La nouvelle île de France (6)

par Pierre-François Ghisoni*

Action, sentiment, présent, futur

Reprenons en tableau les éléments cités (habitat, métier, repos, couple, interrogations humaines). Ajoutons deux dimensions : celle du temps et celle du fonctionnement cérébral.

Une fois de plus il ne s’agit ici que d’outils suffisamment simplifiés pour favoriser la réflexion et la décision à tout un chacun.

Les trois premiers domaines (habitat, métier, repos) font référence au temps présent et aux actions.

Les deux suivants (couple, interrogations) font référence au futur et aux sentiments, par l’intermédiaire des enfants et des questions spirituelles.

Jusqu’ici nous n’évoquions qu’une famille. Il est temps de développer le groupe et d’y intégrer trois nouveaux mots : peuple, langue, monnaie.

Admettons en première analyse que nos multiples familles forment un seul peuple d’origine commune. Elles doivent communiquer entre elles, ne serait-ce que pour partager leurs expérience dans les cinq domaines précédents. Elles le feront à travers une langue, et une monnaie.

Un peuple entre histoire et futur

Pas question ici de lancer une discussion philosophique sur ces sujets, mais de réfléchir (pour se décider à agir) sur les attendus, les interrogations, les craintes, les nécessités :

  • Quelle langue ?
  • Une langue ? Deux ? Trois ? Plus ?
  • Comment la faire évoluer ? Quels liens linguistiques conserver avec la langue originelle ? Faut-il en changer ?
  • Quelle monnaie ?
  • Faut-il une monnaie ? Plusieurs ?
  • Créant quel type d’économie ? Etc. ?
  • Et s’il s’agit de personnes d’origines différentes, comment les questions précédentes doivent-elles être actualisées ?

Outre cela, le schéma dépasse la notion de peuple à un moment donné de son histoire pour la faire évoluer à partir du passé vers le futur.

C’est ainsi qu’apparaissent les notions complexes d’histoire, de nation, de civilisation, de culture, qui, entre passé et futur, sont les biens immatériels d’un peuple, ceux qu’il recueille et transmet, pour lesquels il vit, et combat si nécessaire, ou qu’il tente de sauver quand monte la mer des désastres.

Le mot « histoire » nous inclut dans le fil des âges, des événements, et éventuellement dans celui des hommes qui s’y trouvent mêlés.

Nous laisserons débattre ailleurs de la place de l’écriture, dans ce débat, ou du passage entre tel grand singe et tel homo. Pour notre projet il est plus constructif, plus éclairant, de raisonner sur des points précis d’histoire : la nôtre et celle d’autres peuples. Nous savons que le territoire aujourd’hui appelé France a subi une longue période d’extension, qui a culminé avec la Louisiane (presque un tiers du territoire actuel des USA), la constitution de l’Empire français, les départements français d’Afrique du Nord, etc.

Est survenue une progressive régression, avec la disparition du dit empire (entre autres) doublée maintenant d’une disparition de la souveraineté nationale dans ce que les technocrates appelle l’Europe, et que nous désignerons plus justement par Euroland.

Cette régression semble stabilisée sur le plan territorial. Il n’en est rien. Il n’est pas anecdotique que la France surveille mal son territoire maritime. C’est à Terre-Neuve que l’on vous apprend que la France y a abandonné ses droits de pêche en 1904. C’est tout récemment (avril 2013) que l’îlot Tromelin a failli être bradé par nos rigoureux et vaillants sénateurs. Certes un km² ne fait pas recette… mais les 280 000 km² de domaine maritime des terres australes et antarctiques françaises qui en dépendent ! Une paille…

Quant aux cités de non-doit dites pudiquement « sensibles »… si cela ne s’appelle pas de l’abandon de territoire par cette république dite « une et indivisible »… ? Demandez aux policiers de s’y promener tranquillement…

Donc notre projet pose la question de notre participation ou non à cette histoire.

Voici comment on pourrait développer :

  • Jusqu’où ce mouvement peut-il aller ?
  • Vais-je le cautionner en me contentant de quelques réformettes ?
  • Est-ce cela que voulaient mes ancêtres ?
  • Quelle histoire de France dois-je laisser à mes enfants ?
  • L’histoire est-elle une chose morte ou se construit-elle jour après jour ?
  • Qui fait l’histoire ? Suis-je un exclu de l’histoire sous prétexte que les médias ne me connaissent pas ? Le cordonnier, le boulanger, le facteur, le paysan et tous les autres dits anonymes dont je fais partie ne font-ils pas l’histoire ?
  • Et finalement, la pire des questions : ai-je encore le droit de vivre, d’être et durer comme je le veux ?

