Paris, au bonheur des villes basses

par Ludovic*

Paris… Beaucoup a été dit sur notre belle capitale, sauf sur l’une de ses principales caractéristiques : sa hauteur. Paris est une ville basse, mignonne, à taille humaine. Le voyageur ne peut qu’être marqué par la différence avec les autres grandes cités du monde. Tokyo, Shangaï, New York, Rio, et la plupart des nouvelles grandes zones urbaines sont marquées par les gratte-ciels, tour d’habitations et immeubles de bureaux. On peine à y voir le ciel et l’on s’y sent parfois cloîtré, noyé dans une densité de population que favorisent ces invraisemblables bâtisses. Impressionnante, la hauteur de ces villes vaut le coup d’œil, mais, habitué à vivre ou travailler en étage élevé, comme hors de l’espace et du temps, l’habitant y est à l’image des plantations hors-sol. Or, ce n’est pas la moindre des qualités de notre capitale – mais aussi de la plupart des villes européennes – que de ne s’être développé que dans le respect de la dimension humaine des structures. Le fruit d’une longue histoire, et la suite logique d’une époque médiévale qui n’était pas aimantée par la démesure propre à notre époque. Quand la plupart des grandes agglomérations modernes n’étaient que friches, les villes européennes étaient déjà toutes de pierres vêtues…

Or, ne voilà-t-il pas que la modernité féroce et son hubris sans limite atteint désormais la municipalité de Paris. Les projets de tours fleurissent : après l’agrandissement du quartier de la Défense (fort heureusement situé en périphérie), et les projets d’énormes blocs de logements « sociaux » jusque dans les beaux quartiers (certains ont été bloqués par des associations locales dynamiques), il est prévu d’enfermer Paris entre des tours colossales. Trois projets ont déjà été votés par le Conseil de Paris, fortement imprégné d’idéologie dite progressiste : une tour de verre de deux cents mètres de haut près du Parc des expositions de la porte de Versailles (les travaux de soubassement y ont déjà commencé), un gros ensemble dans le joli quartier des Batignolles (17ème arr.), et de nouvelles constructions dans le 13ème arrondissement, proches du périphérique, alors que la quartier est déjà – avec Beaugrenelle – l’un des rares ratés de Paris. Le pire, c’est que la plupart de ces ensembles sont majoritairement destinés à des espaces de bureaux, et non d’habitations. C’est que les prix de location sont plus élevés dans le secteur, et les immeubles plus chers à vendre. Pour le plus grand malheur des habitants et de la nature, la puissance publique manque rarement l’occasion d’augmenter son pécule.

Une pétition a été lancée pour contrecarrer ces projets de la municipalité. Rien n’est irréversible en effet. Et à moins de raser le Paris actuel, notre capitale ne devrait subir que des assauts limités. Il n’empêche : à contre-courant de ce qui est à la mode, Paris gagnerait à rester fidèle à elle-même ; une belle ville basse, à taille humaine, loin de la destruction programmée par les adeptes de Babel. Ne serait-ce que pour le bonheur de contempler, encore, les étoiles…

* Ludovic est membre du Cercle Lutèce, une association qui propose de “découvrir, vivre et partager Paris” (site).

Articles liés

2Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Fikmonskov , 23 août 2012 @ 14 h 37 min

    Bonne remarque, et c’est en effet un combat juste.

  • Michel , 29 août 2012 @ 21 h 28 min

    Et moi qui pensait qu’on raserait bientôt cette verrue qu’est la Tour Montparnasse…

Les commentaires sont clôturés.