Réponse d’un « tartuffe anti-corrida » à Franz-Olivier Giesbert

Tribune libre de Christopher Lings*

Le débat sur la corrida battant son plein – le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur son cas le 21 septembre -, opposants et aficionados s’affrontent à coup de tribunes et de mobilisations. Parmi eux, Franz-Olivier Giesbert, patron du magazine Le Point, qui y publie aujourd’hui une attaque contre les “tartuffes anti-corrida”.

Dans son papier, FOG dénonce l’hypocrisie de la société française qui, d’un côté, s’indigne de ces spectacles et, de l’autre, ignore les conditions d’abattage des animaux d’élevage. Argument totalement démago et risible : un juste combat n’en rend pas moins légitime un autre. Selon le journaliste, il faudrait fermer les yeux sur la corrida sous prétexte que, dans nos abattoirs, il se passent des choses bien plus “scandaleuses et répugnantes”.

Et ce dernier de persister dans l’absurdité à propos des scènes d’abattages : “Seulement voilà, elles se passent derrière des murs qui étouffent les cris des bêtes. Elles ne gênent donc pas les tartuffes du XXe siècle qui ne supportent pas la vue du sang dans une corrida ou d’une partie de chasse.” Quelle est la valeur de cet argument ? Aucune. La réponse se trouve dans la question : si les abattages suscitent moins d’indignation, c’est parce qu’ils se passent dans l’ombre, derrière les murs. Et s’ils se passent dans l’ombre, justement, c’est parce que la mort n’est pas un spectacle.

Comment peut-on comparer des animaux d’élevage destinés à être abattu pour nourrir l’homme, et une pratique primitive consistant à mettre en scène la supériorité de son espèce sur le monde animal ? Dans les abattoirs, aucune tribune n’est installée, aucun beauf avide de sang ne vient applaudir la mort. On ne compare pas une pratique de nécessité de survie, l’élevage et l’abattage, à une distraction futile et cruelle.

La torture n’est pas une culture. La corrida est ce qu’il y a de plus minable en l’humain, flatte ses plus bas instincts. Et on ose encore appeler cela un combat ! Pendant plusieurs minutes, un taureau seul et paniqué fait face à une dizaine de pantins aux allures de poupées (dixit Cabrel) qui se servent de sa naïveté et de sa peur pour, lentement, l’affaiblir, le saigner, lui ôter tout moyen de défense et, au final, le mettre à mort dans des conditions bien souvent horribles. Où est le combat ? Où est la fierté de la bête qui, selon les amateurs, a le “privilège” de “mourir en combattant” ? Plus en savoir plus sur les conditions de mise à mort, je vous renvoie à mon article détaillé sur le sujet.

Malgré tout, FOG continue de se demander : “Quelle sera la plus belle mort ?”

Comme précisé plus haut, il ne s’agit pas de culture ni de tradition. À travers la corrida, l’homme offre en spectacle sa supériorité. Il n’est pas question de tuer pour se nourrir, comme dans les abattoirs (aussi cruels soient certains d’entre eux, qu’il faut combattre également), mais de tuer pour jouir. Jouir de sa puissance, jouir de sa première place dans l’ordre de préséance des espèces. Cruauté gratuite et auto-gratifiante. Je persiste : cette démonstration de force sadique reflète les plus bas instincts de l’homme.

Dans un feu d’artifice d’âneries, Franz Olivier-Giesbert conclut : “Il s’agit surtout de cacher ce sang qu’on ne saurait voir. Tuez, bonnes gens, massacrez et torturez, pourvu qu’on n’entende rien et que ce soit à l’abri des regards !” Pathétique. Voilà que ce dernier culpabilise l’homme d’avoir à tuer pour se nourrir. Difficile de faire mieux !

Oui M. Giesbert, la mort n’est pas quelque chose d’amusant et c’est pourquoi, justement, les animaux sont tués dans des abattoirs clos et pas dans des arènes. Que leurs conditions d’élevage et d’abattage soient souvent indignes ne fait aucun doute. Personne ne le conteste. Est-ce une raison pour traiter les anti-corrida de “tartuffes” ? Un juste combat n’en annule pas un autre. Au final, M. Giersbert, avec votre naïveté et votre indignation irréfléchie, c’est vous qui, après ce papier vide de sens et de cohérence, approuvez ces deux scandales.

