Sécession, An I

Tribune libre de Pierre-François Ghisoni*

Le projet d’Éric Martin doit passer à la réalité. C’est une nécessité. Nous le sentons, mais nous devons le préparer, d’abord dans la réflexion.

1/ Revenez à mon article intitulé « Stresser avec Depardieu ». Il explique médicalement (l’ancien métier remonte en surface) le comportement constant de l’être vivant (humain ou animal) devant une situation stressante (inhabituelle, curieuse, dangereuse). Ces trois comportements sont aisément mémorisables : les trois « F » américains (fight, flight ou freeze), traduits par combattre, fuir ou faire le mort.

Nous sommes maintenant, nous Français de civilisation fière et libre (pesez chaque mot SVP), devant une situation de stress maximal, car nous sommes soumis à un risque mortel, et nos assassins sont ceux-là mêmes qui auraient dû nous guider et nous protéger.

Le grand risque gaulois est de ne pas comprendre que les trois comportements, bien que d’apparence différente sont convergents s’ils ont pour but ultime de vaincre le danger. Autrement dit : il est fondamental de ne pas jouer au petit Gaulois qui a plus raison que les autres, tant qu’on partage le même but. Car cela ne fera qu’une division complémentaire. Pensez au rire de vos ennemis ! Il faut au contraire jouer de tous les comportements comme des forces en puissance, et des alliés en place.

2/ Pour la première fois dans l’histoire de France contemporaine nous avons la chance unique de faire valider notre décision de sécession par des instances internationales.

En effet le président et tout son gouvernement sont fiers de déclarer publiquement et de passer en force pour « un changement de civilisation ». Ce qu’ils ont dit ne pourra être renié. C’est l’argument fondamental à mettre en avant devant les instances internationales pour déclarer notre sécession.

Il s’agit en effet d’un viol de conscience, et nous voulons, nous Français de civilisation libre et fière (une fois encore, pesez tous les mots) faire jouer notre droit international à disposer de nous-mêmes !

“Nous sommes maintenant, nous Français de civilisation fière et libre (pesez chaque mot SVP), devant une situation de stress maximal, car nous sommes soumis à un risque mortel, et nos assassins sont ceux-là mêmes qui auraient dû nous guider et nous protéger.”

Il faut insister sur cette réalité : la différence entre une simple carte d’identité et une identité de civilisation libre et fière. (Au fil des jours nous trouverons peut-être une meilleure formule, mais le fait demeurera pour être plaidé devant les instances internationales.) Hollande a perdu devant le monde entier, quoi qu’il fasse.

3/ L’existence d’une base extérieure est donc une nécessité. Nous devons l’avoir. Nous devons la faire. Nous devons y vivre, nous devons y mourir. Car ainsi sera-t-elle vivifiée et vivante.

4/ Un cas semblable a existé en France lors de la révocation de l’édit de Nantes. La perte des élites protestantes françaises (que personne ne hurle ! cf. premier chapitre, je sais que certaines frictions demeurent) coûta très cher au royaume. Il faut le remettre en mémoire à tous nos gouvernants, car nous allons faire partie de la deuxième vague d’émigration des cerveaux après les étudiants et chercheurs, et, n’ayons crainte de dire que nous avons aussi de la valeur. Nous ne sommes pas chassés, nous les lâchons ! J’ose même dire que nous lâchons les lâches, Hollande et assimilés.

5/ Partant avec une idée de civilisation chrétienne (qui intégra les pensées juive, grecque, latine… jusqu’à nourrir la République de ses idéaux fondamentaux laïcisés), nous aurons des alliés internationaux surprenants.

6/ Notre sécession doit être intérieure, extérieure, faite de combat proche, de combat à distance tant centré que de diaspora, de combat public et souterrain. Alors, elle vivra.

Nous devons y mettre nos forces d’âme, de cœur, d’esprit et de corps, chacun à son niveau, selon sa conscience.

Je propose de penser en S4R :

S comme sécession,
4R comme Réveil, Résistance, Reconquête, Rassemblement.

*Pierre-François Ghisoni (blog) est écrivain et éditeur.

Photo : l’île San Pedro, au Chili, près de 6 500 hectares à aménager

> Vous êtes près de 100 à avoir manifesté un intérêt sérieux dans ce projet. Nous allons organiser prochainement une réunion d’information et vous recontacter. Pour recevoir l’invitation : [email protected]

Du même auteur :
> Ou ça passe ou ça casse !
R comme réveil
Quatre « R » majuscules

Articles liés

69Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Vlad , 15 avril 2013 @ 19 h 51 min

    Ouaaah j’adore ce genre d’idée !

    Comment puis je participer avec mes maigres ressources d’étudiant ?

  • Frédéric B , 15 avril 2013 @ 19 h 57 min

    Etant donné les circonstances et mon état d’esprit face aux événements qui m’apparaissent insensés, je ne peux qu’encourager ce projet.
    Je dois avouer que j’aimerai beaucoup y participer et y contribuer sans avoir aucune idée dans l’état actuel des choses de ma capacité d’investissement dans sa réalisation.

  • Frédéric B , 15 avril 2013 @ 20 h 11 min

    Par contre, si ce projet devait se réaliser, je n’hésiterai pas un instant à lui offrir mon soutien, aussi insignifiant soit-il, au bénéfice d’une possibilité d’avenir meilleur pour mes enfants en renonçant à toute idée d’en jouir moi-même si nécessaire.

  • vchalmel , 15 avril 2013 @ 20 h 12 min

    Projet fou, donc très sain !

  • term , 15 avril 2013 @ 20 h 22 min

    Non c’est vrai. Mais on peut deja controler les impots locaux et les impots départementeaux qui vont prendre de plus en plus d’importance avec la décentralisation.

    Et en france il y aussi la possibilité de déduire ses impots quand on donne à une association, ceci pourrait permettre de financer la structure paralléle en donnant moins à l’état.

    Une fois qu’on controle le département on peut aussi faire sécession comme l’on fait les états d’urss. 2, 3 morts voir aucun dans certains etats et gorbatchev acceptait de leur donner leur indépandance.

    La solution exterieur a aussi des défauts faut donc voir laquel en a le moins.

  • CORNET , 15 avril 2013 @ 20 h 43 min

    Merci de me compter, avec ma famille, dans les destinataires des informations et réflexions à suivre.
    Je reviens en particulier sur ma suggestion de la Grèce.
    En petit comité, nous pourrons exposer certains aspects déjà mis en place et developper des possibilités.

  • Brisset Claude , 15 avril 2013 @ 20 h 52 min

    Non c’est un fait, mais Philippe de Villiers en Vendée à démontré qu’il était capable de créer de grandes choses sans solliciter la moindre aide financière étatique, donc sans solliciter par l’impôt les contribuables.

    Sans doute aurait-il quelques recommandations ou conseils à prodiguer, à ceux qui souhaitant partir de rien, ambitionne de grandes réalisations.

Les commentaires sont clôturés.