Cardinal Rodè : « Le jour de Noël, les gens peuvent se sentir vraiment proches du Seigneur »

Le Cardinal Rodè est Préfet émérite de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée. Pour les lecteurs de Nouvelles de France, il revient sur le message de Noël, quelques minutes avant de concélébrer la messe de minuit avec Benoît XVI.

Quel est le sens du message du Noël?

Pour l’homme d’aujourd’hui, le sens profond du message de Noël est un peu confus. Ce qui ressort principalement, c’est que Dieu paraît loin de nos sociétés. Pourtant c’est exactement l’inverse qui se passe.  En effet, c’est à Noël que Dieu est le plus proche de nous car c’est ce jour là qu’il s’est fait homme en la personne d’un enfant.

Quel est le rôle de l’Église à Noël?

La grande mission de l’Église est de montrer que l’expérience de la proximité avec Dieu réside dans l’Eucharistie. L’Eucharistie est comme une nouvelle naissance du Seigneur. Ainsi, en allant à la messe le jour de Noël, les gens peuvent se sentir vraiment proches du Seigneur.

Il arrive néanmoins que beaucoup se sentent moins proche de Dieu dans certains pays.

On peut se sentir proche de Dieu dans n’importe quel pays ou ville. Que ce soit à Rome, à Paris, ou à Shanghaï.

Vous allez concélébrer la messe de minuit avec le Saint-Père, quel effet cela vous fait-il?

C’est une très grande joie, un privilège énorme car il y a réellement une continuité que l’on ressent entre Pierre et Benoît, entre le premier Pape et l’actuel Souverain Pontife. A cela s’ajoute le grand honneur de concélébrer au côté de Benoît XVI qui a des qualités exceptionnelles: un profond recueillement, une très grande piété et surtout une extrême humilité. Une humilité qui rappelle un peu celle de Notre Seigneur Jésus dans la crèche de Bethléem.

On sait que vous aimez la France. Que lui souhaitez-vous à cette occasion?

Chère France! Puisse-t-elle vivre sa vocation profonde, celle indiquée par son histoire intrinsèquement liée au Christ et à l’Église. Puisse-t-elle garder ses valeurs pétries de christianisme pour toujours.

 

lire aussi : Cardinal Rodè : souvenirs d’un prince de l’Eglise sur Joseph Ratzinger

Autres articles

4 Commentaires

  • JSG , 25 Déc 2012 à 6:50 @ 6 h 50 min

    Chère France! Puisse-t-elle vivre sa vocation profonde, celle indiquée par son histoire intrinsèquement liée au Christ et à l’Église. Puisse-t-elle garder ses valeurs pétries de christianisme pour toujours.

    Alors, messieurs les gouvernants, un peu de courage, tout est dit dans ces quelques mots !
    Tant que vous ne reconnaitrez pas cette phrase comme étant la juste vérité ; tant que vous préférerez demander pardon à la terre entière par manque de fierté d’être Français, vous vous comporterez comme des parias, des apatrides, n’ayant aucun sens de l’honneur, et manquant de courage.

  • Pascale , 25 Déc 2012 à 8:26 @ 8 h 26 min

    “Chère France! Puisse-t-elle vivre sa vocation profonde, celle indiquée par son histoire intrinsèquement liée au Christ et à l’Église. Puisse-t-elle garder ses valeurs pétries de christianisme pour toujours.”
    Oui Monseigneur, puisse l’ensemble du clergé français, sans exception, lire ces lignes et se les approprier !

    Heureux Noël à toute l’équipe de NdF et à ses nombreux lecteurs !

  • J. Elsé , 25 Déc 2012 à 18:44 @ 18 h 44 min

    Ce qui serait bien également, c’est que les autorités éclésiastiques arrêtent de “tendre la joue gauche” aux islamistes déguisés en gentils musulmans et osent enfin condamner fermement toute atteinte (de quelque nature qu’elle soit) aux chrétiens dans le monde (y compris dans nos “banlieues”). Je n’irai pas jusqu’à croire que les autorités de la “religion de paix et de tolérance” que je ne nomerai pas de peur d’être traité de raciste (pourquoi d’ailleurs ?) soient capables d’en faire autant…

  • Goupille , 26 Déc 2012 à 21:51 @ 21 h 51 min

    “Chère France! Puisse-t-elle vivre sa vocation profonde, celle indiquée par son histoire intrinsèquement liée au Christ et à l’Église. Puisse-t-elle garder ses valeurs pétries de christianisme pour toujours.”

    Oui, Monseigneur, nous nous y employons. Et c’est notre mission pour les quelques années qui nous restent de vie.
    Fût-ce contre les représentants d’une certaine Eglise, et de certains politiciens, tous amateurs de montres molles…

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France