Des « Assises de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité » le 10 mars prochain

Nationalité-Citoyenneté-Identité en débat (NCI), c’est le nom d’une nouvelle association qui pourrait bien faire parler d’elle dans les mois à venir. En effet, elle organise des “assises nationales” sur le thème “La France en danger” avec Jean Raspail, Jean Bothorel, Jean-Yves Le Gallou, Jared Taylor, Philippe Conrad, Philippe Perchirin ou encore Marc Rousset. Mais aussi “un élu UMP connu”, explique Catherine Blein, sa présidente, une ancienne secrétaire nationale du RPR, ancienne chargée de mission au RPR pour les questions d’Enseignement. Celle qui fut l’initiatrice et secrétaire générale de “Femmes liberté” dans les années 80 a lancé “il y a trois mois” une pétition “contre le droit de vote des étrangers non-européens” qui a recueilli “près de 8 500  signatures”. “J’ai reçu beaucoup de courriels d’internautes qui voulaient aller plus loin qu’un simple ‘collectif des citoyens contre le droit de vote des étrangers’, explique-t-elle.

Spontané. Première action de NCI, donc, l’organisation d’“Assises de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité”, sur le thème « La France en danger » samedi 10 mars 2012 à Paris, porte de Charenton. Un événement qui fait penser aux “Assises sur l’islamisation de l’Europe” organisées le 20 décembre 2010 par Riposte Laïque et le Bloc identitaire. L’objectif ? “Faire réfléchir les intervenants, face à 700 personnes, pourquoi pas 1 000, au pourquoi de notre opposition au droit de vote des étrangers non-européens puis à une refonte du code de la nationalité”. La “diabolisation”, Catherine Blein n’en a “pas peur” : elle s’attend pourtant à voir ces “assises” attaquées. En effet, “lorsqu’on aborde ces thèmes, vos propos sont toujours dénaturés et certaines personnes d’arc-boutent sur des présupposés”. “Nous avons des choses à dire et des propositions à faire”, continue-t-elle, signalant que ces dernières – issues des “assises” – seront soumises à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle.

Peser. Il est possible d’adhérer à NCI pour “10 euros” par an. L’association est en train de monter des comités régionaux – il en existe pour le moment 9. Ses adhérents, souvent sans étiquette, parfois engagés dans des partis ou anciennement impliqués en politique (UMP, FN, Parti radical valoisien…) ont déjà mené des “assauts téléphoniques” auprès d’associations, de médias ou d’institutions comme le Sénat qui “a reçu des centaines d’appels” lors du vote du droit de vote des étrangers hors UE. “Un embouteillage de standards” comme NCI devrait en organiser bientôt d’autres, explique Catherine Blein. Elle, qui n’a jamais adhéré à l’UMP et précise “ne [pas rouler pour]”, tient à ce que son bébé ne soit pas “récupéré ou instrumentalisé par les partis politique”.

Les “Assises de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité” du 10 mars seront diffusées en direct sur Nouvelles de France.

Le teaser de l’événement :

Autres articles