Marc Crapez : «le tohu-bohu médiatique est surpuissant car l’idée d’une montée du FN est partagée par les pros et les antis-FN»

Nouvelles de France a rencontré Marc Crapez, chroniqueur et chercheur en science politique, pour aborder la très médiatique question de la montée du Front national.

Marc Crapez, un sondage donne déjà 24% au Front national pour les européennes. Comment voyez-vous les résultats de ces élections, en France et dans le reste de l’UE ?

24% ! Les présentateurs vedettes de France 2 évoquent une « vague » et un « décollage ». Le Tout-Paris est en émoi. Quelques jours après un résultat de 49% à une élection partielle, voilà qu’un sondage donne 24% à Marine Le Pen, contre 22% à l’UMP et 19% au PS. Sauf que ce sondage n’a pas de sens, car il ne porte pas sur le prochain scrutin, les municipales, mais sur celui d’après, les européennes. En second lieu, les chiffres actuels sont presque copie conforme à ceux publiés en mars 2011, qui donnaient 23% à Marine contre 21% à ses rivaux UMP et PS. Des intentions de vote démenties un an plus tard, au soir du 1er tour de la présidentielle.

Mais le tohu-bohu médiatique est surpuissant car l’idée d’une montée du FN est partagée par les pros et les antis-FN, les uns et les autres voulant y croire, ou y croyant dur comme fer, car cela justifie leur militantisme pro ou anti. Pourtant, à observer le Front national dans la durée, il n’a progressé que de 11% en 1984 à 18% en 2013, ce qui est très peu au regard des bouleversements intervenues depuis 30 ans. Mais le moindre indicateur est sur-interprété sur l’air des lampions de la « montée », entrecoupé de temps à autre par le refrain du « feu de paille ».

Régulièrement, on joue à se faire peur en exhibant le monstre en place publique. On prouve par A + B le pouvoir de nuisance de la sorcière afin de pouvoir la brûler symboliquement. On resserre ainsi les rangs autour du culte antifasciste qui ressoude la gauche. Tout ceci est évidemment ridicule, 70 ans après la défaite du fascisme et 30 ans après la disparition des derniers régimes dictatoriaux d’extrême-droite de la surface de la planète.

“Le FN résulte des promesses non tenues par les Présidents successifs (« le changement », « la fracture sociale », « la rupture », « le changement c’est maintenant ») et, en particulier, des désillusions engendrées par la gauche au pouvoir.”

Lors d’une cantonale partielle récente, le grand vainqueur a été l’abstention tandis que le FN stagnait. La normalisation du FN ne risque-t-elle pas de l’inclure dans le groupe des partis que les Français rejette ? Comment se normaliser sans devenir un parti comme les autres ?

En effet, c’est plutôt une stagnation. Brignoles est un canton de gauche qui avait déjà été FN. Marine Le Pen a normalisé le FN aux yeux de la majorité des Français. Elle a l’air comme tout le monde et a renouvelé les cadres du mouvement, qui ne sont plus des nostalgiques de l’extrême-droite traditionnelle.

Qu’importe ! Le feuilleton de l’été a vu les élites s’accuser mutuellement de fascisme. Montebourg accuse Bruxelles de faire monter l’extrême-droite. Barroso riposte en déclarant que « certains souverainistes de gauche font exactement la même politique que l’extrême-droite ». Mélenchon accuse Valls de « lepénisation ». Eva Joly le traite de « populiste ». Hollande diagnostique autour du mariage gay la « radicalisation d’une droite de type Tea Party… Il est nécessaire pour la majorité d’avoir une réponse idéologique forte autour des valeurs de la République ». La République serait en danger. Harlem Désir érige la lutte contre l’extrême-droite en priorité du parti socialiste et déclare que « le Front national est plus que jamais une menace réelle »… Le journaliste Eric Conan ironise sur ce petit parti qui fait peur à un parti socialiste qui, à tous les échelons électoraux, est majoritaire comme jamais aucun parti ne le fut en France. C’est effectivement l’éléphant qui a peur d’une souris. Quant à ce début d’automne, il est marqué par l’épisode Fillon sur les électeurs FN et les anathèmes de Duflot contre Valls.

Comment l’UMP doit-elle faire pour (re)devenir le grand parti de l’opposition et ne pas se faire damer le pion par le FN ?

