Hellemmes : le maire pris à partie par des habitants qui ne veulent pas de familles Roms sur la commune

Préférence étrangère. Entre 150 et 200 personnes ont défilé samedi matin dans les rues d’Hellemmes contre le projet d’installation de cinq familles Roms dans la commune alors que plusieurs dizaines d’habitants sont mal logés et attendent que la municipalité leur vienne en aide. Le maire PS Frédéric Marchand a été pris à partie.

“Les manifestants s’étaient réunis devant un parc de la rue Corneille où la commune devrait installer un village d’insertion comme ailleurs dans la métropole. Ils ont ensuite pris la direction de la mairie en scandant des slogans hostiles à la population Roms. Mais en arrivant devant l’hôtel de ville, un dispositif policier leur barrait l’entrée”, rapporte Nord Éclair.

“Le groupe a donc fait demi-tour pour tenter de trouver le maire dont il réclamme la démission. Ils l’ont finalement trouvé dans une salle communale un peu plus loin. Le dialogue a été vif, Frédéric Marchand a été bousculé. Le ton est monté. Il y a eu certains crachats dans la foule et même quelques coups de pieds” continue le quotidien.

“Face à cette impasse, le maire a voulu partir mais les manifestants lui ont barré la route. Il a fallu user des coudes. Tout en l’insultants, des membres du cortège ont même tenté de poursuivre le maire lorsqu’il s’est échappé par une porte. La troupe a ensuite quitté la salle communale. Un peu plus tard, Frédéric Marchand a confié devant la presse qu’il avait eu peur, mais déterminé plus que jamais à poursuivre son projet.” La préférence Rom, coûte que coûte…

Autres articles

22 Commentaires

  • Gérard , 27 octobre 2012 @ 20 h 21 min

    A toutes les communes de France : A L’ATTAQUE !

  • Goupille , 28 octobre 2012 @ 1 h 59 min

    Une belle histoire de France :

    Mon village comportait 1515 habitants.
    Son maire, socialo, franc-mac, soucieux de faire prospérer l’école communale nullissime avec laquelle on lobotomise les futurs citoyens de France, soucieux aussi de faire tomber de la dotation d’équipement ponctionnée dans la poche inépuisable des contribuables, a mité les terres agricoles pour que s’y construisent des pavillons.
    Pavillons dans lesquels vivent les familles qui se soucient peu de voir leurs enfants grandir au contact de la caillera et ont quitté la ville pour être au calme.
    La population ayant augmenté, nous sommes désormais astreints au pourcentage obligatoire de logements sociaux.
    Le maire étant socialo, et franc-mac, et grand ami du genre humain, le pire est à craindre.

    Moralité :
    Si tu ne vas à la caillera, la caillera ira-t-à toi.

  • Goupille , 28 octobre 2012 @ 2 h 05 min

    Il est tard…

    “… les familles qui se soucient peu de voir…”
    “… les familles qui goûtent peu de voir…”

    Sorry !

  • Ampelius , 28 octobre 2012 @ 9 h 27 min

    Nous sommes tous des Hellemmiens français!

  • François2 , 28 octobre 2012 @ 9 h 48 min

    Le maire a dérapé et ce sont les habitants qui sont accusés de déraper par les journalistes (de gauche).

  • PATUREAU , 28 octobre 2012 @ 9 h 55 min

    les ROMS étant européens, le maire pense a sa réélection et compte comme beaucoup de socialistes et autres gogos, se faire réélire par ces ROMS, qui étant européens peuvent participer aux élections municipales, pas fou le maire, des Français il en a rien a foutre, ce qui compte pour lui c’est sa réélection, car la place est bonne et bien payée

  • Sylvie , 28 octobre 2012 @ 9 h 57 min

    Le peuple commence déjà à gronder et c’est une très bonne chose. J’ai confiance en les gens du Nord, car ils n’aiment pas les injustices dont ils sont l’objet.
    Quant aux Roms qu’ils repartent en Roumanie ou en Bulgarie. Les Français n’en veulent pas… Même les Arabes qui vivent à notre contact les détestent.
    Alors du balai, les Roms ! sinon ça craint.

Les commentaires sont fermés.