La théorie du genre : Symptôme d’une société narcissique, manipulée et fascisante ? (1/2)

Tribune libre de Yann Carrière*

Étudier le genre (l’aspect social de l’identité sexuée) ou bien sa construction (le domaine de la théorie du genre) est une démarche en elle-même respectable. Les biologistes spécialistes des différences entre les hommes et les femmes sont les premiers à reconnaître l’existence et l’importance de ces aspects.

Mais, indépendamment de la respectabilité et du sérieux de l’objet de réflexion, la qualité scientifique de toute démarche d’étude sur le genre ou les genres est d’abord liée aux buts que l’on se fixe et aux méthodes que l’on utilise. Aussi, même si l’objet d’étude choisi (le genre), est un « concept construit » plus qu’une évidence naturelle, c’est donc avant tout de la rigueur intellectuelle et morale des tenants de l’approche que dépend la crédibilité de leurs recherches.

Et c’est là que, souvent, le bât blesse, notamment dans les développements les plus extrêmes utilisés par les militants de mouvements de libération (des femmes, des homosexuels…). Même si aujourd’hui, des hommes et des femmes essaient de mener des études plus équilibrées, bien qu’ils soient souvent amenés à donner des gages aux idéologies en place.

Mon propos est donc de montrer d’abord que la théorie du genre est certes une théorie au sens large du terme, mais qu’elle ne présente pas, loin s’en faut, les garanties habituellement associées aux démarches scientifiques. Parallèlement, nous verrons qu’il s’agit en fait d’une idéologie au service de politiques particulières. Enfin, au cours de cette exploration, les buts, méthodes et conséquences de ces politiques apparaîtront particulièrement mauvais voire singulièrement pervers.

Cependant, pointons la nécessité de prendre conscience que la théorie du genre, loin d’être une aberration de notre époque, en cristallise les pires déviations idéologiques. Si l’on souhaite lutter contre ces théories mauvaises pour la civilisation, il convient donc de procéder à l’examen de certaines orientations de la culture dominante occidentale déjà bien installées.

Mon premier contact avec la théorie du genre eut lieu lors d’une réunion amicale d’universitaires dans les années 90. On parlait à l’époque de la queer theory, dont la théorie du genre est un avatar. Je conversais avec un jeune militant homosexuel qui m’annonçait avec fierté : « Le sexe est une catégorie plus subjective qu’objective qui devrait pouvoir être modifiée sur la carte d’identité sur simple demande ». Notons que depuis l’idée a progressé : l’Argentine a même rendu légale cette possibilité en mai 2012.

Avec cette anecdote, le décor est planté sous plusieurs aspects.

“Nous n’avons pas affaire à des personnes ou démarches centrées sur le désir de connaître et d’explorer le réel, mais à une volonté politique de transformation de la société. Le mot et la volonté de subversion sont récurrents dans les textes de Judith Butler.”

D’abord le militantisme. Nous n’avons pas affaire à des personnes ou démarches centrées sur le désir de connaître et d’explorer le réel, mais à une volonté politique de transformation de la société. Le mot et la volonté de subversion sont récurrents dans les textes de Judith Butler.

Secondement le narcissisme. Aucun obstacle à mes désirs n’est entendable, (je peux être homme ou femme en fonction de mon vécu subjectif). Cette caractéristique générale de notre société a été bien explorée, aux États-Unis par Christopher Lasch, en France reprise et critiquée par Alain Ehrenberg. Les psychologues, psychothérapeutes et psychanalystes – entre autres professionnels des sciences humaines – ont depuis longtemps repéré cette émergence croissante du fonctionnement narcissique dans notre société. Ce dernier est notamment tous les jours encouragé par les publicités qui soulignent en permanence notre droit au bonheur et à la transgression : no limit ! Il est donc important de relever que la théorie du genre n’est nullement une aberration dans la vie intellectuelle contemporaine. Elle en incarne au contraire l’esprit. Aussi on ne peut la condamner comme une lubie superficielle.

En tout cas, pour des militants qui exigent d’être respectés et non discriminés même si leur manière d’être et notamment leur orientation sexuelle ne correspond pas à la norme (ce qui est louable), le meilleur moyen est encore de supprimer ces normes, de les détruire ou plutôt, on va le voir, de les déconstruire. Alors, la question d’une éventuelle souffrance liée à l’atteinte de l’image de soi et de sa dignité ne se pose même plus : ainsi, avec l’abolition du genre prescrit (homme ou femme), si les lesbiennes ne sont pas des femmes, comment pourrait-on encore ne serait-ce que s’étonner de leur conduite ou de leurs préférences ? C’est la fin assurée des risques de discriminations injustes.

Enfin et c’est peut-être le plus inquiétant, le déni du réel et de ses contraintes, général aux dérives narcissiques, s’applique ici à un objet bien particulier : la différence des sexes. Dans la culture psychanalytique, ce type de défense est typique du pervers. Malheureusement, nous allons le voir, il y a non seulement de la perversion mais aussi de la perversité dans cette démarche.

À ce stade de l’examen des buts poursuivis, on peut observer plusieurs rétrécissements importants de la portée de la théorie du genre : contrairement à ce que laisse entendre son intitulé, déjà partiellement mensonger donc, il ne s’agit pas d’explorer le genre en toute généralité. Tout d’abord, l’exploration se fait uniquement dans une perspective de rapports de pouvoir entre les genres. De plus, la recherche et la réflexion de la théorie du genre ne prennent jamais de recul par rapport à un dogme fondateur qui affirme que la différence des sexes et l’hétérosexualité s’accompagnent nécessairement de discrimination injuste. Enfin l’approche est délibérément et uniquement centrée sur le sens univoque des rapports de pouvoir et d’oppression liés à « l’hétérosexualité imposée » : c’est toujours dans le sens des hommes envers les femmes, des hétérosexuels envers les homosexuels, de la société envers les transgenres et jamais l’inverse. De ce point de vue, la théorie du genre est un continuateur du féminisme radical, qui postule le dogme absurde que ce sont toujours les hommes qui dominent ou ont le pouvoir sur les femmes.

En dehors de ce paradigme singulièrement restreint (au pouvoir d’une part et au pouvoir masculin d’autre part), la démarche de la théorie du genre est entièrement aveugle. C’est ce qui explique l’autisme de ses tenants dans le documentaire norvégien « The Norwegian Paradox » : un journaliste norvégien joue les candides sur les différences de comportement des sexes au travail et met en lumière le parti pris et l’obscurantisme des tenants de la théorie du genre. On y perçoit en particulier l’obsession de la théorie du genre pour les rapports de pouvoir à sens unique. De fait il y a rejet de toute autre approche des genres, et notamment des éléments sur les différences hommes femmes fournis par la biologie. Ce rejet a priori révèle un véritable esprit de croisade : comme le dit l’un des partisans interviewés, « notre rôle est de combattre ceux qui croient à la biologie » ; dont acte. Une croisade n’est pas une entreprise scientifique. Ici au contraire, elle combat les scientifiques : il s’agit donc d’obscurantisme.

L’objectif de la croisade, la psychanalyste Janine Chasseguet Smirgel le découvrait avec stupéfaction il y a quelques années : il s’agit de déconstruire (entendre détruire) l’hétérosexualité. Ce que cela révèle de haine est impressionnant. Haine de la nature, de la réalité (négation du sexe biologique), haine de l’autre en tant qu’hétérosexuel et spécialement comme homme hétérosexuel. La psychanalyste était frappée par l’agressivité de l’oratrice, recrutée sur les quotas de lesbiennes dans l’université américaine. Aujourd’hui il nous suffit d’apercevoir les Femen pour percevoir la noirceur haineuse de l’idéologie qui anime des mouvements prétendument féministes !

“Le déni du réel et de ses contraintes, général aux dérives narcissiques, s’applique ici à un objet bien particulier : la différence des sexes. Dans la culture psychanalytique, ce type de défense est typique du pervers.”

Jusque-là, le mal est déjà considérable. Il ne prêterait cependant pas tant à conséquence si les méthodes intellectuelles employées n’étaient aussi trompeuses que la vraie nature des buts de cette théorie.
Car une hypothèse même mal conçue peut être mise à l’épreuve de la réalité de façon scientifique et rigoureuse, ce qui révèle alors, avec un peu de chance, la qualité insuffisante de l’idée initiale et permet à la réflexion d’avancer. Encore faut-il admettre les canons habituels de la rigueur intellectuelle.

Or, ici comme dans nombre de recherches en sciences humaines inspirées d’idéologies politiquement correctes, les règles traditionnelles de sérieux et d’objectivité sont rejetées. Certains chercheurs militants en sciences humaines soulignent fréquemment que ces règles sont des inventions de l’homme blanc hétérosexuel du XVIIIe siècle et qu’à ce titre, elles ne concernent pas les autres catégories d’humains. Dans les gender studies en particulier, on demande même aux chercheurs de faire preuve d’originalité épistémologique, en offrant des approches et points de vue subjectifs.

Pourtant, l’édifice intellectuel souvent illisible et confus de la théorie du genre utilise une armature conceptuelle et des outils intéressants et dignes d’attention. Simplement, ils sont utilisés à sens unique et sans le contrôle d’instruments expérimentaux davantage garants de l’objectivité et de la valeur scientifique des idées avancées. Citons deux outils principaux : la généalogie et la déconstruction. Les deux se donnent pour tâche de décortiquer concepts (le sexe, le genre…) et pensées, tout en les démystifiant et donc en en atténuant la portée. Le premier se penche sur l’histoire de la construction du concept cible, alors que le second s’intéresse au contexte de son émergence (contexte socio-historique, anthropologique…).

