Éric Zemmour : «Hollande accuse le chef de la France libre d’être un massacreur, rien que ça !»

Le Zemmour du vendredi. Le fait que François Hollande a reconnu « la répression sanglante” du 17 octobre 1961 et rendu hommage aux Algériens tués, “a choqué” Éric Zemmour. Le chroniqueur réac’ explique pourquoi, ce matin sur RTL :

On sait désormais que François Hollande, à l’ENA, avait choisi comme spécialité la fiscalité, et non l’histoire. Déjà, il y a quelques mois, pour l’anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv, il avait évoqué un crime de la France en France, oubliant seulement, une peccadille, qu’à cette époque, la France avait été vaincue par l’armée allemande, que Paris était dans la zone occupée et que la police française n’avait pas d’autre choix que d’obéir à l’Occupant.

Laurent Bazin : Certains ont quand même désobéi, Éric…

EZ : Non, si vous m’interrompez, on peut partir pour trois heures. Certains n’ont pas désobéi, certains ont prévenu des juifs. La police française était réquisitionnée.

LB : Je vous laisse continuer.

EZ : Voilà ! C’est même pour cette raison, justement, on y vient, que le Général de Gaulle était parti à Londres, pour incarner une France vraiment libre et souveraine. Si Vichy était la France, De Gaulle n’était qu’un général factieux condamné à mort. Mais Hollande reprenait là l’œuvre de repentance entamée par son vrai maître, Jacques Chirac. Repentance que François Mitterrand avait toujours refusé avec une rare véhémence. “Ceux qui demandent ça, avait dit Mitterrand, n’aiment pas la France”. L’élève Hollande dépasse cette fois son maître Chirac qui conservait, malgré tout, au fond de lui, un reliquat de surmoi gaulliste. Après Pétain, c’est le Général de Gaulle qui se retrouve dans son collimateur. Hollande ne peut se cacher derrière le Préfet Papon, qui a le dos large, mais n’était qu’un fonctionnaire. En 1961, le chef de l’État s’appelait Charles de Gaulle et son Premier ministre, Michel Debré. Hollande accuse donc le chef de la France libre d’être un massacreur, rien que ça !

“La population algérienne n’est pas dupe : elle sait que le FLN, en difficulté, tape toujours sur la France, pour redorer son blason et faire oublier son incurie. Elle découvre que, chez l’ancien colonisateur, c’est la même chose… et toujours sur le dos de la France.”

LB : François Hollande dit précisément qu’il reconnaît les faits, qu’il rend hommage aux victimes. Et après tout, ces faits sont établis par les historiens…

EZ : Oui, l’Élysée a cru habile, dans cette affaire algérienne, de jouer sur les mots. Un hommage n’est pas une contrition, une reconnaissance n’est pas une repentance. Mais le simple fait d’évoquer une sanglante répression donne satisfaction à une vieille revendication du FLN. Or, il faut rappeler que les indépendantistes algériens sont des spécialistes de la manipulation des chiffres qu’ils enflent sans précaution quand il s’agit de se victimiser. Cette manifestation, qu’on nous présente aujourd’hui comme pacifique, avec des trémolos dans la  voix, était interdite. C’était simplement une sédition contre l’État. Le Général de Gaulle ne plaisantait pas avec l’État. Dans le même temps, les soldats français du contingent envoyé en Algérie servaient de cibles aux amis des manifestants pacifiques de Paris et des civils aussi mourraient dans des attentats sanglants. À Paris, les principaux morts algériens n’étaient pas victimes de la police française mais des raids lancés par le FLN contre ses rivaux du MNA ou des Algériens qui avaient choisi de rester fidèles à la France. C’était la guerre, mais François Hollande ne semble pas le savoir. Mais il prépare dans les meilleures conditions possibles son prochain voyage en Algérie : le président Bouteflika adore jouer avec la culpabilité coloniale française, nous comparer aux nazis, établir des rapprochements oiseaux avec Oradour et demander une officielle repentance. Avec Hollande, il a trouvé un client idéal. La population algérienne n’est pas dupe : elle sait que le FLN, en difficulté, tape toujours sur la France, pour redorer son blason et faire oublier son incurie. Elle découvre que, chez l’ancien colonisateur, c’est la même chose… et toujours sur le dos de la France.

