H16 : «Assurer une justice, une police et une armée efficace, voilà le périmètre de l’État»

H16, chroniqueur bien connu, anime le blog hashtable. Il est l’auteur de Égalité taxes bisous. Entretien (paru dans le mensuel Nouvelles de France d’avril) avec un esprit libre :

Pourquoi ce titre qui laisse croire que tout va bien, tout le monde il est beau… ? Pour séduire un éditeur ?

C’est un titre ironique, et il est évidemment en rapport direct avec la devise française. Le livre expose la dualité d’une France qui travaille d’un côté et, de l’autre, un pays dans lequel tout n’est plus guère fait que d’apparences et de faux-semblants, d’une dégoulinante cataracte de bons sentiments (les bisous) permettant à cette élite auto-proclamée de faire passer une pluie drue de taxes, taxes absolument nécessaire à assurer l’égalité « réelle », jugée supérieure à l’égalité en droit de la devise initiale, et qui mène le pays droit vers le communisme le plus pervers.

Et puis un livre avec un gros «Bisous» sur la page de garde, cela attire l’œil, non ?

Les grands médias, la plupart des politiques, et même certains chroniqueurs réputés politiquement incorrects nous le serinent à longueur de journée : la France, les Français sont victimes de l’«ultra-libéralisme», de la mondialisation, etc. Souscrivez-vous à cette analyse ? À qui profite le mensonge/crime ?

Le néolibéralisme, l’ultralibéralisme, le libéralisme tout court est effectivement souvent dans la bouche des économistes qu’on invite sur les plateaux, dans celle des journalistes qui donnent leur avis en guise d’informations, dans celle des acteurs, des théatreux et des cultureux froufroutants qu’on interroge avec insistance sur des sujets qu’ils ne maîtrisent en rien, oui. Mais si le libéralisme est dans ces bouches, c’est systématiquement pour y être débiné, pour être fustigé parce qu’il est l’alpha et l’oméga de la misère sur Terre, de la mort, de la maladie et des cors aux pieds.

En réalité, évidemment, le libéralisme, en France, n’a plus droit de cité. Qui connaît Bastiat et ses écrits ? Qui sait qu’il est plus connu aux États-Unis qu’en France ? Qui connaît Constant qui a pourtant tant écrit en français ? Qui peut encore comprendre Tocqueville alors qu’il n’est plus ni enseigné ni même lu ? Quel économiste se réclame, en France, ouvertement, et à la radio, de Hayek, de Mises ? On trouve encore quelques libéraux comme Salin ou Schweitzer, mais ils sont si rares et toujours en face des cliques de sociologues-historiens-philosophes-artistes-économistes (dans cet ordre) qui, furieux hasard, ont tous eu un jour une carte du PS ou du PC, ont été maoïste ou trotskiste dans leur jeunesse mais qui ne sont pas du tout teintés idéologiquement maintenant et – bien sûr – combattent le libéralisme…

En somme, tout le monde est contre le libéralisme, tout le monde s’en tient aussi éloigné que possible, depuis Sarkozy (qui refuse ouvertement le libéralisme, jusqu’à Chirac en passant par, évidemment, toute la fine fleur du PS), aucun journaliste ne se déclare ouvertement libéral, aucun chroniqueur, aucun artiste, etc.

“L’antilibéralisme ambiant profite au lobbyisme galopant, au capitalisme de connivence.”

MAIS… on est sous l’empire du libéralisme.

J’ai du mal à être convaincu.

Et à qui cela profite-t-il ? Disons que le lobbyisme galopant, le capitalisme de connivence (qui lie les intérêts des gros capitalistes avec les principaux chefs de parti, de gouvernement ou d’État, le cas échéant) sont les parties visibles de tous les réseaux. Pourquoi toutes les banques ont à leur tête des énarques ? Pourquoi toujours les mêmes réseaux, les mêmes têtes bien pensantes aux sommets des grandes entreprises ? Pourquoi l’État est-il dans tant de conseils d’administrations ? Etc.

H16 dézingue beaucoup. S’il était président de la République, il proposerait quoi ?

De s’occuper le moins possible de la vie des gens, et de tout faire pour que le reste de l’État en fasse autant. Assurer une justice, une police et une armée efficaces, voilà le péri- mètre de l’État. Le reste, les Français sont assez intelligents pour le faire sans lui.

Quels conseils concrets h16 donne-t-il à ses lecteurs qui ne veulent pas payer avec les autres pour les errements de l’oligarchie ?

Il y a 20 ans, j’aurais parlé montages financiers, SCI, sociétés installées à Londres, ou mieux, dans les îles anglo-normandes. Maintenant, je préconise de fuir.

Finalement, pourquoi est-ce qu’un lecteur des Nouvelles de France doit acheter votre livre ?

Parce qu’il est amusant, qu’il se lit facilement et peut constituer une arme par destination en cas de coup dur, plus de 200 pages sur un papier épais offrant cette excellente combinaison de poids et de maniabilité qu’un objet contondant doit fournir pour aider son utilisateur à se sortir d’une situation périlleuse. Et pour caler les armoires, mazette, quel ouvrage !

Plus sérieusement, on y trouve aussi quelques éléments de réflexion sur la situation actuelle et comment on en est arrivé là, et ce qui permettrait à la France d’en sortir…

> Acheter Égalité taxes bisous.

Autres articles

35 Commentaires

  • Daniel , 21 Juin 2013 à 13:01 @ 13 h 01 min

    H16 : «Assurer une justice, une police et une armée efficace, voilà le périmètre de l’État»

    Voici le rôle de l’Etat régalien, qui n’en est plus est un et est devenu un “Etat pour rien”

    Même en terme d’Etat Providence, alors que ce régime est en pleine crise, il s’est transformé en “Etat nourricier vache à lait” pour les populations allogènes d’Afrique du Nord, et est prêt à exploser financièrement au prochain revirement des agences de notation.

    C’est l’Etat des bisounours, trouvant de l’argent là où il n’en existe pas, trouvant des droits naturels là il n’en a jamais existé ( mariage des couples de même sexe pouvant adopter des enfants ) .

    Cet état socialiste est là pour détruire la cellule familiale, qui protège socialement l’individu.

    Cet état socialiste est là pour détruire l’entreprise, qui nourrit l’individu et sa famille

    Cet état socialiste est là pour détruire la Nation, qui réunit les efforts de tous pour garantir le bien et la prospérité de tous; de tous les individus composant et participant à la Nation.

    Cet état socialiste, voulant émanciper l’individu, conduit inexorablement à le détruire.

  • mbz , 21 Juin 2013 à 13:25 @ 13 h 25 min

    tu dois avoir l embarras du choix pour voter entre les marine, jean francois, francois, jean luc tous socialistes . Et oui il faut que. tout ce bordel se casse la gueule : secu, reraite par repartition, politique culturelle, education nationale … apres on pourra parler des mefaits du liberalisme.

  • Dictionnaire , 21 Juin 2013 à 13:36 @ 13 h 36 min

    Parce qu’eux envoient des cocktails molotov, pas des drapeaux roses.

    Parce que ne se masturbent pas leur cerveau pour savoir comment être bien vus par les médias de leur pays…

  • JSG , 21 Juin 2013 à 13:38 @ 13 h 38 min

    Pourquoi un million de personnes dans la rue au Brésil ou en Turquie font vaciller des régimes et pas en France ?
    Parce que malgré leurs défauts, ces chefs d’états se remettent en cause, où ont une conscience, ou un semblant de lucidité.

  • LUC+ , 21 Juin 2013 à 13:44 @ 13 h 44 min

    H16 ! WC ! & cie !!! Toutes ces individualités , individualistes , nombrilistes , égocentristes , qui ont des blog afin d’avoir l’espoir de sortir un ènième livre pour capter la lumière médiatique ! De passer au ‘ grand journal de C.PLUS ! I TV ou BFM et autres fournisseurs d’infos désinformées ! çA PUE et ça NUIT GRAVEMENT A LA SANTE DE LA FRANCE ! Le malheur de ce pays c’est ça MOI JE !

  • Eric , 21 Juin 2013 à 14:00 @ 14 h 00 min

    il est évident qu’un million de casseurs dans la manif aurait un effet différent.
    et les crs auraient plus de mal à les arrêter qu’arrêter des manifestants de la manif pour tous.
    De plus ils ne seraient pas condamnés et dans le cas inverse Taubira les libérerait.

  • Eric , 21 Juin 2013 à 14:04 @ 14 h 04 min

    ça ne m’etonne pas de la condamnation.
    IL faudra casser ce jugement, casser la juge et verser des dommages et intérets à Nicolas.

Les commentaires sont fermés.