faite — heureusement en vain — en 2010 à l’évêque de Cordoue, propriétaire de l’édifice depuis 2006. Ainsi Kamel Mejelef, le président de l’association des musulmans de Cordoue, a récemment affirmé, à propos du refus de l’évêché de changer le nom de l’édifice : « La tentative de changement de l’histoire du bâtiment nous blesse, tenter d’effacer l’appellation mosquée (…). Les gens lorsqu’ils viennent à Cordoue, viennent voir la mosquée, pas la cathédrale. ».

La réponse du diocèse ne s’est pas faite attendre : « L’Église a géré [la cathédrale] pendant huit siècles en prenant soin de son architecture alors que les musulmans avaient, eux, détruit la basilique originale ».

En outre, il pourrait sembler intéressait de rappeler que des chrétiens ont participé à la construction de la mosquéeet que la partie mosquée du monument n’est donc pas le seul fruit du travail des musulmans de l’époque. Ainsi, le chroniqueur arabe Ibn Idhari rapporte par exemple (Histoire de l’Afrique et de l’Espagne, intitulée Al-Bayano’l-Mogrib, trad. E. Fagnan, 1904, tome II) :

« En-Nâçir leur payait chaque pièce de marbre trois dinars, chaque colonne huit dinars sidjilmassi ; or la construction absorba 4313 colonnes, dont 1013 provenant d’Ifrikiyya, et 140 envoyées par le roi des chrétiens (melik er-roûm), le reste fut tiré de l’Espagne même. Quant au magnifique bassin sculpté et orné d’images dorées, dont la valeur est inestimable, il fut amené de Constantinople par l’évêque Rebi’W, qui le traîna d’un lieu à un autre jusqu’au bord de la mer. En-Nâçir le plaça dans la chambre de repos du salon oriental connu sous le nom de Mou’nes. » [page 382]

(…)

« En djomâda II (juin 965) fut achevée la coupole dominant le mihrâb, travail qui faisait partie des agrandissements de la mosquée.

On commença les incrustations de mosaïque de cet édifice. El-Hakam avait écrit au roi des Roûm à ce sujet et lui avait ordonné (sic) de lui expédier un ouvrier capable, à l’imitation de ce qu’avait fait El-Welîd ben Abdel-Melik lors de la construction de la mosquée de Damas. Les envoyés du khalife lui ramenèrent le mosaïste, ainsi que trois cent vingt quintaux de cubes de mosaïque que le roi des Roûm lui envoyait à titre de présent. Le prince hébergea et traita largement le mosaïste, auprès de qui il plaça plusieurs de ses mamlouks en qualité d’apprentis, et ces esclaves travaillant avec lui acquirent un talent d’invention qui leur fit dépasser leur maître ; ils restèrent ensuite à travailler seuls quand le maître mosaïste, de qui l’on pouvait dorénavant se passer, eut quitté le pays, non d’ailleurs sans avoir reçu du prince de riches cadeaux et des vêtements. Les ouvriers habiles venaient à l’envi et de toutes parts travailler au monument. » [page 392]

Une pétition a été mise en ligne sur le site Hatzeoir.org afin de protester contre les pressions de l’UNESCO, du parti socialiste ouvrier espagnol et de la gauche unie et les attaques des islamistes contre la cathédrale. Elle a obtenu à l’heure actuelle 40 600 signatures environ.

Autres articles

10 Commentaires

  • FLANDRE , 10 Fév 2015 à 8:20 @ 8 h 20 min

    A part détruire ou faire édifier par d’autres les quelques architectures qu’on leur attribue, que sont donc capables de réaliser les musulmans ?

    Force est de constater que toutes les nations soumises à l’Islam accusent d’énormes retards (euphémisme) sur tous les plans : sanitaire, éducationnel, humanitaire, droits de l’homme, etc.

  • trahi , 10 Fév 2015 à 9:00 @ 9 h 00 min

    *******

  • Goupille , 10 Fév 2015 à 12:11 @ 12 h 11 min

    “Leur” architecture est byzantine, et post-romaine, conçue et édifiée par des “grecs” et “roums”, éventuellement convertis de confort.
    Eux, c’étaient tente en poil de chameau pouilleuse et tapis sur lesquels on se vautre.

    Mis à part les cubes de leurs gourbis et casbahs, qu’ont-ils édifié.
    Nada, rien, que dalle.

  • Montalenvers , 10 Fév 2015 à 13:11 @ 13 h 11 min

    L’islam n’a jamais su que s’installer dans les pénates d’autres civilisations affaiblies ou mourantes (Iran, Byzance, espagne,..) Elle essaye à nouveau aujourd’hui.

  • toto , 10 Fév 2015 à 13:52 @ 13 h 52 min

    L’Irak était un pays en plein changement vers la modernisation, avant qu’on les pousse à faire la guerre contre l’Iran
    La Libye était un pays avec un haut niveau de vie, supérieur à celle de la France, on connait le résultat aujourd’hui….
    il y’a que les pays (du golfe) où sont implantés les grandes bases américaine qui évoluent économiquement dans le bon sens.

  • Greg.Zakine , 11 Fév 2015 à 11:22 @ 11 h 22 min

    S’il s’agit d’antériorité c’est aux païens qu’il faudrait rendre le site, puisque ici comme ailleurs – comme partout – le christianisme a usurpé un lieu sacré lui préexistant…

  • Maurice , 11 Fév 2015 à 13:47 @ 13 h 47 min

    Est-ce surprenant de la part d’une religion qui clame que Rome sera musulmane, que nos églises seront des mosquées ?

    Ce n’est que le début, et le pire est que des ecclésiastiques vendent NOS églises !

Les commentaires sont fermés.