Alex Korbel : «Notre conférence du 15 juin donnera les clefs d’un futur où, débarrassée des archaïsmes étatiques qui l’asphyxient, la société française renaît plus forte»

Notre confrère libéral Contrepoints.org organise le 15 juin prochain une conférence sur le thème « Apres la faustérité ». L’occasion pour Nouvelles de France de rencontrer l’organisateur et co-animateur Alex Korbel.

Pourquoi cette conférence, pourquoi à ce moment ?

La conférence « Apres la faustérité » du 15 juin répond à la situation d’urgente détresse dans laquelle se trouve le pays.

En France, le chômage est au plus haut, le travailleur moyen est taxé à 57%, la dépense publique représente 58% du PIB, la dette publique attend 90% du PIB. En Europe, la zone euro est en récession depuis 6 trimestres.

Est-ce la faute de l’austérité ? Non. De 2007 à 2012, la hausse des dépenses s’élève à +15% en France, à +12% en Europe. On est très loin de l’austérité et en plein dans la « faustérité » (austérité pour les contribuables, pas pour l’État, et absence chronique de réformes structurelles).

“De 2007 à 2012, la hausse des dépenses s’élève à +15% en France, à +12% en Europe. On est très loin de l’austérité et en plein dans la « faustérité » (austérité pour les contribuables, pas pour l’État, et absence chronique de réformes structurelles).”

La France est organisée sur un mode corporatiste, cogérée par la sphère politique et administrative, les grands groupes industriels et financiers et des syndicats essentiellement au service des « droits acquis » des corps privilégiés.

Les autres, les outsiders, sont ceux qui restent exclus : travailleurs précaires, stagiaires méprisés, entrepreneurs découragés, propriétaires spoliés, élèves d’école de seconde zone, résidents de quartiers abandonnés, immigrés et générations marginalisés, retraités volés, chômeurs laissés à eux-mêmes, sans-domiciles ignorés.

Élection après élection, c’est toujours la même désillusion et on se demande combien de temps la France des privilégiés et celle des exclus vont continuer à cohabiter.

Comment donc sortir la France et l’Europe de cette ornière ?

Notre conférence répondra à cette question en 4 débats et plus de 18 intervenants de grande qualité venus du monde entier. Ils proposeront des solutions concrètes pour faire de la France un pays ambitieux et lucide, en réformant son État, en abolissant les privilèges et en redonnant toute leur place à la liberté, la responsabilité et l’initiative personnelles.

“Le débat français sur la monnaie unique est binaire : les acteurs politiques sont soit pour l’euro, un et indivisible, soit pour le retour aux monnaies nationales. Il existe pourtant une troisième solution.”

Pouvez-vous nous en dire plus sur le manifeste pour la solidarité européenne que vous lancez ce 15 juin ?

Le débat français sur la monnaie unique est binaire : les acteurs politiques sont soit pour l’euro, un et indivisible, soit pour le retour aux monnaies nationales. Il existe pourtant une troisième solution.

Hans-Olaf Henkel (ancien président de la Fédération des industries allemandes), Jacques Sapir (EHESS), Stefan Kawalec (ancien vice-ministre des finances polonais), Alberto Bagnai (Université Gabriele d’Annunzio de Pescara), Brigitte Granville (Université Queen Mary de Londres), qui seront intervenants lors de cette conférence, proposent de dépasser cette alternative en séparant la zone euro en deux.

Le Manifeste pour la Solidarité Européenne est ainsi un appel de ce groupe d’économistes du nord, du sud de l’Europe et de pays non-membres de la zone euro proposant une segmentation contrôlée de la zone euro afin d’aider l’Europe du sud et de sauver l’Union européenne et le Marché commun.

Comment se porte Contrepoints ? Quels sont vos projets pour les mois à venir ? Contrepoints est-il un média d’opposition au socialisme et au Gouvernement Ayrault ?

Contrepoints est en croissance constante et prend une part active au débat intellectuel avec plus de 900 000 pages vues par mois (avril 2013). Nous proposerons à nos lecteurs une nouvelle maquette à moyen terme.

