Marc Crapez : «le tohu-bohu médiatique est surpuissant car l’idée d’une montée du FN est partagée par les pros et les antis-FN»

Nouvelles de France a rencontré Marc Crapez, chroniqueur et chercheur en science politique, pour aborder la très médiatique question de la montée du Front national.

Marc Crapez, un sondage donne déjà 24% au Front national pour les européennes. Comment voyez-vous les résultats de ces élections, en France et dans le reste de l’UE ?

24% ! Les présentateurs vedettes de France 2 évoquent une « vague » et un « décollage ». Le Tout-Paris est en émoi. Quelques jours après un résultat de 49% à une élection partielle, voilà qu’un sondage donne 24% à Marine Le Pen, contre 22% à l’UMP et 19% au PS. Sauf que ce sondage n’a pas de sens, car il ne porte pas sur le prochain scrutin, les municipales, mais sur celui d’après, les européennes. En second lieu, les chiffres actuels sont presque copie conforme à ceux publiés en mars 2011, qui donnaient 23% à Marine contre 21% à ses rivaux UMP et PS. Des intentions de vote démenties un an plus tard, au soir du 1er tour de la présidentielle.

Mais le tohu-bohu médiatique est surpuissant car l’idée d’une montée du FN est partagée par les pros et les antis-FN, les uns et les autres voulant y croire, ou y croyant dur comme fer, car cela justifie leur militantisme pro ou anti. Pourtant, à observer le Front national dans la durée, il n’a progressé que de 11% en 1984 à 18% en 2013, ce qui est très peu au regard des bouleversements intervenues depuis 30 ans. Mais le moindre indicateur est sur-interprété sur l’air des lampions de la « montée », entrecoupé de temps à autre par le refrain du « feu de paille ».

Régulièrement, on joue à se faire peur en exhibant le monstre en place publique. On prouve par A + B le pouvoir de nuisance de la sorcière afin de pouvoir la brûler symboliquement. On resserre ainsi les rangs autour du culte antifasciste qui ressoude la gauche. Tout ceci est évidemment ridicule, 70 ans après la défaite du fascisme et 30 ans après la disparition des derniers régimes dictatoriaux d’extrême-droite de la surface de la planète.

“Le FN résulte des promesses non tenues par les Présidents successifs (« le changement », « la fracture sociale », « la rupture », « le changement c’est maintenant ») et, en particulier, des désillusions engendrées par la gauche au pouvoir.”

Lors d’une cantonale partielle récente, le grand vainqueur a été l’abstention tandis que le FN stagnait. La normalisation du FN ne risque-t-elle pas de l’inclure dans le groupe des partis que les Français rejette ? Comment se normaliser sans devenir un parti comme les autres ?

En effet, c’est plutôt une stagnation. Brignoles est un canton de gauche qui avait déjà été FN. Marine Le Pen a normalisé le FN aux yeux de la majorité des Français. Elle a l’air comme tout le monde et a renouvelé les cadres du mouvement, qui ne sont plus des nostalgiques de l’extrême-droite traditionnelle.

Qu’importe ! Le feuilleton de l’été a vu les élites s’accuser mutuellement de fascisme. Montebourg accuse Bruxelles de faire monter l’extrême-droite. Barroso riposte en déclarant que « certains souverainistes de gauche font exactement la même politique que l’extrême-droite ». Mélenchon accuse Valls de « lepénisation ». Eva Joly le traite de « populiste ». Hollande diagnostique autour du mariage gay la « radicalisation d’une droite de type Tea Party… Il est nécessaire pour la majorité d’avoir une réponse idéologique forte autour des valeurs de la République ». La République serait en danger. Harlem Désir érige la lutte contre l’extrême-droite en priorité du parti socialiste et déclare que « le Front national est plus que jamais une menace réelle »… Le journaliste Eric Conan ironise sur ce petit parti qui fait peur à un parti socialiste qui, à tous les échelons électoraux, est majoritaire comme jamais aucun parti ne le fut en France. C’est effectivement l’éléphant qui a peur d’une souris. Quant à ce début d’automne, il est marqué par l’épisode Fillon sur les électeurs FN et les anathèmes de Duflot contre Valls.

Comment l’UMP doit-elle faire pour (re)devenir le grand parti de l’opposition et ne pas se faire damer le pion par le FN ?

Le FN résulte des promesses non tenues par les Présidents successifs (« le changement », « la fracture sociale », « la rupture », « le changement c’est maintenant ») et, en particulier, des désillusions engendrées par la gauche au pouvoir. Il faudrait arrêter le déni qui consiste à qualifier le FN de « symptôme » d’une « colère » et de « peurs », sans aborder de front les sujets de mécontentement dans le pays. En outre, l’UMP alimente l’empathie d’une partie de son électorat pour le FN si elle n’adopte pas résolument un discours pour contrer l’extrême-gauche intellectuelle, dont l’idéologie immigrationiste influence un quart des Français. Quand Jean-Luc Mélenchon affirme que Marine Le Pen a « contaminé Manuel Valls » qui « dit la même chose que l’extrême-droite », cela fait peur.

Lire/voir aussi :
> Éric Zemmour : les Français votent FN car ils ont « cette terrible impression d’être envahis et de ne plus être chez eux en France »

Autres articles

24 Commentaires

  • Charles , 11 octobre 2013 @ 11 h 59 min

    Je suis assez d’accord avec une partie de ce diagnostic.

    A savoir,hélas,le FN ne monte pas aussi haut qu’il ne devrait.

