Cardinal Rodé : “Le christianisme est la grande réussite historique de l’Homme, de l’Européen, du Chrétien”

L’envoyé spécial des Nouvelles de France au Vatican a rencontré le Cardinal Franc Rodé, préfet émérite de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique depuis 2011. Au palais du Saint Office, son Eminence nous reçoit très cordialement. C’est dans un français impeccable que ce prince de l’Eglise répond à nos questions.

Éminence, les chrétiens doivent-ils avoir un rôle dans la vie politique ?

Dans cette société sécularisée et pluraliste, ce sont les grandes valeurs de l’humanisme chrétien qu’il faut présenter et qui sont probablement les valeurs que la société d’aujourd’hui attend des chrétiens. La liberté personnelle par exemple : l’Eglise n’impose rien, l’Eglise propose. Son enseignement est proposé de manière non-violente. Elle n’a pas les moyens d’imposer sa doctrine et si Elle les avait, Elle n’en userait pas. Donc le christianisme est une affaire de liberté ou de choix personnel. Ce n’est pas toujours le cas pour certaines sectes ou même certaines religions qui n’ont pas un concept de liberté aussi clair et aussi astreignant que l’Eglise catholique.

En quoi l’Eglise respecte-t-elle la liberté ?

L’Eglise joue franc jeu, l’Eglise est loyale avec la personne humaine. Elle n’attire pas les gens en faisant pression sur eux, c’est toujours un choix digne de la personne humaine auquel on assiste. C’est l’honneur de l’Eglise de se présenter devant l’être humain de cette manière là, en respectant totalement sa dignité et sa liberté.

Est-ce le seul apport de l’Eglise catholique à la société ?

On peut également rappeler la tradition et la culture chrétienne en Europe. Le christianisme, dans ce contient, a créé une culture d’une richesse absolument supérieure à tout ce qu’il y a dans le monde. On peut peut-être comparer, sur une échelle plus réduite, le miracle grec, mais le miracle chrétien est devenu un miracle mondial, une richesse et un succès de l’humanité dans le domaine de la pensée, de la vie comme spiritualité de vie, de l’art, de la science, de la culture, enfin en tout… Le christianisme est la religion la mieux réussie du point de vue de la culture ou de la promotion humaine. Bien sûr il y a quelques tares ou quelques défauts mais où n’en y a-t-il pas ? Partons de cette conviction, que je crois vraie, que le christianisme est à l’origine de la civilisation européenne, avec tout ce qu’il a su recueillir et intégrer dans son giron. Le christianisme est la grande réussite historique de l’Homme, de l’Européen, du Chrétien.

Est-ce que proposer le Bien Commun n’est pas difficile à accepter pour ceux qui refusent le christianisme ?

En mettant l’être humain devant Dieu, le christianisme réveille la liberté. Le Christ fait appel à la liberté. Ce qui vaut à l’échelle personnelle vaut également à l’échelle des nations. Il y a des nations toutes entières qui ont senti cet appel à la liberté personnelle. Puisqu’on parle en français et pour les Français, je crois que le peuple français a senti le grand appel à la liberté évangélique dans sa rencontre avec le christianisme. C’est ce qui a fait ce peuple. Le Christianisme vous fait tout de suite soupçonner des possibilités énormes qui s’offrent au génie de l’homme. Au fond, on trouve tout cela dans l’incarnation du Fils de Dieu. Dans un psaume il est dit « ils seront semblables au Dieu qu’ils adorent » (en latin dans l’interview, ndlr). C’est un Dieu d’une audace incroyable, qui a constamment quelque chose en réserve pour l’homme. Devant ce Dieu, le chrétien se réveille. Il entre dans une logique de créativité derrière ce Dieu qui se présente à lui.

En France, il existe un principe de laïcité. Un chrétien peut-il dans ce cas se revendiquer directement de Dieu pour agir dans la vie civile ?