“La gauche, idéologiquement orpheline, s’accroche à ses niches électorales, menant une politique scandaleusement clientéliste qui mine le pays. Au pouvoir, elle divise par des mesures sociétales et donne dans la démagogie sociale : plus de fonctionnaires, plus de subventions, plus de régulation et plus d’impôts pour les riches, bien sûr.”

Contrepoints s’inscrit dans une perspective respectueuse de la liberté et de la responsabilité personnelles, d’une société et d’une économie libre et d’un État au pouvoir limité. Inutile de dire que notre ligne éditoriale va à contre-courant dans un pays où la droite et la gauche politiques sont férocement dirigistes.

La droite, oscillant entre les arrogances d’un statu quo gestionnaire et d’un bonapartisme dirigiste, est dans l’impasse. Au pouvoir, elle sert les intérêts des puissants, ne réforme pas le pays et attise les peurs (immigration, mondialisation, terrorisme, climat, etc.).

La gauche, idéologiquement orpheline, s’accroche à ses niches électorales, menant une politique scandaleusement clientéliste qui mine le pays. Au pouvoir, elle divise par des mesures sociétales et donne dans la démagogie sociale : plus de fonctionnaires, plus de subventions, plus de régulation et plus d’impôts pour les riches, bien sûr.

Il est temps d’essayer la seule voie que la France n’a jamais explorée, celle de la liberté et de la responsabilité personnelles. Notre conférence exceptionnelle du 15 juin donnera les clefs de ce futur ; un futur où, débarrassée des archaïsmes étatiques qui l’asphyxient, la société française renaît plus forte, confiante en elle-même et prête à jouer le rôle qui est le sien dans le concert du monde.

Autres articles

8 Commentaires

  • Charles , 12 Juin 2013 à 11:14 @ 11 h 14 min

    http://www.avaaz.org/fr/petition/UN_CASIER_VIERGE_POUR_TOUT_CANDIDAT_AUX_ELECTIONS/?copy

    Travaux pratiques pur tous et surtout pour les électeurs dans les Yvelines.

    L’association anti corruption (ANTICOR )des élus signale une nouvelle
    embrouille du frère Bédier condamné,mais qui retrouve son éligibilité
    pour des cantonales.

    Comme il n’ y a pas d’élections proches,il appuie sur le bouton magique:
    Il s’ensuit une série de démissions de complaisance pour lui permettre de se présenter.
    Soutenu par le frere Larcher et le frere Guaino de l’UMPS…

    Nous sommes vraiment dans une rippoublikke bannaniere.
    Silence radio des medias…

  • Charles , 12 Juin 2013 à 11:38 @ 11 h 38 min

    Pour ce qui est de la solution monétaire,celle ci a été largement débattue
    sur le site fortune du blog fdesouche en 2011/2012/2013.

    A savoir rétablir la mixite monétaire qui existait avant le passage a l’euro dur.
    ceci impliquant,non pas la suppression de la BCE,mais une réforme substantielle.

    En conséquence,les monnaies nationales peuvent etre rétablies
    (pour les pays qui le souhaitent) tout en restant reliées a l’euro monnaie commune
    et non plus monnaie unique.

    Dans ces conditions,nous aurions une version plus avancée que la version antérieure
    qui prévalait jusque 1999/2002 et qui tiendrait compte de la période 2002/2013.

    Chaque banque centrale nationale(BCN) emmettant sa propre monnaie nationale
    selon des regles prédéfinies entre membres de la zone mais non définitives.

    Chaque BCN conservant sa liberté de définir sa propre politique de taux directeur.
    D’un coté la BCE reformée définit son propre taux directeur pour l’euro redéfini
    D’un autre coté,chaque BCN définit son propre taux directeur pour sa monnaie.
    ceci impliquanuant une redefinition des parités internes a la zone euro mixte.

    Ainsi,le DM-E(Euroisé ) prendrait (malgré lui)une réévaluation de 15% sur l’euro mixte.
    D’autre part,en France,le FF-E prendrait une dévaluation de 15% sur l’euro mixte.