Le FN résulte des promesses non tenues par les Présidents successifs (« le changement », « la fracture sociale », « la rupture », « le changement c’est maintenant ») et, en particulier, des désillusions engendrées par la gauche au pouvoir. Il faudrait arrêter le déni qui consiste à qualifier le FN de « symptôme » d’une « colère » et de « peurs », sans aborder de front les sujets de mécontentement dans le pays. En outre, l’UMP alimente l’empathie d’une partie de son électorat pour le FN si elle n’adopte pas résolument un discours pour contrer l’extrême-gauche intellectuelle, dont l’idéologie immigrationiste influence un quart des Français. Quand Jean-Luc Mélenchon affirme que Marine Le Pen a « contaminé Manuel Valls » qui « dit la même chose que l’extrême-droite », cela fait peur.

Lire/voir aussi :
> Éric Zemmour : les Français votent FN car ils ont « cette terrible impression d’être envahis et de ne plus être chez eux en France »

Articles liés

24Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Pierre ghi , 11 octobre 2013 @ 15 h 25 min

    Frédérique, je n’ai pas dit que le système l’a crée, mais qu’il l’utilise pour contenir les colères et se sert du poids du clivage dans l’esprit des français dont la mémoire historique est tronquée, mensongère. Pour l’ UE, Philippot, récemment a bien dit (la vidéo sur le site FN), qu’ils veulent négocier quatre points avec l’ UE, et que si le FN n’y parvient pas, alors ils feront un référendum. Donc on ne peut dire qu’ils vont nous sortir de UERSS. Egalement j’avais compris que lors du vote préalable au parlement européen en vue de l’ouverture des négociations du marché transatlantique, le FN s’était abstenu et n’avait pas voté contre, hors aujourd’hui ils dénoncent les effets négatifs sur l’agriculture et l’industrie. Pourquoi ce flou ?

  • Frédérique , 11 octobre 2013 @ 18 h 10 min

    Je n’ai pas suivi les résultats du vote au parlement européen, et je suis surprise par l’abstention du FN, surtout si on s’en tient aux propos de Mme le Pen.
    http://www.frontnational.com/2013/05/parlement-europeen-strasbourg-marine-le-pen-au-sujet-du-marche-transatlantique/
    Je ferai des recherches plus tard pour en savoir plus.
    Concernant la sortie de l’U.E, vouloir déjà renégocier les plus importants traités et si ce n’est pas possible demander l’avis du peuple pour la sortie de l’U.E n’est pas du “flou”, mais une politique plus que correcte. En effet la renégociation des traités redonnerait de l’air aux parlementaires pour voter des lois plus en rapport avec la situation du pays, l’U.E serait dans l’obligation de donner les mêmes droits aux autres pays et l’Europe pourrait peut-être repartir sur de meilleures bases, pourquoi pas une Europe des nations souveraines. Sinon, quoi de plus naturel que de demander aux électeurs s’ils veulent sortir ou non de l’U.E, autrement dit, s’ils veulent continuer dans la chienlit ou pas, d’autant que si M. le Pen était élu, ça serait justement par des électeurs qui ne veulent plus de cette chienlit.

  • PG , 11 octobre 2013 @ 19 h 27 min

    Ce ”flou” c’est vous qui le créez : comme tous les gens de droite nationale ou conservatrice qui critiquent le FN a priori, vous pensez qu’on peut faire en disant.
    Je trouve très peu flou de tenter de renégocier sur les points fondamentaux avant de demander au peuple français d’approuver soit une réforme des institutions européennes, soit le fait d’en sortir.

  • Pierre ghi , 12 octobre 2013 @ 0 h 41 min

    Je suis tout comme vous dans l’espoir d’un réel changement, je remarque juste que le FN, souvent ne parle de certains sujets que lorsque via l’internet, les militants d’autres mouvements font circuler les infos et les sortent de l’ombre. Nous devons renverser la table, cela est primordial, la question qui se pose est : est-ce qu’il ne faudrait pas faire basculer ce système mortifère avant 2017 ? Les municipales seront un bon test, à partir des communes le bras de fer d’avec l’ Etat menteur, voleur pourra se réaliser. j’attends avec impatience de voir l’application d’une démocratie directe locale sous l’égide du FN. Les référendums dans les communes seront une chance à saisir, l’éducation à la citoyenneté aussi, si MLP est prête à la subversion, la résistance s’organisera dans les communes et l’avenir fera envie et l’envie se propage vite…

  • hermeneias , 12 octobre 2013 @ 2 h 25 min

    “si MLP est prête à la subversion”

    C’est un grand “si” et la grande inconnue…..

