Comment le Conseil de l’Europe impose l’avortement à l’Irlande et à la Pologne

Tribune libre de Grégor Puppinck*

L’Irlande est un symbole en Europe de résistance à l’avortement ; mais il est sur le point de tomber sous la pression conjuguée du Conseil de l’Europe et de groupes de pression pro-avortement. Le peuple irlandais s’est toujours opposé fermement à l’avortement : à trois reprises, par référendum, il a refusé la légalisation de l’avortement et a accordé une protection constitutionnelle à l’enfant à naître, dont la vie bénéficie d’une protection égale à celle de sa mère. L’avortement est ainsi toujours interdit, sauf lorsque jugé nécessaire par les médecins pour sauver la vie de la mère.

Or, le Conseil de l’Europe est au cœur d’une campagne visant à imposer « par le haut » l’avortement à un peuple qui l’a refusé « par le bas » à trois reprises lors des referendums de 1983, 1992 et 2002.

Précisons que le Conseil de l’Europe a été crée pour défendre la démocratie et les droits de l’homme. La Cour européenne des droits de l’homme fait partie du Conseil de l’Europe ; son rôle est de veiller au respect par les États des droits et libertés garantis par la Convention européenne des droits de l’homme. Les États condamnés doivent se conformer aux arrêts rendus par la Cour à leur encontre ; ils disposent d’une liberté quant au choix des moyens à mettre en œuvre à cette fin. Cette exécution des arrêts est réalisée sous la supervision politique du Comité des Ministres, c’est-à-dire des ambassadeurs des 47 États membres.

Le 16 décembre 2010, dans l’affaire A. B. et C. contre Irlande, alors qu’il n’y a pas de droit à l’avortement dans la Convention, la Cour européenne a condamné l’Irlande au motif que sa réglementation de l’avortement ne serait pas claire, car elle n’aurait pas permis à une femme enceinte désireuse d’avorter de savoir si elle pouvait bénéficier de l’exception à l’interdiction de l’avortement. Cette femme, ayant eu antérieurement un cancer, craignait que sa grossesse altère sa santé. Estimant qu’elle ne parviendrait pas à obtenir auprès de médecins la possibilité d’avorter en Irlande, elle subit un avortement en Angleterre.

“Ce n’est pas frontalement que l’avortement est imposé à l’Irlande et à la Pologne, mais en utilisant la voie périphérique d’obligations procédurales qui garantissent, non pas le droit (matériel) à l’avortement, mais le droit (procédural) de savoir si on a le droit d’y avoir recours.”

Cette affaire A. B. et C. contre Irlande est la jurisprudence de référence d’une série d’affaires contre l’Irlande et la Pologne dans lesquelles des femmes se plaignent de l’impossibilité d’avorter, en raison notamment du refus des médecins. Ces affaires résultent de la confrontation entre l’approche de la femme qui demande l’avortement comme si c’était un droit individuel et l’approche des médecins et de l’État qui conditionnent l’accès à l’avortement à des critères objectifs relatifs notamment à la vie et à la santé de la mère.

Dans ces affaires, la Cour a essayé de donner une plus grande place à l’expression et au respect de la liberté de la femme, sans heurter de front le droit de l’État de soumettre l’avortement à des conditions strictes. À cette fin, la Cour a jugé que dès lors que l’État décide d’autoriser l’avortement même à titre exceptionnel, il doit alors instituer un cadre juridique précis et une procédure fiable permettant aux femmes d’exercer de façon effective leur « droit » à l’avortement. Ainsi, ce n’est pas frontalement que l’avortement est imposé à l’Irlande et à la Pologne, mais en utilisant la voie périphérique d’obligations procédurales qui garantissent, non pas le droit (matériel) à l’avortement, mais le droit (procédural) de savoir si on a le droit d’y avoir recours. Cette approche procédurale oblige l’Irlande à clarifier les conditions concrètes d’accès à l’avortement. Ce résultat est atteint tout en reconnaissant l’absence de droit à l’avortement au sein de la Convention européenne des droits de l’homme, et sans qu’il soit nécessaire à la Cour de se prononcer sur l’interdiction de principe de l’avortement en droit irlandais. Pour imposer cette obligation procédurale, il est seulement nécessaire d’affirmer, sur la base de l’exception à l’interdiction en cas de danger pour la vie de la mère, qu’il existe un droit à l’avortement et que ce droit entre dans le champ de la Convention.