    Marine est toujours confronté a un plafond de verre qui s’exprime
    par un “stockage” de voix se réfugiant dans l’abstention
    ce qui fait monter mécaniquement le pourcentage du FN
    mais avec une stabilité des voix.

    Le fait d’annoncer urbi et orbi que le FN est en première place à 25 %
    pour les européennes sert le système.
    cela empêche les dirigeants du FN de faire preuve de plus de lucidité
    dans la définition de leur stratégie d’acquisition de nouveaux électeurs.

    Je pense que ,au niveau national,le FN tourne,en ce moment, autour de 25% des voix
    mais souffre d’une résistance des autres électeurs qui s’abstiennent le jour d’un vote.
    Ce seuil de 25% est une excellente chose pour la branche PS de l’UMPS.

    La solution pour le FN serait l’émergence d’un mouvement “culturel”
    fondé sur les veilleurs qui entre en résistance face à l’UMPS
    pour avoir porté atteinte aux droits naturels des enfants pauvres adoptables.

    Un tel mouvement pouvant capter près de 6 millions de voix aux européennes.
    ce mouvement définissant une politique de “jonction” avec le FN pour les T2 futurs.
    Les électeurs craintifs ex-UMP et ex-UDI/Modem trouvant alors un exutoire acceptable.

    Hélas,comme soeur Anne nous ne voyons rien venir

  • Gisèle , 11 octobre 2013 @ 12 h 12 min

    Pourtant , il faudra bien essayer autre- chose !
    Que risque t on ?? pas pire !
    Par contre , si le gouvernement actuel a la mauvaise idée d’ adopter le vote des étrangers … ou cela se retournera contre lui , ou cela lui donnera la victoire .
    Mais voilà . Est il prêt à tenter ?

  • Gisèle , 11 octobre 2013 @ 12 h 18 min

    C’est vrai que , ne pas dire comme eux c’est obligatoirement être FN …
    Franchement , leur raisonnement rase les pâquerettes . Soit ils le font exprès , soit ils comptent sur l’impact * sémantique * habituel , auquel les cerveaux ont été préparés de longue date à dose homéopathique , via le petit écran , les ondes , les écrits , la désinformation , les méthodes d’apprentissage solaire etc
    Mais bientôt , la vérité va éclater au grand jour . Surprise !!!!

  • mbz , 11 octobre 2013 @ 12 h 30 min

    le FN n est pas autre chose, c est la poursuite du dirigisme economique. ou sont les plans d economie. ou est la remise en cause du modele ? Je percois que les liberaux se laisssent tenter par le rejet de la droite classique, qui ellle meme n est que imposture, mais beaucoup seront bien decus a nouveau

  • Gisèle , 11 octobre 2013 @ 12 h 46 min

    Si le FN n’est pas autre chose , qu’attendent les jeunes pour innover ?
    Attendons que ces destructeurs s’enfoncent totalement dans * leur * puissance éphémère . Oui des dégâts il y en aura , des victimes aussi , mais il a toujours fallu que le monde passe par ses propres échec pour qu’il avance .

  • Pierre ghi , 11 octobre 2013 @ 13 h 07 min

    A priori il manque aux FN les voix d’une majorité des électeurs qui ont voté NON en 2005, et ceux là ne veulent pas d’un projet politique finalisé, ils veulent la démocratie directe, changer les institutions pour en sortir les carriéristes et faire entrer les citoyens. Le FN, on le voit est utilisé par le système pour empêcher le peuple de reprendre sa destinée volée. MLP devrait exposer clairement ses objectifs et moyens pour donner les clés de l’exercice du pouvoir au plus près des français qui ne veulent plus de ce système représentatif. Si elle le fait, si elle est prête à prouver que sa seule motivation est le bonheur enfin retrouvé des français, qui par cette libération essentielle, donneront le coup de rein fondamental pour une reprise économique réussie, alors sa Victoire sera plausible. Dans le cas contraire, le système assurera sa pérennité et le FN restera un pâle opposant.

  • Frédérique , 11 octobre 2013 @ 14 h 48 min

    Tous les partis politiques sont, soit pro-U.E, soit sous la domination d’un parti pro-U.E qui les achètent en leur distribuant quelques sièges dans les institutions. Le FN est le seul parti a vouloir sortir de l’U.E pour que la France retrouve sa souveraineté et donc la possibilité de prendre des décisions sans l’aval de Bruxelles et/ou de refuser les décisions de Bruxelles. C’est bien par là qu’il faut commencer, se défaire de la tutelle de Bruxelles. Les politiciens qui font de belles promesses de changement sans envisager de se débarrasser des traités qui enchainent la France ne sont que des menteurs.
    Maintenant que le programme économique et sociétal du FN soit celui que les Français attendent ou pas, n’est pas vraiment à l’ordre du jour puisqu’actuellement aucun parti ne peut présenter honnêtement un programme qu’il sera en mesure de réaliser.
    Si nous ne faisons pas exploser cette Union “Soviétique” Européenne et sa cohorte de politiciens corrompus, ce n’est même pas la peine de rêver à la démocratie directe, alors que l’U.E s’emploie à la détruire dans les pays où elle existe un peu.
    Aujourd’hui, on tente de nous faire croire que le FN est un parti créé par le système pour nous tromper parce-que sa diabolisation par le nazisme ne fait plus recette. Ce qu’il faut voir aujourd’hui, c’est que le FN est toujours seul contre tous, donc bien en dehors du système.

Les commentaires sont fermés.