À suivre pour parler de civilisation en péril…

*Pierre-François Ghisoni (blog) est écrivain et éditeur.

partie 1 / partie 2 / partie 3 / partie 4 / partie 5

Pour bien comprendre le projet, lire :
La France ailleurs et toujours : la possibilité d’une île, par Éric Martin
Sécession, An I, par Pierre-François Ghisoni
La France, Louis de Bonald et l’émigration : la vraie patrie, par Philippe de Lacvivier
La possibilité d’une île : la question monétaire, par Jonathan Schramm

Autres articles

7 Commentaires

  • Clairon , 13 Mai 2013 à 11:07 @ 11 h 07 min

    Votre article et ces différents comptes rendus ne sont pas très concrets. Ce qui importe est la problématique de qui laisse t on rentrer et acquérir la nationalité.
    Comment acheter un territoire souverain ?
    Comment financer cet achat ?
    Comment se développera l’économie ?
    Quel système politique ? Quelles lois ?

    Pour répondre aux questions sensées de l’article:

    > Quelle langue ?
    Le français, je ne vois pas pourquoi une autre puisqu il s agit de la nouvelle France

    > Une langue ? Deux ? Trois ? Plus ?
    Idem

    > Comment la faire évoluer ? Quels liens linguistiques conserver avec la langue originelle ? Faut-il en changer ?
    Peut être révoquer les mots de novlangue qui ont été introduits par les brillants énarques et le verlan qui à pénétrer les dictionnaires

    > Quelle monnaie ?
    Excellente question, je suis pour un étalon or sans réserves fractionnaires

    > Faut-il une monnaie ? Plusieurs ?
    Plusieurs monnaies favorisent la concurrence mais aussi l escroquerie et la difficulté à prélever l impôt

    > Créant quel type d’économie ? Etc. ?
    Pas compris…

    > Et s’il s’agit de personnes d’origines différentes, comment les questions précédentes doivent-elles être actualisées ?

    La nouvelle France n a pas vocation à finir comme l’actuelle France républicaine.

  • Pierre-François Ghisoni , 13 Mai 2013 à 11:51 @ 11 h 51 min

    Merci d’avoir commenté ce questionnement. Pour le passage au concret, les questions posées servent à ce que des personnes réfléchissent, ne s’embarquent pas sur un coup de tête et restent vraiment intéressées. C’est aussi nécessaire pour passer progressivement à la question très concrète des décisions en commun. Car poser d’emblée une réponse ne nous paraît pas très cohérent avec notre pensée.

    Autre exemple de petite question concrète, sur la langue. Vous posez comme une évidence : “le français…”. Si l’on envisage la possibilité de San Pedro, sur les côtes chiliennes, en quelle langue envisagez-vous d’entrer en relation avec les Chiliens locaux ? Je ne les vois pas se mettre au français pour nous faire plaisir. Pour être, survivre et vivre en bonne intelligence, je pense qu’il faut un bilinguisme, et le plus correct possible. (ici, on peut faire part d’expérience en milieu québécois, par exemple).

    D’une façon générale, toutes les questions posées attendent des réponses concrètes de la part de personnes ayant une expérience dans le domaine considéré. Il semble, d’après votre commentaire (dites-moi si je me trompe) que les questions économiques aient davantage retenu votre attention que les autres. Pourriez-vous établir un topo plus complet sur cela ? (Ou autre domaine de votre compétence). Quelles erreurs à éviter ? Quels fondamentaux à mettre en place ?

    Merci d’avance

  • Gasc , 13 Mai 2013 à 14:51 @ 14 h 51 min

    Bonjour,
    Merci de votre réponse rapide et pertinente.