“L’enfant à naître aura-t-il un avocat au sein des ‘comités d’experts’ ?”

Pour exécuter ces arrêts, l’Irlande et la Pologne vont instituer un mécanisme décisionnel auquel pourront s’adresser les femmes désireuses d’avorter. L’Irlande (1) va probablement suivre l’exemple de la Pologne qui, en exécution de l’arrêt Tysiąc c. Pologne (no 5410/03) du 20 mars 2007, a entamé la création d’un « comité d’experts » chargé de décider au cas par cas si les conditions légales sont réunies pour la pratique d’un avortement. Ce comité interprétera nécessairement ces conditions et les fera évoluer. La composition de ce Comité est décisive et fait l’objet de débats au sein du Conseil de l’Europe : les organisations (2) militant en faveur du droit à l’avortement souhaitent réduire la proportion de médecins au profit de membres issus d’autres professions (juriste, associations, etc.). Cette demande a été relayée par le Rapporteur spécial des Nations-Unies sur le droit à la santé qui soutient « qu’une commission composée exclusivement de professionnels de la santé présente un vice structurel qui nuit à son impartialité » (3). Cette question est importante car les médecins ont une approche scientifique, objective et concrète des causes pouvant justifier éventuellement un avortement ; en revanche les juristes, et organisations politiques considèrent davantage l’avortement sous l’angle abstrait des libertés individuelles. À travers le débat sur la composition de ces comités se joue la définition de la nature de l’avortement, considéré soit d’un point de vue concret et médical, soit d’un point de vue abstrait, comme une liberté individuelle. Si l’avortement est une liberté, son exercice se heurte alors inévitablement aux médecins dont le pouvoir de décision est perçu comme une entrave illégitime. Cette confrontation est d’autant plus forte lorsque le médecin invoque sa liberté de conscience pour refuser de pratiquer un avortement.

En outre, le fait de confier à un comité la décision d’autoriser un avortement rend cette décision collégiale, ce qui a pour effet de dissoudre la responsabilité morale et juridique de la décision sur l’ensemble du comité.

Les décisions de refus de ce Comité devront être rapides, motivées et écrites afin de pouvoir être contestées en justice. Ainsi, la décision ultime d’autoriser l’avortement n’appartiendra plus aux médecins ni même au « Comité d’experts » mais au juge qui interprètera les critères d’accès à l’avortement. À ce jour, aucune procédure n’est prévue pour contester en justice des décisions autorisant un avortement, seul est envisagé le cas d’une décision de refus. L’enfant à naître aura-t-il un avocat au sein de ce comité ? Ce mécanisme décisionnel ne prévoit aucun garde-fou contre le risque d’interprétation abusive des conditions légales d’accès à l’avortement ; pourtant les pressions en ce sens seront très fortes, notamment de la part des instances européenne et internationales (4).

“Pourquoi une telle pression sur l’Irlande et la Pologne alors que ces deux pays sont parmi les meilleurs au monde dans les soins de santé maternelle, loin devant la France et les États-Unis ?”

Ainsi, le pouvoir ultime d’interprétation des conditions d’accès à l’avortement sera progressivement transféré au pouvoir judiciaire, et donc ultimement à la Cour européenne des droits de l’homme. Avec un tel mécanisme, la Cour européenne sera amenée à brève échéance à se prononcer sur le bien fondé des décisions de refus prises par ces Comités. Ce sera alors une nouvelle occasion de faire progresser le droit à l’avortement en Irlande.
Finalement, l’encadrement de l’avortement échappe progressivement au législateur et au médecin. S’agissant du législateur, la décision de principe de permettre ou non l’avortement n’est plus vraiment souveraine, puisqu’il a suffit à la Cour européenne de déclarer qu’il existe un « droit à l’avortement » en Irlande pour que cette affirmation s’impose comme nouvelle interprétation authentique de la Constitution irlandaise. Quant au médecin, son pouvoir va être transféré aux juges garants du respect des droits de l’homme.

Une question se pose : pourquoi une telle pression sur l’Irlande et la Pologne alors que ces deux pays sont parmi les meilleurs au monde dans les soins de santé maternelle, loin devant la France et les États-Unis (5) ? Pourquoi transférer au juge la responsabilité du médecin, alors que l’appréciation de la nécessité médicale d’un avortement relève de la compétence scientifique du médecin ? Où est l’urgence à légaliser l’avortement ? Pourquoi le Comité des Ministres a-t-il classé le suivi de ces affaires comme « prioritaire » alors que tant d’affaires graves de torture, de disparitions et d’assassinats sont traitées au ralenti ? Probablement parce que l’avortement détermine profondément la culture : sa légalisation a valeur de rituel de passage dans la postmodernité, car elle implique la domination de la volonté individuelle sur la vie, de la subjectivité sur l’objectivité.

*Grégor Puppinck est le directeur du European Centre for Law and Justice, une ONG basée à Strasbourg, et expert auprès du Conseil de l’Europe. L’ECLJ a soumis un rapport au Comité des Ministres sur l’exécution de l’arrêt A B et C c. Irlande, document DD(2012)917, accessible ici.

1. Voir le rapport du Groupe officiel d’experts institué par le gouvernement Irlandais pour proposer des modes d’exécution de l’arrêt, publié en novembre 2012 et accessible ici.
2. Voir la communication de l’Organisation « Centre pour les droits reproductifs » au Comité des Minsistres du Conseil de l‘Europe et la réponse du gouvernement Polonais DH-DD(2010)610E.
3. Voir le Rapport sur la Pologne du Rapporteur spécial sur le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible, M. Anand Grover, 20 mai 2010, Conseil des droits de l’homme, document n° A/HRC/14/20/Add.3.
4. Voir par exemple le rapport du Commissaire aux droits de l’homme relatif à sa visite en Irlande (26-30 novembre 2007), adopté le 30 avril 2008 (CommDH(2008)9), le rapport du Comité pour l’élimination de la discrimination envers les femmes (« CEDAW »), du Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme de juillet 2005 (A/60/38(SUPP), le Rapport périodique du Comité des droits de l’homme sur l’observation du Pacte des Nations unies relatif aux droits civils et politiques (CCPR/C/IRL/CO/3, en date du 30 juillet 2008).
5. Trends in Maternal Mortality: 1990-2010. Estimates Developed by WHO, UNICEF, UNFPA and the World Bank, http://data.worldbank.org/indicator/SH.STA.MMRT (last visited 20th November 2012).

Autres articles

7 Commentaires

  • Gisèle , 11 Déc 2012 à 23:30 @ 23 h 30 min

    Le prix à payer sera proportionnel !

  • hector galb. , 12 Déc 2012 à 16:20 @ 16 h 20 min

    Intéressante description.

  • tirebouchon , 12 Déc 2012 à 19:58 @ 19 h 58 min

    Ce sont les mères de ceux qui forment le conseil européen et les juges de la Cour européenne des droits de l’homme qui auraient du avorter…….et peut-être aussi les mères de tous nos dirigeants à l’origine de cette escroquerie manifeste qu’est l’Europe à l’égard des citoyens européens !

  • C.B. , 12 Déc 2012 à 22:30 @ 22 h 30 min

    “réduire la proportion de médecins au profit de membres issus d’autres professions (juriste, associations, etc.)”
    C’est bien la première fois que j’entends dire qu’une association est une profession!
    Alors qu’on a du mal à faire admettre qu’une mère de famille exerce une profession (non rémunérée! mais où l’on commence à admettre qu’elle acquiert des compétences qui peuvent faire l’objet d’une V.A.E.).
    Je veux bien qu’on instaure l’obligation de juristes, à condition que cela institue la présence obligatoire d’un avocat chargé de défendre les droits de l’enfant à naître.