L’un se passe derrière des murs et est destiné, au fond, à la survie de l’espèce humaine ; l’autre se déroule dans des arènes remplies de milliers de personnes jouissant de cette horreur et applaudissant la mort. Là est toute la différence.

« Je les entends rire comme je râle. Je les vois danser comme je succombe. Je pensais pas qu’on puisse autant s’amuser autour d’une tombe. » 
Francis Cabrel, “La corrida”.

*Christopher Lings est le directeur de publication du Bréviaire des patriotes.

Autres articles

34 Commentaires

  • Frédérique , 25 Sep 2012 à 8:46 @ 8 h 46 min

    Ne soyez pas si péremptoire et vaniteux.
    “seul, l’avis du Conseil Constiutionnel VOUS intéresse.”

  • Frédérique , 25 Sep 2012 à 8:50 @ 8 h 50 min

    On peut très bien s’écharper sur plusieurs sujets en même temps.

  • GC Lehane , 27 Sep 2012 à 15:02 @ 15 h 02 min

    L’avis du conseil de toute façon ne pouvait être autre dans une fausse démocratie comme la France; quand le ministre de l’intérieur, affiocs comme pas possible, avoue de lui même “on a la capacité de tout bloquer”, cela veut bien dire ce que ça veut dire. Mais croyez moi la corrida finira par tomber.

  • bidouille , 28 Sep 2012 à 4:24 @ 4 h 24 min

    La tuerie des animaux dans les abattoirs c’est pour la survie, pour se nourrir ??? comme si l’alternative n’existait pas…. La tuerie des abattoirs, c’est le plaisir gustatif (les aficionados revendiquent aussi leur bon plaisir), c’est la gastronomie (tiens, pan, la tradition) et c’est surtout une histoire de gros sous (groupes industriels avec des sous plein les poches). Que des arguments éthiquement nuls ! Les abattoirs ne sont pas plus légitimes que les corridas.

    S’indigner contre la corrida est fort juste. Elle devrait aller de pair avec une remise en cause des abattoirs. Là où FOG se plante, c’est que justement, chez la plupart des anti-corrida, la condamnation du meurtre d’un animal est la même que ce meurtre se déroule dans une arène ou derrière les portes d’un abattoir

  • David ruffieux , 30 Sep 2012 à 19:58 @ 19 h 58 min

    Là où vous trompez, et où vous ne poussez pas assez votre réflexion M. Lings, outre que la consommation de viande cause une violence suffisamment extrême pour être cachée des yeux du public, c’est que la survie de l”homme ne dépend pas de la consommation de viande. On peut même formuler que cette consommation de viande va rendre les conditions de survie sur la Terre difficiles. L’abattage des animaux de boucherie se passe derrière des murs et est destiné, au fond, à la survie de l’espèce humaine. C’est faux. La viande est un choix qui nous a été imposé depuis plus de 50 ans par des décisisions stratégiques de développement économique. La consommation croissante de viande permet l’essor de l’industrie agroalimentaire et de grands groupes transnationaux puissants. Je suis végétarien, comme des millions d’êtres humains, et je m’en porte bien mieux à tout niveau, ma conscience s’est un peu soulagée de tous ces meurtres d’animaux au nom de nos plaisirs de la table. L’abolition des abattoirs sera sans doute une façon d’assurer notre survie dans le siècle à venir. On serait plus cohérent de condamner la corrida ET de penser sérieusement à ne pas donner à quelqu’un d’autre le couteau qui va trancher la gorge de l’agneau.

  • Jean , 1 Oct 2012 à 16:25 @ 16 h 25 min

    Dernière feria de Nîmes : arènes archi combles …
    venez discutez avec les aficionados … écoutez (au moins) leurs valeurs …
    venez au campo où sont élevés les toros … vous verrez la réalité …
    Fuyons cette société asceptisée …
    Fuyons cette conception de l’animal “disneylandienne” …
    Fuyons cette hypocrisie mal saine …
    ET SURTOUT COMBATTONS ces sectes animalistes … écofascistes …. regardez les dessous du spécisme !!!!

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France