Identitaire de gauche ?

Tribune libre de Robert Ménard*

C’est en entendant le Parti communiste réclamer, avec quelques autres, rien de moins que la dissolution des Identitaires — après leur occupation pacifique d’une mosquée, en construction faut-il le rappeler — que je me suis surpris regrettant… Georges Marchais. Oui, vous avez bien lu, Georges Marchais, notre stalinien tricolore, notre communiste bien de chez nous.

Georges Marchais ne jouait pas petit bras, contrairement à ses lilliputiens de rejetons. Quand le grand Georges avait une conviction, il allait jusqu’au bout. Rappelez-vous, c’était le 24 décembre 1980, la veille de Noël, Paul Mercieca, le maire communiste de Vitry, avait fait raser… un foyer Sonacotra où logeaient plusieurs centaines de Maliens ! Le patron du PCF n’avait pas molli et volé au secours de son camarade : « J’approuve le refus de Paul Mercieca de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, d’immigrés. » Et d’ajouter : « La cote d’alerte est atteinte […] C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. »

À côté, les banderoles des Identitaires, c’est de la gnognotte, de la roupie de sansonnet, un chahut de patronage. Et personne, alors, n’a collé au camarade Marchais un contrôle judiciaire avec interdiction de quitter la place du colonel Fabien. À la CGT, on n’excluait pas, à l’époque, les militants qui trouvaient, eux aussi, que « l’immigration ça suffit, basta ».

Aujourd’hui, le Parti communiste, faute de peser d’un quelconque poids électoral, donne dans la morale. On fait avec les moyens qu’on a… Et avec le reste de la gauche et ses satellites associatifs, il mettrait bien au trou les troublions de Génération identitaire. On a les vengeances qu’on peut…

Alors oui, j’en suis persuadé, il faut réhabiliter d’urgence Georges Marchais. Et puis, quelqu’un qui savait renvoyer dans ses cordes un Jean-Pierre Elkabbach ne peut pas être un mauvais camarade. Au fond, un Identitaire de gauche ?

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il vient de lancer le portail Boulevard Voltaire.

Autres articles

8 Commentaires

  • MB , 7 Juin 2014 à 14:20 @ 14 h 20 min

    Cet article est un mensonge sur pattes puisqu’il reprend le mythe de Marchais “luttant contre l’immigration”.
    Or, Marchais et le PCF faisaient l’inverse: c’étaient les seuls à essayer d’intégrer les immigrés, avec des villes comme Gennevilliers atteignant des taux de 60% d’immigrés!

    Parce que les autres villes (notamment de droite) refusaient de les accueillir. Que des petits blancs partout ailleurs, et une explosion immigrée dans les villes PCF (Bagneux, Seine st Denis, etc.). L’épisode du foyer Sonacotra en est le parfait exemple puisque c’était le résultat de villes voisines ayant expulsé leurs immigrés, et une fois de plus c’était le PCF qui ramassait. Et quand il a dit “Stop, on ne peut pas faire votre boulot à votre place”, on l’a taxé de xénophobie!
    Le monde à l’envers, et une histoire joliment réécrite par la droite anti-immigration d’aujourd’hui. Mais vous pouvez le tourner dans tous les sens, ça reste un mensonge.

Les commentaires sont fermés.