Éric Zemmour : l’élection américaine ou la défaite de l’Amérique blanche

Le vendredi, c’est Zemmour. « On se souvient que Bill Clinton s’était moqué de son adversaire George Bush, vaincu à la présidentielle de 1992 alors qu’il était pourtant auréolé de sa glorieuse campagne militaire en Irak par un sarcastique, ‘L’économie, stupide !’

Vingt ans après, Barack Obama pourrait paraphraser son ami démocrate en lançant à son adversaire malheureux : ‘La démographie, imbécile !’

Jamais l’Amérique n’a été aussi coupée en deux, jamais une élection américaine n’a été aussi communautariste; on pourrait presque dire racialiste. 93% des Noirs ont voté pour leur candidat, 71% des Latinos ont fait de même. En revanche, les Blancs ont voté massivement pour Romney, surtout les hommes blancs qui n’ont été que 25% à donner leur suffrage au Président sortant.

Les seuls à transgresser cet enfermement communautaire furent les jeunes éduqués et surtout les femmes célibataires, très nombreuses dans les grandes villes de la côte est, qui ont sanctionné les Républicains qui défendaient trop vivement à leurs yeux la famille traditionnelle.

Cette alliance des minorités et des femmes seules est hautement symbolique : la défaite de Romney est la défaite de l’Amérique blanche, rurale, patriarcale, l’Amérique de Reagan et de John Wayne, celle qui a historiquement fait et dirigé l’Amérique.

Les Républicains ne l’ont pas volé : depuis les années 1980, le Big Business a favorisé une immigration massive pour améliorer ses profits. Il a gagné toujours plus d’argent mais a perdu l’Amérique, son Amérique. Car l’immigration appelle l’immigration. Jadis, l’immigrant rêvait de fermer la porte derrière lui pour mieux s’assimiler. Désormais, il souhaite que sa famille, au sens toujours plus large, vienne le rejoindre pour continuer à vivre comme là-bas, pour faire nombre, pour faire peuple…

« Jamais l’Amérique n’a été aussi coupée en deux, jamais une élection américaine n’a été aussi communautariste; on pourrait presque dire racialiste. »

Pour les Latinos, l’immigration est le moyen d’une revanche historique sur ces colons venus du Nord de l’Europe qui leur avaient arraché au XIXe siècle la Californie, le Texas, etc. La revanche du catholicisme sur le protestantisme, qui est en train de changer l’Amérique en lui imposant une culture moins individualiste, plus solidaire diront les optimistes, une mentalité d’assistés, a décrété rudement durant la campagne Mitt Romney.

En France, la ligne stratégique qui a permis à Obama d’être réélu a été théorisé il y a quelques années déjà par le cercle de réflexion de Terra Nova. Hollande a, lui aussi, bénéficié d’une coalition de jeunes des universités, de femmes et d’enfants de l’immigration, les musulmans votant selon un sondage Sofres à 93% pour lui.

On comprend pourquoi de nombreux élus socialistes sont favorables au droit de vote des étrangers et pourquoi, Manuel Valls, qui voit plus loin et plus haut, a remis en marche la machine à naturaliser qu’avait un peu enrayé Claude Guéant.

Mais la France n’est pas l’Amérique. Depuis la victoire d’Obama, une double image est largement reprise sur tous les réseaux sociaux : on y voit une jeunesse américaine bigarrée se réjouir de la victoire de son champion, dansant au milieu des bannières étoilées. Dans l’autre moitié de la page, on reconnaît les jeunes gens qui célébrèrent à la Bastille l’élection de François Hollande, arborant fièrement des drapeaux marocains, sénégalais, algériens, égyptiens ou encore palestiniens.

La question posée est d’une redoutable simplicité : où sont les drapeaux français ? »

Articles liés

36Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • hector galb. , 9 novembre 2012 @ 12 h 15 min

    « La France n’est pas l’Amérique. » Exactement.
    Tout part de là et tout finit là.

  • tintin , 9 novembre 2012 @ 14 h 46 min

    Racialisme nauséeux.

    Se ne sont pas les blancs qui votent Romney, mais les occidentaux !

    Les 6% de noirs qui auraient voté Romney sont occidentaux.

    Les 30% d’hispaniques qui auraient voté Romney sont occidentaux.

    Les 40% de blancs qui auraient voté Obama, ne sont pas occidentaux.

    Ces résultats électoraux de quasi apartheid, nous démontrent d’une part que les élections sont truquées (machines de vote électroniques) et d’autre part que les citoyens de civilisation africaine sont des étranger séparatistes, comme les indiens et que le droit de vote ne peut ainsi plus leur être accordé.

    Il faut enfin dire qu’en l’absence de démocratie directe, de nombreux occidentaux ont voté Obama, car l’industrie nucléaire, les gaz de schiste, les OGM etc. ne sont simplement pas soutenables…

  • Gérard , 9 novembre 2012 @ 16 h 57 min

    Une seule chose à retenir :  » Où sont les drapeaux français ?  »

    Il ne faut pas seulement interdire aux étrangers de voter … il faudra aussi, le moment venu, penser à « dénaturaliser » tous ceux qui sont naturalisés depuis si longtemps et qui n’ont jamais donné d’autres signes de patriotisme qu’en profitant des « alloc » !

  • Connard , 9 novembre 2012 @ 17 h 48 min

    Géééérard, arrete de boire tu te remet à dire des conneries à la fin du repas !!

  • FERRER jacky , 10 novembre 2012 @ 10 h 24 min

    On peut toujours critiquer les propos d’Eric Zemmour. c’est le droit de chacun que de ne pas partager ses opinions.Mais la vérité,c’est comme le fleuve qui coule toujours dans le même sens!On pourra toujours tenter de réduire son débit,voir de tarir sa source.Il trouvera un autre chemin mais ,il coulera,n’en déplaise à l’homme .Ce n’est pas en niant la réalité qu’on résout les problèmes
    La France a changé. Elle changera encore .Personne ne peut s’opposer au changement en effet
    encore faut-il savoir pourquoi et comment. Le changement cela ne doit pas être un slogan de campagne.Cela peut s’avérer être un bouleversement complet qu’auraient a subir des millions d’hommes et de femmes et qui n’en auraient pas voulu sous cette forme .Nous avons tous appris que l’Europe ce n’est pas l’Afrique,que l’Asie n’est pas l’Amérique,qu’ils existent des continents,des peuples,des races,des couleurs de peaux,des religions,des athées. Et on voudrait nous faire croire que tout cela n’as pas existé. ! Allons….!

  • Marie Genko , 10 novembre 2012 @ 10 h 41 min

    Je pense qu’être Mormon ne doit pas faciliter une élection!

    Même avec un catholique pour cohéquipier, Mitt Rommney n’a pas su convaincre l’électorat latinos…

    Pourquoi?

    Parce que la thérapie de choc du libéralisme (chère aux protestants) n’est pas au goût des plus pauvres!

    Il y a là matière à réflexion!

    Pour ce qui est des drapeaux américains, Eric Zeymour a parfaitement raison, démocrates ou républicains tous ces gens sont avant tout américains!

    Chez nous, l’immigration est musulmane avant d’être française!

    Il y a là aussi matière à réflexion….

  • o.icaros , 10 novembre 2012 @ 11 h 25 min

    Zemmour affirme que les anciens immigrés fermaient la porte aux autres immigrés… Cela n’est pas tout à fait exact. Ces immigrés, une fois installés, faisaient venir d’autres membres de leur famille. Ils ne pouvaient se soustraire à cette obligation morale.

    Les immigré d’avant les années 50 avaient un désir d’invisibilité contrairement aux vagues actuelles qui affichent un désir militant de visibilité. Les femmes qui se voilent le font dans se but. Sans voile on passe à côté d’elles. Voilées, elles nous interpellent pour nous dire: je suis musulmane et je suis chez moi ici. Si ça ne te plaît pas…

    Pour les anciens, l’invisibilité c’était tout à fait normal. Quand on est chez les autres, qui vous acceptent, on ne doit pas se faire remarquer. On devait s’adapter aux us et coutumes du pays d’accueil. C’était la philosophie de mon grand-père qui disait qu’on devait être meilleur que les Français car notre présence ici n’était pas naturelle.

    Mais des idiots utiles ont découvert Dieu n’était pas bon. Ils ont déserté les églises pour créer des associations et corriger l’oeuvre du créateur. Ce sont eux qui ont incité les étrangers à se révolter. Ne vous intégrez pas. Soyez ce que vous êtes…

    Il y a un autre élément qu’il ne faut pas oublier. Les immigrés d’avant les années 50 savaient en partant qu’ils coupaient le cordon ombilical. Les communications n’étaient pas celles de nos jours. Pour communiquer, il n’y avait pas de téléphone, les déplacements étaient chers et longs et on ne disposait pas de congés payé… Le seul moyen de communication avec ceux qui étaient restés au pays, c’était le courrier. Mais beaucoup de ces gens étaient très peu alphabétisés.

    Dans les années 80, en donnant des radios aux beurs, Mitterrand avait fait une très grande erreur car grâce à ces radios (on leur en avait donné plusieurs) on a maintenu les nouveaux immigrés, venus de l’Afrique du Nord, dans leur pays…

Les commentaires sont clôturés.