  • Trucker , 12 octobre 2013 @ 2 h 47 min

    Comment arrivez-vous à ce chiffre de 6 millions de voix potentiellement favorable au FN ?

    Quant à croire que le mouvement des veilleurs est structuré pour offrir un “exutoire acceptable”………….et puis je ne saisi pas trop votre raisonnement.
    Si les électeurs sont craintifs au sujet du vote FN …..pourquoi voudriez-vous qu’ils alimentent ce même parti par le biais d’un dérivé ?

    Moi je crois que l’erreur politique faite par MLP actuellement, et son incapacité à trouver une entente avec les mouvances identitaires qui elles sont organisées selon une dynamique politique, ce que n’est pas le mouvement des veilleurs.

    On me répondra qu’il y a un clivage important entre le FN et les identitaires sur les questions du rôle de l’état, de son implication ou non ( ou plus exactement jusqu’à quel degré ) dans l’économie et bien sûr sur la question européenne.

    Je crois pour ma part que cela doit être subalterne : pour différentes raisons.
    L’Europe des régions ne se réalisera pas pleinement dans le contexte de marasme économique actuel.
    Cet enjeu devrait être mis de côté par les identitaires, du moins pour l’instant.

    Le temps historique n’est pas à cela selon moi ( s’il devait y avoir crise grave au sein de l’UE, amenant à la remise en cause partiellement ou totalement de l’organisation et de la structure de l’UE, le mouvement historique devrait mécaniquement nous amener vers la réaffirmation des identités nationales, par un phénomène de rétractation vers les structures politiques pré-existantes)

    Mais ce n’est pas pour autant que je cautionne le rejet de MLP de toute idée d’alliance locale avec des personnalités de la mouvance identitaire, car il y a en France des sphères régionalistes à l’identité culturelle forte ( la Bretagne pour ne citer que celle là ) toujours en exigence d’affirmation et cela pourrait être un appui , voir un atout dans le cadre d’une alternative politique qui pourrait se traduire par d’importants déséquilibres tant sociaux qu’économiques.

    Les solidarités culturelles et communautaires se réactivant naturellement pour pallier aux déficiences d’un état en reconstruction ( je pense à la proposition localiste en termes de réorganisation économique, entre autres propositions issues de la réflexion des identitaires, concept avancé par Laurent Ozon, ancien membre du FN )

    Imaginons une MLP arrivant au pouvoir, et une conflictualité d’ordre politique avec la Bretagne, pour des questions linguistiques.
    cela serait absurde vis à vis du chantier de recomposition d’une entité nationale mise à mal par des décennies de renoncement à notre souveraineté politique au bénéfice de l’UE.

  • Trucker , 12 octobre 2013 @ 3 h 09 min

    Gisèle…………..pourquoi voudriez-vous que le gouvernement donne le droit de vote aux étrangers ?
    Pourquoi vous questionnez-vous pour savoir s’il est prêt à le tenter ?

    Ils en sont à naturaliser les étrangers extra européens sans même l’exigence d’une maitrise minimale du français.
    De plus avec Schengen, tout ressortissant de l’UE à le droit de voter en France.

    les Roms vont en être bénéficiaires dès janvier 2014 et seront ( c’est déjà en cours me semble -t-il ) inscrits sur les listes électorales.

    La conséquence : l’électorat de la gauche va se caractériser de plus en plus de la sorte : de plus en plus étrangers, de moins en moins francophones, sans doute de plus en plus francophobes et en tout cas de plus en plus délictueux voir criminogènes.

    Si cela assure la victoire électorale à la gauche, cela pourrait signifier pour elle l’équivalent à plus ou moins long termes de la signature de son arrêt de mort politique.
    Les personnels ( blancs ) de la gauche étant petit à petit remplacés par ceux issus de la “diversité”……la laïcité restant une chimère de petits profs blancs (cf Peillon)

    Ou comment assoir sa domination sur une société qui vous échappe !

    Cela fait longtemps que je pense que la gauche…. ( du moins pour ce qui est de ceux qui se réclament de références historiques puisées dans l’histoire de France )……… se suicide.

    la question est pour nous : comment ne pas être victimes collatérales de ce suicide.

    D’où mon argumentaire sur la nécessaire entente entre FN et identitaires tel que je l’expose en réponse à Charles.

Les commentaires sont clôturés.