Immigration : deux députés britanniques tirent la sonnette d’alarme

Royaume-Uni. Les parlementaires Frank Field (travailliste) et Nicholas Soames (conservateur) en sont convaincus : les Britanniques pourront “dire au revoir à ce pays [qu’ils ont] connu” si l’immigration n’est pas réduite aux trois quarts. Les deux élus demandent au gouvernement de diminuer d’urgence le solde migratoire (c’est-à-dire la différence entre les entrées et les départs) sur le territoire à 50 000 par an contre 216 000 en 2011 et 252 000 en 2010.

« C’est vraiment la dernière chance pour notre pays. Si le gouvernement venait à perdre son sang-froid et n’appuyait pas notre proposition de réforme, alors nous pourrons dire au revoir au pays dont nous avons hérité », expliquent-ils.

Plus de 143 000 Britanniques ont déjà signé une pétition en ligne sur le site de Downing Street (au ton malthusien et sur laquelle sera basée la motion parlementaire), alors que la population outre-Manche pourrait passer de 62,3 millions d’habitants à 70 millions en 15 ans. Lancée par l’organisation Migration Watch, elle aura mis moins d’une semaine à atteindre le seuil fatidique des 100 000 signataires nécessaires à l’ouverture d’un débat parlementaire.

Mark Harper, le ministre de l’Immigration, s’est déjà déclaré « impatient” à l’idée “de ce débat durant lequel je détaillerai l’engagement du gouvernement de ramener l’immigration à des niveaux soutenables”. Pour lui, “réduire la migration nette à quelques dizaines de milliers est d’une importance vitale”. Et, selon Harper, « les récentes politiques commencent à faire la différence.” Affaire à suivre…

Autres articles

10 Commentaires

  • Gérard (l'autre) , 6 septembre 2012 @ 12 h 11 min

    Je connais une algérienne d’Oran, en bonne santé, qui a obtenu un visa pour la France, il y a seulement 3 mois, pour cause de maladie, qui envisage déjà de se marier avec un français, qui possède des appartements en Algérie et qui vit très bien de ses locations, qui attend son admission à la Cotorep, qui lui donnera droit à l’APL et autres avantages sociaux, et qui annonce tout cela sans complexes, comme un droit, … et c’est vous qui payez !
    L’immigration coute 70 milliards à la France et nous continuons à endetter le pays ! La crise n’existe pas. Ce sont nos dirigeants qui la créent. S’ils n’ont pas d’idées pour faire des économies, qu’ils demandent aux français ! Et si les anglais se réveillent, il est temps d’en faire autant !

  • domremy , 6 septembre 2012 @ 13 h 01 min

    trés trés bonne idée, mais certains Français manquent de courage ou de lunettes, ils ne voient pas que l immigration ( sans être raciste) a augmenter la population d au moins 10 millions d habitants;

    donc moins besoin de logements sociaux, secu, et chomage;

    tout comme la “crise” qui n est pas tombée du ciel, mais est le résultat du capitalisme débridé,certains deviennent milliardaires et d autres ne peuvent payer leur loyer

  • c , 6 septembre 2012 @ 17 h 51 min

    Ce n’est pas gagné pour les Anglais car certes ils peuvent peut-être lancé l’idée mais la façon par exemple dont les politiques ont géré les très graves émeutes de l’an passé et les lois qui sont prise pour interdire aux Anglais de revendiquer le droit à l’évidence même de ce qui permet à une civilisation de se maintenir en vie…
    Par ailleurs il faut aussi que l’Angleterre comprenne qu’un pays sans enfant ne pourra survivre…Voir le prénom masculin le plus donné à la naissance dans les plus grosses villes du pays, tandis que dans les petites et moyennes villes c’est la désertification…

  • million , 6 septembre 2012 @ 21 h 24 min

    Pire qu’en 1981 ou élever seule mes 2enfants (mari parti avec une autre) dettes et soucis, àj’ai 74 ans ayant travaillée toute ma vie depuis l’âge 15 ans, comme vous ne plus pouvoir payer le loyer. Enfin c’est un peu tard Coppé se réveille “supprimer AME” créer par M. Aubry et nous payer plein pot lunettes et dentiste, basta de cette assistanat à ceux qui ne paient aucunes cotisations en France qu’apportent-ils ? beaucoup de dégâts ne respectant pas nos lois.

  • josselin , 7 septembre 2012 @ 10 h 47 min

    @ million
    Voilà qui va vous plaire et la loi scélérate d’AUBRY qui permet à n’importe quel étranger de plus de 65 ans de toucher une confortable pension ….sans avoir jamais travaillé ni cotisé ? c’était sans doute pour plaire là encore à “ses électeurs” (les français de papiers ) pour qu’ils puissent faire venir leurs parents ….?le temps que je dépose mon dossier à la CNAV et tous les prétentants à la pension ne parlaient pas un mot de français ….les enfants servaient d’interprète
    je croyais que j’avais des hallucinations de voir ce genre de scène ….!!

  • François2 , 7 septembre 2012 @ 12 h 02 min

    En France, chaque Français peut avoir accès à la sonnette d’alarme à répétition : ce sont les élections (à condition de ne pas s’abstenir ou de ne pas voter blanc au premier tour). Mais en majorité les Français (= Français d’origine avant, mettons, 1962 ou en arrondi au demi-siècle 1950) ne l’utilisent pas. Chez nous en France, c’est inexorable. On vient, par exemple, de faire un constat : le département 93 ne sera plus français, car aujourd’hui 50 % des moins de 18 ans sont d’origine étrangère. Si rien n’est fait (immigration zéro : c’est possible, depuis 50 ans comme dans certains pays, avec la suppression même du nom d’immigré remplacé par celui d’expatrié, valable seulement avec contrat à durée limitée, par exemple un an, éventuellement renouvenable ; c’est un ancien expatrié qui parle) vers 2050 les Français d’origine seront inférieurs à 50 %. Ce qui amènera à la charia pour tous vers 2100, sachant que la charia pour tous a déjà commencé dans certains cas : un exemple, le halal obligatoire pour la viande (sauf porc) abattue en Ile-de-France ; et vous connaissez localement d’autres exemples (comme les horaires de piscine dans le Nord)…
    Je suis un ancien, mais j’ai été très surpris d’entendre un jeune homme avoir une vision aigue de l’avenir et dire que Paris sera un jour invivable et qu’il faut penser déjà à prendre des dispositions de retrait. Qui a dit, il y a, je crois, une trentaine d’années que Paris pourrait être comme Beyrouth ? Pourquoi les politiques (de gauche ou, il faut l’appeller par son vrai qualificatif, de la fausse droite), avec les éléments (qui nous permettent des projections statistiques) que nous avons depuis très longtemps, et à fortiori aujourd’hui, nous mènent volontairement à la guerre civile en France. Mais peut-être qu’avant il y aura un sursaut et à ce moment là il ne sera plus question d’être de droite, de gauche ou d’extrême gauche (je ne parle pas d’extrême-droite, puisqu’elle n’existe pas en France : c’est une invention des communistes il y a longtemps, on sait pourquoi, reprise par la gauche pour gagner aux élections en étant minoiritaire, à commencer par Paris et des grandes villes, maintenant au niovau national, et reprise par la… fausse droite).
    Pourquoi “fausse droite” ? Petit rappel. L’académicien Maurice Druon a dit : “Il y a en France deux grands partis de gauche ; l’un d’eux s’appelle, par convenance, la droite”. Récemment, Christian Vanneste a confirmé qu’aucun des prétendants à la présidence de l’UMP n’était de droite.
    Enfin, précisons que refuser les immigrés n’est pas une position frileuse. Tant de choses sont possibles pour aider les non-Français dans leurs pays : c’est le président d’une association d’aide aux défavorisés d’un pays étranger qui parle.