    De fait,il émergerait au moins 2 sous zones dans la zone,voir 3 ou 4 sous zones.
    1.La sous zone DM-E (Pays du Nord)
    2.La sous zone FF-E (Pays du Sud fiable)
    3.La sous zone Est(Ex pays de l’est)
    4.La sous zone ClubMed (Grece etc).

    Tout se jouant sur le mix monétaire de chaque BCN,partant de son propre taux directeur.
    On considère qu’un mix monétaire comprend jusqu’à17 facteurs de decisions.
    Exemple,taux de chomage,taux de déficit commercial,taux de déficit budgétaire etc.

    Les dettes émises en Euro Dur,initialement converties d’autorité (sans consultation)
    depuis les monnaies nationales en 2002,revenant a une dénomination monnaies nationales.
    en tout ou en partie (selon la qualité d’origine de 2001/2002.

    Plus d’autres considérations trop longues a présenter ici.

  • Charles , 12 Juin 2013 à 11:44 @ 11 h 44 min

    Toute l’analyse part d’un constat deja annoncé,prévu et denoncé en 1998 /2002.
    A savoir l’immpossibilité mathématique de définir un taux directeur unique pour 11
    puis 17 économies différentes.

    Qui dit monnaie unique dit taux directeur unique.
    Ce qui est une absurdité macro et micro économique pour 17 économies non intégrées.

    Cela revient a annoncer la mise au point d’un nouveau moteur thermique
    qui pourrait fonctionner avec un mélange d’essence et de diesel.
    Il y a impossibilité “naturelle” de mélanger ces 2 carburants.

  • Charles , 12 Juin 2013 à 11:57 @ 11 h 57 min

    Pour comprendre comment une BCN peut et doit optimiser sa politique monétaire,nous pouvons prendre un exemple simple,celui d’un chauffeur de camion.

    celui ci doit arbitrer entre une série de décisions a partir de différents indicateurs.
    Il cherche a réduire sa consommation de carburant sans affecter son temps de parcours.

    Selon l’état de la route (montée ,plat et descente) il fait des choix.
    Il observe :
    1.Son indicateur de carburant,
    2.Son indicateur de tours minute (régime moteur)
    3.Son indicateur de vitesse.
    4.Son choix de levier de vitesse.

    Donc ,il agit en continu sur son accélérateur de vitesse (richesse du mélange carburant)
    et son rapport de vitesse en fonction de la tranche d’autoroute ou de route ou il se trouve.
    La meme logique s’applique pour les pilotes de formule 1 qui ont 7 vitesses sous la main.

    Par comparaison,la monnaie unique pour 17 économies différentes,signifie
    que nous n’avons plus que 1 seul rapport de vitesse au lieu de 7 rapports de vitesses.

    En conséquence et par défaut,le rapport de vitesse “monétaire” de la BCE est défini
    en fonction de la plus grosse économie des 17,soit l’économie allemande…

  • labolisbiotifool , 12 Juin 2013 à 18:25 @ 18 h 25 min

    @Charles : un bon camion a facilement dix-huit vitesses, + les marches arrière !

    Juste pour abonder dans votre sens ! 🙂

  • Tintin , 12 Juin 2013 à 20:11 @ 20 h 11 min

    Contrepoints est un repère de complices de criminels hédonistes.

    Ils veulent jouir, tuer, piller sans entraves, voilà pourquoi ils prétendent être du libéralisme.

    Tu ne veux pas d’exploitation de gaz de schiste dans ton jardin ?

    Ferme ta gueule et va crever.

    Tu démontres l’absolu danger des OGM dans la rupture de la barrière entre les espèce ?

    Ferme ta gueule bâtard opposé au progrès.

    Tu démontres que Fukushima fera pour le moment 5 millions de morts ?

    Va crever chien malthusien, le charbon fait plus de morts.

    Tu démontres que les bombes atomiques ne sont pas fiables et que les rapports déclassifiés démontrent qu’il y a eu des départs accidentels de missiles nucléaires qui furent désactivés in extremis juste à temps avant un génocide mondial accidentel ?

