Éric Zemmour : «Merkozy est mort, vive Merkeron !»

Le Zemmour du vendredi. “Merkozy est mort, vive Merkeron ! C’est le nouveau roi d’Europe, le nouveau couple, la nouvelle alliance qui impose ses vues à notre continent. On ne l’avait pas vu venir lorsque la chancelière allemande avait accueilli avec mille grâces la menace du Premier ministre anglais de quitter l’Union. On aurait du se méfier, Hollande aussi. Depuis, il regarde passer les trains. Dans la négociation sur le budget de l’Union comme sur le prétendu plan de relance de croissance ou encore l’union bancaire, les positions françaises ont été enfoncées, défoncées, pulvérisées par le bulldozer anglo-allemand. L’annonce faite au même moment, par Bruxelles, de la création prochaine d’une grande zone de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis sonne comme une nouvelle provocation de Merkel et Cameron. Il y a dix ans, Lionel Jospin avait mis son veto à cette idée déjà avancée par la Commission, au nom de nos deux exceptions françaises : la culture et l’agriculture. Dix ans plus tard, Bruxelles, obstinée, revient à la charge. Les Français n’ont pas changé d’avis, surtout pas à gauche. Mais Bruxelles s’assoit, désormais, sur les réserves français car l’Angleterre et l’Allemagne sont enthousiastes. Même chose pour l’euro : la France peste contre son cours trop élevé, les Allemands la font taire, les Anglais se marrent : l’euro n’est jamais trop fort à leurs yeux puisqu’ils ont conservé la livre sterling, qui baisse suffisamment pour ressusciter une industrie anglaise compétitive pendant que son homologue française coule.

“Merkel et Cameron sont faits pour s’entendre.”

Merkel et Cameron sont faits pour s’entendre. Tous deux de droite, politiquement conservateurs, économiquement libéraux, partisans du libre-échange… Le grand large est l’âme de l’Angleterre et depuis que l’Allemagne s’est réunifiée, elle a renouée avec sa grande politique mondiale d’antan. Elle exporte partout ses voitures, ses machines-outils et, partout, elle retrouve la City qui finance tout ce dont elle a besoin. Les deux font la paire. Ils jugent également les Français trop socialistes, trop étatistes, trop protectionnistes, pour tout dire, trop européens. Bref, ils trouvent les Français trop Français. C’est historiquement le retour d’une alliance millénaire qui, de Bouvines à Waterloo, en passant par la guerre de Sept Ans, a longtemps ligué les Anglais et les Allemands contre les ambitions françaises. La monarchie anglaise vient de Hanovre et les élites britanniques ont toujours été fascinées par l’Allemagne. L’entente cordiale entre Français et Anglais fut en fait une parenthèse du XXe siècle pour contenir les visées hégémoniques de l’Allemagne sur le continent. Cette parenthèse se referme ironiquement alors même que les Français célèbrent, sans trop y croire, le cinquantième anniversaire du traité d’amitié signé entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Les deux hommes consacraient alors, dans la cathédrale de Reims, une Europe continentale, groupée autour du Rhin, d’inspiration carolingienne. Une Europe catholique, sociale, protégée à ses frontières par ses douaniers et son tarif extérieur commun… Bref, une Europe française. Une Europe que les Anglais ont toujours détesté et à laquelle les Allemands ne font plus semblant de se soumettre. Une Europe morte. Une Europe que Cameron et Merkel enterrent joyeusement.”

Lire aussi :
> Éric Zemmour : L’oligarchie et les médias contre Cameron et son projet de référendum sur la sortie de l’UE

Articles liés

22Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • fbastiat , 16 février 2013 @ 14 h 59 min

    Nous regardons passer les trains, mais ils vont heureusement dans le bon sens. Et comme nous sommes membres de l’UE, il faudra bien, d’une manière ou d’une autre, monter dans ces trains. L’UE nous pousse vers l’économie de marché et la liberté des échanges. Ne nous en plaignons pas.

  • saumhomme , 16 février 2013 @ 15 h 32 min

    “Une Europe morte. Une Europe que Cameron et Merkel enterrent joyeusement. ». Assurément avez-vous raison de dire cela, mais nest-ce pas une raison de plus de vouloir réssusciter la France pour que l”Europe, que vous semblez regretter de voir partir en vrille, se ressaisisse.

  • captier , 16 février 2013 @ 16 h 06 min

    eh oui c’est triste mais maintenant en FRANCE on ne connaît que
    deux mots,”grèves et vacances”constament sur les radios on ne parle que de départs en vacances,bouchons de 45kms,mais qui a les moyens de partir en vacances,à part les fonctionnaires je ne vois pas,nous ne partons plus en vacances depuis plus de dix ans
    simplement pour payer les mutuelles .

  • xanpur , 16 février 2013 @ 21 h 56 min

    Vous êtes un petit comique

  • fafado , 17 février 2013 @ 0 h 33 min

    Je ne vois pas de quoi vous pouvez rigoler alors que le pays sombre!!! cette Europe de plus en plus dirigée par une logique folle (non logique donc) contre les peuples, par une poignée de fonctionnaires grassement payés, eux, ne peut pas durer; d’autant plus qu elle s éloigne des fondamentaux qui ont présidé à la création de l Union, dont un était : bâtir un bloc économique afin de faire poids face à la prépondérance des Etats-Unis comme de l Union Soviétique; mission échouée, car les allemands (si vertueux..oups!!!), et les anglais, ont toujours été les alliés objectifs de Uncle Sam au sein d une part de la Commission, et dautre part, du Conseil de l Europe. Pas de quoi pavoiser donc, Monsieur Zemmour!!! si demain advient une grande zone de (soi-disant) libre-échange, gageons que “l ami” américain aura toutes les cartes en mains pour faire pièces à une Union de “faux-jetons”…..mais une forte monnaie ça!!!!!!

  • Masca38 , 17 février 2013 @ 5 h 06 min

    Au risque de déplaire, l’Europe n’existe pas. Afin qu’elle puisse exister, il est impératif que nous puissions nous servir d’une monnaie commune mais que nous pourrions dévaluer, que nous ayons les mêmes lois, les mêmes buts, la même armée, la même école et j’en passe. Espérons que nos enfants pourrons se regrouper afin de mieux servir l’Europe pour les Européens.

  • Mordicus , 17 février 2013 @ 10 h 13 min

    Toujours aussi (im)pertinent. Bravo!

Les commentaires sont clôturés.