  • Gérard (l'autre) , 7 septembre 2012 @ 14 h 42 min

    OUI … La Charia est déjà entérinée sur le sol français. Savez vous qu’un homme n’appartenant pas à la religion musulmane est OBLIGE de se convertir dès lors qu’il veut contracter mariage avec une musulmane ? Ces dispositions sont rendues OBLIGATOIRES dans les Mairies de la République Démocratique et Laïque … plus tellement Française !

    Cet article en est la preuve … LISEZ !

    On lui demande de se convertir à l’Islam pour se marier à Aubervilliers.
    septembre 1st, 2012

    Quant Eurabia s’infiltre jusque dans les rouages administratifs des mairies françaises: Les mairies françaises refusent le mariage civil d’un Français avec une Marocaine s’il ne s’est pas converti à l’islam…

    Quand Frédéric Gilbert, journaliste télé, a voulu épouser sa compagne marocaine et mère de son enfant, il était loin d’imaginer le délire administratif qui l’attendait.
    > > > Après avoir retiré un dossier de demande de mariage à la mairie d’Aubervilliers, il découvre, parmi la paperasserie habituelle, un document énigmatique, intitulé «certificat de coutume».

    Une pièce à se procurer auprès du consulat du Maroc, que «tous les couples franco-marocains nous fournissent, tous les jours», lui explique l’officier d’état civil. Confiant, Frédéric Gilbert se rend donc au consulat, où il apprend, éberlué, que l’obtention de ce très anodin «certificat de coutume» est en fait conditionnée à une petite formalité : la fourniture d’un «Acte de conversion à l’islam».

    Refusant catégoriquement de se soumettre à cette conversion express, le mécréant repart dare-dare vers la mairie républicaine et laïque d’Aubervilliers. Et là, figé sur place, il s’entend délivrer un verdict administratif sans appel: pas de mariage civil sans certificat de coutume! Sans conversion à l’islam, donc.

    Sous le choc, le postulant au mariage épluche le Code civil et découvre que ce certificat de coutume n’est en rien une obligation. Il peut éventuellement servir à vérifier l’état de célibat d’une personne étrangère si, comme il arrive dans certains pays, les mariages et les divorces ne sont pas inscrits en marge de l’acte de naissance. Un cas de figure qui, en l’occurrence, ne le concerne en rien, puisque sa future épouse est en possession d’un certificat officiel de célibat. Mais non, l’affaire est entendue, l’officier d’état civil de la mairie d’Aubervilliers reste inflexible.

    Frédéric Gilbert doit arrêter d’emmerder le monde: «Vous n’avez qu’à faire semblant comme les autres, et devenir musulman sur le papier, mais pas pratiquant.»

    Incrédule, Frédéric Gilbert se renseigne auprès de plusieurs mairies. Même réponse.«Autrement dit, la loi marocaine prévaut sur la loi française! Et c’est la même chose avec la Tunisie, l’Algérie et l’Égypte.»

    En poursuivant son enquête, il découvre alors avec effarement que tous ses copains mariés à des musulmanes sont devenus musulmans «sur le papier». C’est si simple! Une conversion se fait dans n’importe quelle mosquée en trois minutes. Il suffit de prononcer «avec conviction et avec cœur» cette phrase: «Je reconnais qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Mahomet est son prophète», et l’imam décide que vous êtes devenu musulman. «Si j’étais raisonnable, c’est ce que je ferais, s’énerve Frédéric. On n’aurait plus de problèmes avec l’administration française ou marocaine.Et je boirais de l’alcool et boufferais du cochon dix fois plus que d’habitude pour montrer mon indépendance.»

    Mais Frédéric n’est pas raisonnable. Profondément de gauche, il n’a rien contre l’islam et respecte la foi de sa femme. «Mais je n’ai jamais été musulman, ni catholique, ni juif, ni d’aucune religion, et je n’ai pas envie de l’être.» Et, vu son histoire personnelle, ça n’est pas près de changer. «Je suis fils de curé, mon père a été excommunié, il est devenu professeur de lettres classiques dans des lycées républicains, il a brandi bien haut la laïcité et m’a élevé dans cet esprit-là. Je n’ai aucun lien avec la religion et ce n’est pas demain qu’on va m’imposer de devenir musulman contre mon gré!» Malgré tous les problèmes que ça peut lui causer au Maroc et qu’il connaît déjà par cœur…

    Les maires français plus royalistes que le roi du Maroc.