Lire aussi :
> Quand la gauche confond mémoire et histoire, par Christian Vanneste

Articles liés

20Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • jean-luc , 19 octobre 2012 @ 12 h 22 min

    Cette reconnaissance, qui s’apparente à une forfaiture, est l’oeuvre de Benjamin Stora, propagandiste anti-français et pro-islamiste, chef de file des repentants. Hollande lui-même n’ayant aucune culture digne de ce nom ne connait rien à rien et va flatter le dictateur stalino-islamiste Bouteflika et donc le renforcer. Cette reconnaissance face à un chef d’Etat issu d’un parti d’égorgeurs et de massacreurs d’innocents dans des attentats aveugles est une honte (tout comme les idioties anachroniques racontées racontées à Dakar sur la traite négrière pour flatter le communautarisme à la Taubira). Le parti d’apparatchiks corrompus au pouvoir depuis l’indépendance en Algérie a totalement échoué (sinon pourquoi tant d’algériens émigreraient-ils) et détourne l’attention de la population par des hochets mémoriels dignes du pire pire populisme que Hollande va donc aller encourager à Alger. Quel paradoxe !

  • lagronie , 19 octobre 2012 @ 15 h 21 min

    bravo Monsieur ZEMMOUR

  • Lach-Comte , 19 octobre 2012 @ 17 h 06 min

    que ça plaise ou non à Zemmour et à tout ce qui reste de gaullistes, oui, de Gaulle est un massacreur : oh pas le massacreur du 17 octobre 1961, qui a fait, à tout casser, 2 ou 3 victimes qui n’avaient rien à faire là, en temps de guerre, dans une manifestation interdite, non, de Gaulle est le massacreur de :
    – d’Alger, rue d’Isly du 26 mars 1962,
    – d’Oran, du 5 juillet 1962 et des jours qui suivirent.
    Massacreur entre 1958 et 1962, de tous les appelés, des civils assassinés et des harkis plus tard. Il a assez de sang sur les mains pour ne pas lui mettre celui qui n’existe pas.

  • Gérard , 19 octobre 2012 @ 17 h 52 min

    De Gaulle aimait sans doute la France, mais pas les français. Il aurait dù être traduit devant un tribunal pour “crimes contre l’humanité” pour le massacre des Harkis et des pieds noirs quand il a ordonné à l’armée de rester l’arme au pied en 62. J’y étais !
    Ceci dit, nous apprenons sur d’autres rubriques (le droit du sol) par des algériens eux mêmes, que le FLN avait inclus dans l’affaire du 17 octobre 61, tous les morts de la guerre intestine entre la FLN et le MNA. En témoignent les entrèes à la morgue de ce jour là. Cela n’a pas échappé à Zemmour, bien meilleur historien que Stora.
    Enfin, il serait temps que les français se révoltent contre le sentiment de culpabilité dans lequel les “politi-chiens” nous entretiennent depuis Chirac particulièrement …

  • ANNE CHARLET , 20 octobre 2012 @ 11 h 52 min

    Bravo Zemmour et courage

  • donremy , 20 octobre 2012 @ 13 h 39 min

    oui, bravo a E ZMMOUR; il y en a marre de tous ces politiques qui ne font qu enterrer la France,j ai lu un article de BERNARD LUGAN qui dit lui aussi que les excuses de HOLLANDE ne font que renforcer la haine ANTI FRANCE,
    et en écoutant MITTERAND dans un autre article, nous allons finir par le regretter, car lui aimait son pays
    j esp^ére de tous ces messages et ces notes sont transmises au gouvernement

  • Aaron , 20 octobre 2012 @ 14 h 06 min

    Ne vous inquiétez pas pour ce dernier détail; il y a des spécialistes aux RG qui scrutent les sites et dressent des rapports quasi quotidiens, rapports remis à qui de droit.
    Je ne m’autorise pas à m’étendre sur ce sujet….

Les commentaires sont clôturés.