En France, les évêques n’ont pas, je crois, de plainte à formuler à l’encontre de l’Etat. Est-ce que les catholiques ont la même opinion, je ne sais pas. Quant le Président Nicolas Sarkozy a fait son discours au Latran, j’étais là et je l’ai trouvé remarquable. Je crois qu’en cent ans, aucun chef d’état français n’avait abordé le problème des rapports entre Eglise et Etat en France de manière aussi juste et aussi positive que l’a fait Sarkozy à cette occasion. C’est d’ailleurs tout à fait évangélique, cela. Pour les catholiques français, s’ils ont un petit peu de mémoire historique, il y a beaucoup à pardonner à la République depuis 1789. Il y a beaucoup à pardonner car la République les a souvent maltraités. Je me rappelle avoir lu il y a quelques temps le livre de Jean Sevilla, Quand les catholiques étaient hors la loi, qui raconte les années 1904-1905. A cette époque la France n’était pas le pays des droits de l’homme et avait un gouvernement persécuteur, profondément injuste et en conflit avec son histoire. Aujourd’hui je crois que l’Etat ne met pas des entraves ou ne fait pas de discrimination à l’égard des catholiques. En revanche, pour ce qui concerne la force d’expansion de l’Eglise en France, elle dépend des catholiques eux-mêmes. Je sais cependant qu’ils font beaucoup pour cela en France.

Vie, famille, éducation sont des points auxquels l’Eglise attache, semble-t-il, beaucoup d’importance. Comment compte-t-elle agir là-dessus ?

Le grand ennemi est le libéralisme sans frein. Tout le monde est d’accord qu’il faut une certaine limitation à ce libéralisme sauvage. Enfin sur les questions de la législation sur la vie et la famille, on sait que la tendance est celle d’une société permissive et sans limite. Il faut se souvenir des chrétiens des premiers siècles. A l’époque où ils n’avaient pas les moyens de changer les lois, ils éduquaient les consciences, au respect de la Vie dès sa conception jusqu’à la mort naturelle ou encore à la dignité de la personne humaine. Aujourd’hui, c’est ce que l’Eglise peut faire. S’il n’est pas possible aux chrétiens de changer toutes ces lois qui ne sont pas en accord avec la doctrine chrétienne, la formation des consciences est, elle, très importante. Dans un second temps, on pourra peut-être changer la législation mais d’abord ce qui est possible aujourd’hui, c’est la formation des consciences.

Que pensez-vous du projet de loi déposé le 6 juin sur le bureau de l’Assemblée nationale visant à légaliser le “mariage” homosexuel ?

Concernant le “mariage” homosexuel, je crois que l’on peut dire qu’il s’agit d’un abus de langage. Depuis le code d’Hammourabi jusqu’à maintenant, dans toute les sociétés, même en Grèce ou à Rome où l’homosexualité était très répandue, on distinguait bien l’amitié entre les hommes et le mariage entre un homme et une femme. Je crois qu’il ne faut pas les confondre. L’Eglise a une définition assez claire de ce qu’est le mariage : comme le dit la loi naturelle, l’union de l’homme et la femme en vue d’assurer à la nation, à la société, des enfants. Voilà ce qu’est le mariage. D’autres modes de connivences ne peuvent pas être appelés mariage. C’est une manière de légiférer de chaque Etat et selon les majorités qui s’y forment. Les Etats légifèrent de manière différente. Il y a par exemple dans les pays de tradition orthodoxe, où cela n’est pas d’actualité et qui regardent d’une manière très critique ces législations qui voudraient « équiparer » les relations entre homosexuels et la famille traditionnelle : ils n’en discutent pas. Je crois qu’il y a le mariage tel qu’il a toujours existé dans la société humaine et les manières de vivre ensemble des personnes du même sexe. Aujourd’hui, on observe une confusion tout à fait inacceptable. On ne peut pas considérer le “mariage” homosexuel comme un mariage, c’est autre chose. Je ne me prononce pas sur ces choix, qui sont différents, des personnes du même sexe. Je ne juge pas ces gens-là, l’Eglise ne les juge pas mais Elle insiste sur le fait qu’il ne s’agit ni d’un mariage ni d’une famille.

[media id=107 width=690 height=390]

Est-ce qu’un chrétien peut voter pour un candidat qui promeut le “mariage” homosexuel ?

Un chrétien qui est logique avec sa foi ne peut pas promouvoir des “mariages” homosexuels, c’est sûr.

[media id=109 width=690 height=390]

Autres articles

Les commentaires sont fermés.