    «Quand ma compagne a accouché, à l’hôpital de Casablanca, de deux jumelles, grandes prématurées, les petites sont restées dix-huit heures sans qu’on daigne leur donner les premiers soins, parce que c’étaient les filles d’une mère célibataire et d’un mécréant. Elles n’ont pas été intubées, pas de couveuse, on ne les a pas mises au chaud…»

    Face à cet abandon, le couple se démène pour trouver une clinique privée qui accepte de les prendre en charge, à 500 euros la journée. «Finalement, l’une des deux petites est morte au bout de quatre jours. Mais je n’ai pas pu faire le deuil de ma fille, parce que, en tant que non-musulman, je n’ai pas eu le droit d’aller au cimetière…»

    Au moment de déclarer leur deuxième fille, nouveau choc: «On a refusé que je le fasse parce que je ne suis pas marié et pas musulman.» Le consulat de France leur conseille alors une tactique assez courante: la maman déclare que l’enfant est né de père inconnu auprès des autorités marocaines.Le nom de la mère n’étant pas transmissible, on lui donnera un prénom, assorti d’un X et Frédéric n’aura plus qu’à se rendre au consulat de France pour reconnaître sa fille, qui deviendra française.

    Sauf que le jour où la fiche d’état civil leur est remise, le couple découvre qu’on a changé le prénom de leur fille et qu’on lui a attribué un père, dénommé Abdula Mossaid.D’où sort ce père inconnu? Nul ne le sait.

    «Je pense qu’on l’a inventé parce qu’il fallait un père musulman pour que la petite soit musulmane.Donc, ma fille était devenue la fille d’un autre.»>Retour furibard de Frédéric au service d’état civil marocain:>«Bonjour, je m’appelle Frédéric Gilbert, mais visiblement mes couilles s’appellent Abdula Mossaid!»

    La bataille durera quatre jours. «Tout s’est terminé dans le bureau du préfet, à qui j’ai failli casser la gueule quand il m’a dit, en désignant la maman de mon bébé: «Je vous comprends, mais tout ça, c’est à cause de cette pute et c’est elle que je vais mettre en prison.» N’oublions pas qu’au Maroc toute relation hors mariage est un délit.»

    Finalement, Frédéric réussit à avoir gain de cause. Mais les problèmes continuent.Côté français, cette fois. La petite souffrant d’hydrocéphalie, il lui faut, coûte que coûte, subir une lourde opération à l’hôpital Necker, à Paris.Mais ils ont toutes les difficultés à ce que sa maman obtienne les visas pour voyager avec son bébé. «Pour le suivi de son opération, à chaque fois, il a fallu aller pleurer auprès du consulat. On finissait par avoir les visas, mais au bout de deux mois, trois demandes, deux refus… Or, en IRM pédiatrique, il faut entre quatre et six mois pour décrocher un rendez-vous. Quand on en annule un, on est reparti pour encore quatre mois de bagarre!»

    C’est notamment pour toutes ces raisons que le couple avait décidé de se marier. «On voulait juste que ce soit un peu plus léger, plus simple. Et voilà maintenant que les mairies françaises s’y mettent, avec cette histoire de certificat de coutume!»

    Aux dernières nouvelles, un élu d’Aubervilliers leur a fait savoir que le dossier serait étudié «étape par étape» par le service juridique de la mairie.Frédéric ne lâche rien. «Juridiquement, il n’y a rien à changer, il y a juste à dire aux maires : arrêtez vos conneries. J’ai réussi à être le père de ma fille, ce n’est quand même pas une Mairie “française” qui va m’empêcher d’être le mari de ma femme!»

    !

Les commentaires sont fermés.