Lionnel Luca dénonce les « méthodes staliniennes » de Harlem Désir

Lionnel Luca est député des Alpes-Maritimes et membre fondateur du collectif parlementaire de la Droite populaire. Après Jacques Myard, il réagit dans les colonnes des Nouvelles de France à la demande d’Harlem Désir de dissoudre ce collectif.

Comment réagissez-vous aux propos d’Harlem Désir qui demande la dissolution du collectif droite populaire ?

On se demande bien pourquoi. Il est fatigué Harlem Désir, moi je lui conseille de marcher à l’ombre et de se reposer parce qu’il doit en avoir besoin. Les vacances vont lui faire du bien !

Pourquoi cette déclaration selon vous ?

C’est une opération politicienne, d’abord il n’y a pas de statut officiel de la droite populaire. Il demande la dissolution de quelque chose qui ne peut pas l’être. Ensuite cette méthode qui consiste à mettre en avant le MRAP, qui fait l’amalgame entre l’évènement de Norvège, le Front national et la Droite populaire, c’est quand même très fort. Vous savez, mon père était roumain et ces méthodes me rappellent les méthodes staliniennes utilisées par les communistes au lendemain de la Seconde guerre mondiale pour dissoudre tous les partis qui n’étaient pas dans la ligne, alors il faudrait qu’Harlem Désir fasse attention à ce qu’il dit. Quand on est Premier secrétaire par intérim d’un grand parti, il faut être sérieux, là c’est ridicule. Quel est le rapport entre l’événement de Norvège et la droite populaire. Et pourquoi la droite populaire alors que d’habitude c’est le Front national qui fait partie de leurs fantasmes ?

Il s’agit de méthodes marxistes-léninistes que l’on connaît bien lorsque l’on connaît son histoire, des méthodes communistes qui consistent à pratiquer l’amalgame et à discréditer l’adversaire en sachant que plus le mensonge est gros plus il passe. Il a été à bonne école le camarade Désir parce qu’avant d’être Premier secrétaire du PS il a fréquenté d’autres officines trotskistes.

Quelle sera la réaction de l’UMP ?

Mais tout le monde s’en fout d’Harlem Désir. Ce sont des propos tellement délirants que l’on peut se demander s’ils ont été tenus de manière sérieuse. Ce sont des méthodes totalitaires. Ce n’est pas la peine de donner des leçons de démocratie quand on est soi-même sur une ligne stalinienne. En tout cas les Français s’en foutent complètement.

Harlem Désir ferait mieux de s’occuper du MJS qui fait des affiches de Nicolas Sarkozy en Adolf Hitler. Il ferait mieux de balayer devant sa porte avant de s’occuper des autres. Tout cela relève du procès d’intention. C’est une méthode bien connue quand on a été dans certaines écoles de partis totalitaires comme il a été lui-même, il a été bien formé en la matière mais il se trouve qu’il a des adversaires qui connaissent bien le système et que ça n’impressionne pas.

La Droite populaire fait-elle peur ?

Tant mieux si ça leur fait peur, bonne nouvelle. Pour tous ceux qui craignaient qu’on n’existe pas on est très flatté de l’attention qu’ils nous portent même si elle est un peu à côté de la plaque.

La voix de la Droite populaire est-elle si dissonante ?

Dans une démocratie on a le droit de penser. Je constate que le chef d’un du Parti socialiste veut interdire à d’autres partis politiques d’exister et de penser différemment. C’est Harlem Désir qui donne les brevets de liberté d’expression et de pensée ? Même les curés n’osent pas le faire.

Nous on est un petit collectif sympa de gens qui font entendre leurs convictions et leurs idées dans le respect de la tolérance et du débat d’idées, moi je vois à travers Harlem Désir quelqu’un qui manifeste son intolérance pour tous ceux qui ne pensent pas comme lui

Harlem Désir déclare que la Droite populaire instaure « une véritable passerelle, un pont permanent entre l’UMP et l’extrême droite. »

C’est faux, il n’y a rien qui le démontre, c’est pour ça que je dis qu’il devrait prendre des vacances. Qu’il s’occupe plutôt des primaire chez lui ça sera déjà pas mal, pour l’instant les primaires c’est son comportement.

Quel bilan pour la Droite populaire ?

La preuve qu’il est positif puisqu’on inquiète même le Premier secrétaire du Parti socialiste. Quand on inquiète ses adversaires c’est plutôt bon signe.

Croyez-vous réussir à faire entendre votre voix au sein du projet de l’UMP pour 2012 ?

Nous l’espérons, on y travaille. Nous présenterons à l’automne quelques unes de nos propositions

> Nouvelles de France lance un mensuel papier à la rentrée : abonnez-vous !

Articles liés