    Je t’encule, je veux la plus grosse bombe pour nous défendre.

    Tu démontres qu’il y a trop d’habitants en Occident et dans le monde au regard des capacités technologiques de production ?

    Couille molle malthusienne, l’Homme trouve toujours une solution technologique à tout.

    Tu démontres que l’euro ne pourra jamais fonctionner et que deux monnaies, une pour le nord de l’Europe et une pour le Sud de l’Europe ne fonctionneront jamais ?

    Ferme ton claque merde nationaliste, fasciste.

    Tu démontres que les gaz à effet de serre engendrent un effet de serre ?

    Depuis 17 ans il n’y a pas eu d’augmentation de la température moyenne, alors je sodomise le GIEC communiste et vive les gaz à effet de serre qui apporteront un effet positif au climat.

    Etc.

    Je m’excuse d’exprimer les choses comme je les comprends, mais voilà résumé le discours de contrepoints.org, qui incarne la pire pensée libérale sur terre, car ils ne sont que des jouisseurs sans raison ni entraves, qui inventent une religion pour légaliser leurs lâchetés et médiocrités hédonistes ou prométhéennes.

  • Charles , 13 Juin 2013 à 8:40 @ 8 h 40 min

    Merci pour votre remarque qui permet de faciliter la compréhension
    du concept de politique monétaire de banque centrale,
    concept que les Zélus étaient incapables de comprendre en 1992/1998.

    Il reste a bien connaitre les diffèrences entre les taux d’interet
    sur une économie donnée et leur interactions.

    Pour simplifier,on peut prendre l’exemple d’une fourchette a 5 dents.

    Chaque dent représente un groupe de taux d’intéret.
    On considère un pays donné,sa propre monnaie et sa BCN.
    Ce pays a émis des obligations d’état,des banques de depot
    qui pretent des fonds a 3 types d’opérateurs économiques;Les institutions publiques,les professionnels(Entreprises et indépendants)
    et les consommateurs

    Sur le bord gauche de la fourchette,on aurait le taux directeur d’une BCN
    Sur le bord droit de la fourchette,on aurait le taux de marché des obligations
    Il s’agit des obligations d’état qui sont renégociées en continu sur le marché secondaire des obligations:Les investisseurs peuvent revendre des obligations en cours et émises quelques années auparavant et qui “portent” un taux d’interet spécifique.

    Une obligation a 10 ans émise au taux de 5% pourra etre renégociée a 90%
    de sa valeur initiale (ou a 110%) au bout de 3 ans après son émission initiale.
    ceci en fonction de l’écart constaté entre le taux initial de 5%,et le nouveau taux d’émission 3 ans plus tard pour une meme échéance (7 ans pour la nouvelle émission)

    Donc ,la 1ere dent sur le cote gauche,représente le taux directeur
    de la BCN a une date donnée.

    La 5eme dent sur le cote droit de la fourchette represente
    les taux d’emission et les taux de renegociation pour les obligations “longues ” d’etat.
    Les 3 dents intermédiaires,représentent les 3 groupes de taux pratiqués par
    les banques de dépot sur les 3 secteurs susmentionnés. (le cas des prets aux institutions publiques étant un cas a part,puisque ,les dites institutions devraient emprunter auprès de la BCN).

    Ce long développement pour dire simplement que les 5 dents de la fourchette monétaire sont intrinsèquement liées entre elles.
    De plus pour chaque “dent” il faut encore faire la distinction entre les taux
    selon les échéances (1 jour,1 mois,1 an,2 ans,5 ans ,10 ans etc).

    TOUT-EST-LIE.

    La palette des taux ,in fine,détermine le mode du cheminement monétaire
    des capitaux dans une économie donnée et ses segments.

    L’impact des taux étant décisif pour le taux d’emploi et donc de chomage,
    le taux de déficit ou d’excédent budgétaire,
    le taux de déficit commercial ou d’excédent commercial
    etc etc etc

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen