Tours jumelles de Levallois-Perret : pertes à tous les étages

Alors que l’arrêt de la construction des deux tours jumelles du cheikh saoudien Al Jaber à Levallois-Perret – pourtant confirmées lors du débat sur le PLU le 23 mai dernier – vient d’être annoncé, le conseiller général divers-droite des Hauts-de-Seine Arnaud de Courson (entretien) dénonce dans un communiqué “l’échec de Patrick Balkany et son équipe municipale dans l’élaboration de sa politique urbanistique démesurée” et “un fiasco”. “Si les chiffres annoncés sont réels, le terrain Fiat va être revendu pour 152 millions d’euros (par la ville, ndlr) alors que son prix d’achat (par le cheikh, ndlr) était de 243 millions d’euros”, jamais versés par le Saoudien, ce qui représente une perte de 91 millions d’euros. “La ville a financé ce terrain depuis 7 ans pour un coût de 70 millions d’euros” ajoute le tombeur d’Isabelle Balkany. Et “pour se débarrasser de ce terrain, le Maire (l’UMP Patrick Balkany, ndlr) a été obligé d’en céder deux autres à BNP Paribas, l’un qui correspond à l’ancien immeuble Danone, rue Jules Guesde, et l’autre à l’angle des rues Baudin et Anatole France au pied du métro” à des prix de droits à construire (DAC ou dot), disons… d’ami : 2 500  euros le m2 pour le terrain “Fiat”, 2 500 euros le m2 pour le terrain “Danone” et 1 650 euros le m2 pour le terrain “Baudin/Anatole France”

Addition salée. “Comment des droits à construire en centre ville et devant le métro peuvent ils être de 33% inférieurs à ceux de terrains en périphérie de ville ?” s’interroge Arnaud de Courson qui parle d’un cadeau du maire aux différents acquéreurs “d’un montant minimum de 60 millions d’euros !”. “Au total, l’entêtement de Patrick Balkany pour les tours jumelles aura couté en 7 ans plus de 220 millions d’euros” dénonce-t-il. Et encore, “il est fortement probable que l’addition [soit] encore plus élevée dans quelques années” à cause du projet d’une tour en face des quartiers d’habitations du Front de Seine qui risque d’entraîner “de très nombreux recours”.

Au 31 décembre 2010, la ville de Levallois-Perret était endettée de plus de 720 millions d’euros soit 11 318 euros par habitant contre une moyenne de 2  076 euros pour les habitants des communes de 50 000 à 100 000 habitants n’appartenant à aucun groupe fiscalisé.

> Nouvelles de France lance un mensuel papier à la rentrée : abonnez-vous !

Les tours jumelles devaient culminer à 164 m en bord de Seine, mariant bureaux et hôtellerie de luxe. A la place est désormais prévu un programme plus modeste de bureaux s’élevant sur huit étages.

Autres articles

3 Commentaires

  • Johanne Hauber-Bieth , 26 Juil 2011 à 10:07 @ 10 h 07 min

    Le Pharaon de Levallois nous pompe l’air à force d’endetter notre ville dont il a déjà bien massacré l’âme en grand démolisseur de tout ce qui faisait pour nous ce “Levallois-Village” cher à nos coeurs !

  • Frederic Bonnin , 27 Juil 2011 à 7:17 @ 7 h 17 min

    Qu’en pensent les levalloisiens ? Des travaux gigantesques qui vont encore menacer une circulation difficile dans une ville battant tous les records de densité de population et de surendettement…

  • Molly Lopiter , 30 Juil 2011 à 14:03 @ 14 h 03 min

    Je vais être honnête, si Levallois ne vous plait pas, PARTEZ !
    La dette? C’est quoi cette rangaine que l’on nous sort à chaque fois. Celle ci sera réduit de 50% voir plus dès la vente de la ZAC Eiffel donc d’ici 1,5 an.
    Les Levalloisiens ils sont fiers de Levallois et de son développement. On voit bien que Frédéric Bonnin n’habite pas à Levallois car je voudrais bien que l’on me dise ou la densité de population pose un soucis à Levallois. Que l’on me parle de circulation je veux bien mais franchement la densité de population est un argument bidon!

    J’aimerai savoir aussi si vous pensez sincèrement que des banquiers prête de l’argent comme ça? Les emprunts d’une municipallité sont sur des échéances bien plus longues que pour des prêts au particulier. L’emprunt ne peut se faire que pour du développement principalement foncier et non pour du fonctionnement. La ville s’auto finance donc quant à ces services et sont fonctionnement. Pour rappel nous payons encore les prêts de la municipalité engagés sous Parfait Jans avant 83.

    Encore une fois arrêtez de “gober” les discours d’une opposition que ne propose rien! La preuve, Arnaud de Courson élu aux dernières cantonales ne pourra rien faire, proposer ou soutenir comme dossier car il n’appartient à aucun regroupement au conseil général et ne siège pas à la commission permanente. Le contribuable va donc payer qqun 1500€/mois pour ne rien faire de particulier.

    Pour finir, je dirai : Levallois tu l’aime ou tu la quitte !

    Si les services à l’enfance, le sport etc… tou

Les commentaires sont fermés.