Pour intéressantes qu’elles soient sur un plan exploratoire, pour la fabrication d’hypothèses ou de pistes de réflexion, ces démarches, déjà anciennes (cf. Nietzsche et Foucault pour l’une, Derrida pour l’autre), restent d’une pertinence limitée dans la constitution d’un savoir.

Le savoir au sens de la science s’appuie en effet in fine sur la confrontation des hypothèses au réel. On ne peut se contenter d’élaborations intellectuelles, aussi astucieuses soient-elles. D’où l’importance d’exposer ses thèses à l’expérimentation ou à tout autre dispositif de contrôle par la réalité (principe de falsifiabilité bien décrit par Karl Popper). Mais nous rejoignons là les positions honnies d’objectivation, typique de l’homme hétérosexuel blanc !

Ces approches sont enfin essentiellement destructrices, elles infirment plutôt qu’elles n’affirment. Au-delà de la notion d’objectivité, même la notion de sujet est remise en cause. On atteint là sans doute un extrême dans l’éloignement et la déconnexion du réel entamée il y a plusieurs siècles par Descartes, dans son « je pense donc je suis ». Il y voyait une certitude minimale, sans songer qu’un jour la notion de sujet elle-même pourrait être mise en doute…

> Suite vendredi 5 avril sur ndf.fr !

*Yann Carrière est Docteur en Psychologie et membre du réseau Homme, Culture & Identité. Il a écrit Du sexisme au fascisme, lettres à un jeune père sur la misandrie contemporaine.

Autres articles

32 Commentaires

  • Gisèle , 4 avril 2013 @ 17 h 03 min

    Le Narcisse incapable de relation véritable se branche comme un sangsue sur l’autre dans un registre pervers en ressentant une jouissance extrême que leur procure la souffrance de l autre .
    Narcisse vide : construction en reflet .

  • Gisèle , 4 avril 2013 @ 17 h 07 min

    Haine de la nature ou haine de l’ existence et de la dominance de Dieu ????
    “” vous serez COMME des Dieux “” ne sera jamais “” vous serez des Dieux ou comme Dieux “” d où la frustration qui mène à la perversité .

  • Gisèle , 4 avril 2013 @ 17 h 14 min

    Quand comprendront ils que Dieu est un Père qui ne demande qu’ à aimer , à être aimé et à donner sans compter ?
    Ceux qui le refusent obéissent à celui qui leur a promis l ordre par le chaos . Ce quils ne savent pas , c est que plus de chaos les conduit inexorablement vers la mort et la destruction , un piège d où ils ne ressortiront jamais .

  • Lieutenant X² , 4 avril 2013 @ 17 h 29 min

    J ai l impression que les défenseurs de ces théories souffrent de ne pas avoir créer l homme comme Dieu l aurait fait avant eux. Ils semblent être vexés que l homme se soit crée et qu il se reproduise sans leur permission et qu ils veulent y remédier en fabriquant des “hommes nouveaux”.

  • Eric Martin , 4 avril 2013 @ 17 h 31 min

    C’est une thèse défendue par Jean-Michel Castaing dans nos colonnes :

    https://www.ndf.fr/poing-de-vue/02-04-2013/derriere-le-mariage-pour-tous-le-ressentiment

  • Frédérique , 4 avril 2013 @ 19 h 25 min

    “derriere-le-mariage-pour-tous-le-ressentiment” “Symptôme d’une société narcissique, manipulée et fascisante ?”
    Ces articles et bien d’autres pour attirer notre attention sur tous ces adeptes de la théorie du genre qui ne sont que des frustrés relevant de la psychiatrie. Ne trouvant pas leur place dans la société, ils ont décidé de la détruire pour que personne ne s y sente bien. Ils sont arrivés sous couvert de “nous aussi, on a le droit à l égalité” a s attacher la bienveillance d une partie de la population qui ne se rend même pas compte qu ils seront eux aussi leurs victimes quand ils ne serviront plus à rien.

  • notraffaire , 4 avril 2013 @ 20 h 18 min

    La national-socialisme, le fascisme et le communisme ont une racine commune profonde, le socialisme tout court, voyez le nombre de socialistes qui ont collaboré avec les nazis, c’est édifiant et parfaitement naturel.
    Aujourd’hui, ils prétendent le contraire en espérant que l’ignorance martelée par l’éducation nationale fera oublier leurs fatales turpitudes.

    Raté, on n’efface pas la mémoire d’un peuple sauf à tenter de l’éliminer comme l’ont fait les khmers rouges, encore des socialistes.

    Encore raté, les survivants ont parlé.

    Regardez leurs agissements d’aujourd’hui, la tentation totalitaire les imprègne.

Les commentaires sont fermés.