    “Autre exemple de petite question concrète, sur la langue. Vous posez comme une évidence : « le français… ». Si l’on envisage la possibilité de San Pedro, sur les côtes chiliennes, en quelle langue envisagez-vous d’entrer en relation avec les Chiliens locaux ? Je ne les vois pas se mettre au français pour nous faire plaisir. Pour être, survivre et vivre en bonne intelligence, je pense qu’il faut un bilinguisme, et le plus correct possible. (ici, on peut faire part d’expérience en milieu québécois, par exemple). ”

    => Il est vrai que le commerce exige le bilinguisme, mais le bilinguisme découlera de l’envie de commercer et non de la législation. L’espagnol serait sans doute à privilégier dans l’instruction des enfants mais il n’est nul besoin de “l’étatiser”. Cela dans un cas ou l’école resterait d’ordre privé (donc tournée vers la réalité).

    Pour ce qui est de l’économie, vous avez raison, c’est bien le domaine qui a retenu mon attention. Je rédigerais un papier un de ces jours et vous l’enverrais. Mes domaines de prédilections sont l’internet et l’économie.

    Puis je avoir votre mail ?

    Merci beaucoup

  • Pierre-François Ghisoni , 13 Mai 2013 à 15:59 @ 15 h 59 min

    Bien sûr, le voici : pfghisoni@gmail.com

    Cela dit, n’ayez aucune retenue à partager vos connaissances : le rédacteur, Eric Martin sera seul juge. Je ne suis dépositaire que d’une idée commune, d’une conviction (malheureusement nourrie de l’histoire de France ancienne et contemporaine) et de quelques années d’expérience (trop ?).

    Pour la langue : en fait tout dépend du statut d’un territoire : inclus ? autonome ? indépendant ? Selon les cas, la solution varie. de l’obligation au choix personnel.
    Dans mon cas (discutable), je dirais que la bonne solution serait : la langue maternelle (pardon M’sieurdames gendristes), une langue internationale (variable selon la sphère d’influence où l’on se trouve : espagnol, anglais, swahili, chinois…) et une langue pour se faire plaisir (régionale, esperanto, etc.)

    Evidemment, nous Français sommes mal placés : pas trop doués, considérant le Français comme devant être compris presque partout (ce qui était il y a un siècle).
    Je vous accorde que ce n’est pas simple.

    A bientôt

  • jejomau , 13 Mai 2013 à 15:59 @ 15 h 59 min

    Oui, je pense qu’il faut – naturellement – adopter comme langue celle des premiers migrants, donc le Français.

    L’évolution se fera aussi naturellement.

    Pour la monnaie, j’ai personnellement déjà donné mon avis (une monnaie basée sur un panier de monnaies) A noter que la difficulté de l’étalon-or nécessite 1) l’achat d’or, 2) constituer un stock d’or comme dans une banque 3) garder cet or par des “soldats” suffisament équipés et entraînés pour qu’il ne soit pas rapidement “rapté” ce qui arrivera très vite par une force militaire lambda appartenant à une nation mieux équipée qui débarquera sous un prétexte futile… Tout ceci n’étant pas très possible ni concret, voilà pourquoi je ne pense pas que – dans un premier temps – on puisse avoir une telle monnaie; surtout, le principe de base ici : est d’éviter la convoitise .
    On pourrait peut-être par ailleurs (on n’en a pas parlé) adopter le franc-CFA qui a cours dans de nombreuses ex-colonies françaises….?

    Pour acquérir la nationalité, on pourrait remettre en usage ce qui existait autrefois en France : le droit du sang et , en outre, peut-être prendre exemple sur une principauté comme Monaco ( être catholique, etc..) . Des critères assez simples à définir entre nous au départ.

  • Mdesplanteurs , 14 Mai 2013 à 15:07 @ 15 h 07 min

    Ne sommes nous pas français et fière de l’être? N’avons nous pas la volonté de préserver et faire fructifier la culture française, donc sa langue? il me semble que le français s’impose en tout cas comme langue principale.
    Tout dépend où se trouve notre territoir, mais il faut que soit pratiqué une autre langue pour nos relations commercial ou autre, avec le pays limitrophe. j’ai l’exemple de l’Algérie, Oran, où vivait ma famille (avant), une grande partie de la population parlait espagnole parce que une grande partie de la population était d’origine espagnole. mais ces populations ne se mélangeait assez rarement du fait de la différence de niveau d’éducation et de culture.
    Je pense que le français doit être le ciment culturel de notre Nouvelle France.

  • MANSON , 18 Mai 2013 à 16:24 @ 16 h 24 min

    La langue officielle doit être française c’ est une évidence, elle est reconnue comme langue diplomatique. Cette position n’interdit pas de commercer en espagnol ou en anglais.

Les commentaires sont fermés.