“Guerre commerciale” ? Trump n’attaque pas, il ne fait que riposter

“Guerre commerciale” ? Trump n’attaque pas, il ne fait que riposter

Alors que les merdias ne cessent de titrer sur “la guerre commerciale” que lancerait Donald Trump contre le reste du monde, Challenges (n°572, 28 juin 2018) rappelle que la guerre commerciale a en fait été déclarée depuis longtemps aux États-Unis. Exemple au Canada qui a établi

des droits de douane punitifs aux importations de ces produits (jusqu’à 298% pour le beurre). Depuis qu’il a rencontré des agriculteurs du Wisconsin en avril 2017, Donald Trump ne décolère pas contre cette politique. C’est ce qui explique son tweet vengeur par lequel il a torpillé le dernier sommet du G7, et dans lequel il dénonçait les “droits de douane démesurés” que le Canada impose aux produits des fermiers américains.

Autres articles

1 Commentaire

  • Charles , 20 Août 2018 à 9:20 @ 9 h 20 min

    Il faut avoir une vision globale de la situation;

    1. Toute nation a bien le droit de définir sa politique de commerce extérieure.
    Donc, on ne peut pas reprocher en soi à Troumpf de vouloir corriger des anomalies.
    Sauf que cela ne doit pas se faire de but en blanc du jour au lendemain car cela perturbe significativement les investissements en cours, donc les emplois associés, donc la vie des gens de la base. Avec ses foucades, Troumpf déclenche une incertitude qui bloque les projets d’investissements en cours de préparation. Pour toute modification significative, il faut prévoir 6 à 18 mois de période de transition, et non pas 3 semaines comme le fait Troumpf.

    2. Un blocage entraîne un contre blocage.Une sanction, une contre sanction.
    Un président “rationnel”est supposé avoir consulté ses conseils
    sur les dossiers commerciaux avant de prendre une décision.
    Nous avons l’exemple des exportations russes de titane, métal rare et cher utilisé dans l’aéronautique, tant américaine que européenne.
    Plus de 40 % des besoins US en Titane viennent de Russie…

    Avec ses sanctions anti Russes ( qui n’apportent aucun avantage),
    il ne faut pas être surpris d’un blocage de certaines exportations russes vers les EUA.
    idem pour des moteurs de fusée utilisés par la Nasa et pour le service de la station internationale qui est alimentée par des lancements russes.

    3. Le déficit commercial américain est lié à l’excédent monétaire fédéral.
    L’économie américaine s’est ajustée à un gigantesque déficit commercial systématique mais financé par des sur-déficits budgétaires, eux mêmes financés par de la création monétaire
    “ex nihilo” systématique par la FED. Les nouveaux $ partent dans la nature du marché mondial comme des lapins de garenne échappés de leur clapier. Ils ont la myxomatose.
    De plus, ce déficit finance un budget militaire sidérant ( 800 milliards $ pour 2019)
    qui est 12 fois plus élevé que le budget militaire Russe (60 Milliards $).

Les commentaires sont fermés.