  • gaudet , 19 Déc 2012 à 9:00 @ 9 h 00 min

    L’exemple lamentable de l’avortement, constitue un nouvel éclairage concernant la nature idéologique des véritables gouvernants à la tête des “institutions européennes” li s’agit d’un conglomérat détestable de politiciens pourris, exagérément rémunérés, dont la motivation profonde est de détruire tout ce qui fut l’immense richesse de notre cher occident, c’est à dire la chrétienté et la splendide civilisation, que cette religion bénie a magnifiquement engendrée.

    La courageuse résistance des peuples de la Pologne et de l’Irlande, qui par défense de leur foi catholique traditionnelle, ont refusé l’instauration de l’épouvantable régime de barbarie qu’impose la loi autorisant l’avortement et le meurtre d’un enfant innocent! nous sommes en présence d’un affrontement idéologique puissant et révélateur opposant des peuples spirituellement sains, à de sales politiciens ou de hauts fonctionnaires gâtés et corrompus, pour qui les doctrines anti chrétiennes de la franc maçonnerie, tiennent de livre de chevet!

    La question est de savoir si , consécutivement à la décision positive d’un juge face à un projet d’avortement, le médecin pourra encore refuser légalement d’accomplir cet acte de mort, car n’oublions pas que le contenu du serment d’Hypocrate, impose au médecin en aucun cas de provoquer la mort de quiconque mais au contraire de soigner des malades.

    Il se pourrait ainsi qu’en Irlande ou en Pologne , en fait peu de médecins soient disposés à obéir à l’injonction d’un juge, car elle s’oppose de manière grave, aux dispositions essentielles de la déontologie médicale universellement reconnues .

    Il s’agira donc également nécessaire de savoir si un médecin refusant de tuer un enfant sur l’injonction d’un juge, pourra être traduit devant les tribunaux et lourdement condamné pour s’être opposé à une décision de justice.

    Toutefois tout médecin victime d’une pareille mise en demeure , pourra encore invoquer le fait que la loi du pays interdit la peine capitale, et donc que la décision du juges consistant à imposer la mort d’une personne innocente , est elle même totalement illégale

  • kerneilla , 26 Juin 2013 à 11:44 @ 11 h 44 min

    L’avortement ne doit pouvoir être pratiqué qu’en cas de danger grave pour la mère ; et c’est une question purement médicale; tout le reste c’est de l’idéologie destructrice de notre civilisation judéo-chrétienne… Je soutien fermement la Pologne et l’Irlande qui refusent le laxisme. …
    Et à titre de témoignage personnel : j’ai refusé d’avorter malgré les pressions que je subissais, c’est la meilleure décision que j’aie prise dans ma vie, et je ne l’ai jamais regrettée. Par opposition je connais quelques femmes qui ont avorté et qui sont encore traumatisée trente ans après…Le problème est souvent la lâcheté des pères, et le manque de soutien aux futures mères.
    Merci à la Pologne et à l’Irlande… …

  • Esclarmonde , 11 Juil 2013 à 22:52 @ 22 h 52 min

    En Irlande, la question de l’avortement n’est pas seulement morale mais elle est également fortement identitaire. Et tout comme en Pologne, c’est le peuple souverain qui doit choisir et non pas des bureaucrates et ce, quelque soit le type de sujet qui est abordé.

    Il est aussi à noter qu’en Irlande, les problèmes de chômage et de baisse du budget national plombe l’économie locale et ce débat sur l’avortement tombe à point nommé pour diviser les gens…. Tout comme en France lors du débat sur le mariage homosexuel.

    De plus, ce débat sur l’avortement en Irlande est parti sur le scandale Savita Halappanavar, du nom de cette jeune femme enceinte décédée à la suite d’une septicémie. Les médias ont parlé d’une mort à la suite d’un IVG refusé à son égard, or les choses ne sont pas si claires que ça http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/search/label/Irlande

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen