L’amoureux du Moyen Âge n’est plus

L’historien médiéviste Jacques Heers est décédé le 10 janvier 2013 à l’âge de 88 ans. Il demeure l’un des grands spécialistes de cette longue et complexe période qu’est le Moyen Âge et n’hésita pas à bousculer plusieurs tabous et acquis préconçus qui ont encore largement droit de cité dans les médias mainstream et l’opinion publique. Il demeura largement ignoré des premiers malgré une œuvre considérable.

Né en juillet 1924, il suit une scolarité brillante et enseigne dès 1945. Passant successivement le CAPES et l’agrégation en 1948 et 1949, il enseigne jusqu’en 1951, notamment au Prytanée national militaire. En 1951, il fait une rencontre qui décidera largement de sa carrière et son parcours ultérieur, celle de Fernand Braudel. Ce dernier lui conseille en effet son sujet de thèse consacré à Gênes au XVe siècle et la dirige. Jacques Heers soutient sa thèse à la Sorbonne en 1958, puis devient l’assistant de Georges Duby à la faculté des Lettres d’Aix-en-Provence. Entre 1957 et 1962, il est professeur à l’université d’Alger. Il enseignera également à Caen, Rouen, Paris X – Nanterre et la Sorbonne.

Il est également vice-président de la Société des Historiens médiévistes de l’Enseignement Public (SHMESP) et contribue à remettre en cause un grand nombre d’idées reçues, notamment le supposé obscurantisme du Moyen Âge, l’apport fondamental de la civilisation arabo-musulmane dans la redécouverte des savoirs antiques ou la séparation stricte et universelle entre Moyen Âge et Renaissance, surtout dans son ouvrage Le Moyen Âge, une imposture.

Retraité, il continue d’écrire des ouvrages et intervient régulièrement à l’antenne de Radio Courtoisie. Son dernier ouvrage paru en 2012 était La naissance du capitalisme au Moyen Âge : Changeurs, usuriers et grands financiers et contribue encore à bousculer des clichés et idées reçues sur cette période qu’il aimait tant et souhaitait faire connaître.

C’est donc un grand historien, mais aussi un grand amoureux du Moyen Âge qui nous a quitté.

Autres articles

4 Commentaires

  • Goupille , 30 Jan 2013 à 21:04 @ 21 h 04 min

    Mais qu’allons-nous devenir si les érudits patients et modestes disparaissent sous le photocopillage et le bavardage ?
    Encore un intellectuel “vieux style” qui disparaît.
    A nous de préserver son héritage.

    Bientôt Farenheit 421 …

  • Goupille , 30 Jan 2013 à 21:05 @ 21 h 05 min

    431 ???

  • raptor , 30 Jan 2013 à 22:32 @ 22 h 32 min

    451 pour être exact.

    Pour le reste, vous avez raison!

  • Sauveur , 1 Fév 2013 à 1:33 @ 1 h 33 min

    Un tres bon historien!

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen