Jean Kay, le dernier aventurier

Un hommage de François Préval*

Il était sans doute l’un des derniers de sa catégorie et de sa génération. Il aura incarné plus que tout autre l’aventurier et le baroudeur engagé du XXe siècle. Il aura connu Roger Degueldre et Bob Denard, l’OAS et les réseaux Foccart, suscité l’admiration d’André Malraux, participé aux combats pour l’Algérie française, l’indépendance du Biafra et les phalanges chrétiennes libanaises. Voila qui est beaucoup pour un seul homme, mais sans doute peu pour un tel assoiffé d’aventures, nourri de valeurs chrétiennes et d’un anticommunisme viscéral. Lui qui aura survécu à tant de combats vient de décéder paisiblement à presque 70 ans.

Né en janvier 1943 à Miliana en Algérie, ses origines familiales le prédestinent à son futur engagement : un père militaire, une mère décédée prématurément et une éducation religieuse stricte. Cet engagement sera précoce : En 1961, alors caporal dans l’armée française en Algérie, âgé d’à peine 18 ans, il déserte pour rallier les Commandos Delta du lieutenant Degueldre et défendre l’Algérie française. Premier combat, première condamnation, premier emprisonnement. Il ne renoncera pas : alors qu’il est réintégré dans l’armée, l’année suivante, il récidive et déserte à nouveau, définitivement. Déjà un esprit libre. Entre-temps, autodidacte, il aura dévoré Drieu La Rochelle, Brasillach, Malraux, preuve de son éclectisme.

C’est dans l’Espagne de Franco qu’il se réfugie comme plusieurs autres OAS, il y rencontrera sa première femme dont il aura une fille, née alors qu’il est en mission. Dès 1964, il reprend les armes, cette fois pour le compte de l’ennemi d’hier, les notables gaullistes, en la personne de Jacques Foccard. Destination : le Yémen du nord. Objectif : sauver la monarchie de la rébellion républicaine. C’est un échec, encore. En 1967, c’est le Biafra qui tente d’imposer son indépendance au pouvoir nigérian soutenu par les Britanniques et les Soviétiques. Kay et ses compagnons luttent à un contre trois, dans un état d’écrasante infériorité numérique. David contre Goliath. Il manque cette fois d’y rester et vit un déchirement personnel en devant abandonner un enfant qu’il avait adopté. Ce sera le début de sa prise de conscience du malheur des populations civiles. À côté du guerrier, un humaniste est né. L’année suivante le retrouve au Liban aux côtés des phalanges maronites chrétiennes. Il y rencontre également sa deuxième femme qu’il épouse selon le rite orthodoxe. Entretemps, durant cette période, il a rédigé son livre-témoignage, L’arme au cœur, récit de ses extraordinaires aventures.

En 1971, c’est l’aventure du Bangladesh, la plus connue du grand public, pour qui il organisera un détournement d’avion pacifique (il n’aura pas d’arme) en vue d’obtenir des médicaments pour cette région de l’Inde qui n’était pas encore indépendante. Arrêté, il verra André Malraux témoigner en sa faveur à son procès. Condamné à du sursis, il sort en 1973. Puis, ce sera de nouveau le Liban et les phalanges chrétiennes, le Cabinda insurgé contre l’Angola où il combat aux côtés du FLEC et des portugais. En 1976, ce sera l’affaire Vathaire, du nom d’un directeur financier de Dassault, avec qui il fera chanter le grand patron au moyen de dossiers compromettants. L’argent obtenu (huit millions de francs de l’époque dont la majorité ne fut pas retrouvé) servit probablement à financer les phalanges libanaises ou à aider les anciens de l’OAS à quitter l’Espagne post-franquiste. On le soupçonne aussi d’avoir participé au casse de Nice organisé par Albert Spaggiari et pour le financement duquel aurait servi une partie de la somme. Quoiqu’il en soit, la période suivante sera celle de la fuite : on le retrouvera au Liban, en Espagne, en Suisse, à Singapour et à Miami. Le début des années 1980 le croisera en Inde où il rencontre sa troisième femme, Fiona Field. Devant quitter le pays, ils vivront essentiellement sur mer à bord du voilier de Kay qui verra naître son quatrième enfant.

La Guerre froide s’achevant dans les années 90, le moine-combattant Jean Kay prend sa retraite. Vivant entre l’Espagne et Toulouse, se consacrant à sa famille, il publie en 1997 Le guerrier de l’espoir, récit autobiographique, et, l’année suivant, L’île où l’amour est descendu sur terre, qui revient sur son séjour à Calcutta 15 ans plus tôt. Veuf depuis 2000, il vivait retiré du monde, en toute discrétion, se contentant de publier deux autres récits autobiographiques sur Internet. Il est parti tout aussi discrètement, comme beaucoup d’autres combattants méconnus des temps modernes.

Après Jean Lartéguy, Roger Faulques et Pierre Chateau-Jobert, c’est l’un des plus grands combattants de cette génération qui disparaît, sans doute la dernière à avoir compté d’authentiques guerriers en son sein. Si la vie de Jean Kay ne fut pas parfaite (vie sentimentale dissolue, lien avec des milieux du grand banditisme) elle a néanmoins été haute en couleur et incessamment placée sous le signe de la fidélité à la parole donnée, de l’honneur et du courage. Une vie unique en son genre et édifiante.

*François Préval est docteur en Histoire.

Autres articles

7 Commentaires

  • Gérard (l'autre) , 1 Jan 2013 à 20:16 @ 20 h 16 min

    Peut-être aussi un des derniers chevaliers des temps modernes !

  • Robert , 1 Jan 2013 à 20:33 @ 20 h 33 min

    Comme héros, il n’a pas à rougir devant tous les Che Guevara, Nelson Mandela et autres fausses gloires de la gauche. Il n’a jamais prétendu apporter le bonheur aux peuples en commençant par les asservir ou les massacrer.

  • giliberti georges , 2 Jan 2013 à 8:45 @ 8 h 45 min

    gloire à ces héros qui meurent de façon anonymes ,qui ont parfois fleurtés avec des hors-la-loi ,mais pour la bonne cause mais qui sont moins pourris que bien des gens dont les noms garnissent les plaques de nos rues et nos places , Gloire à ces hommes qui avaient une parole et l’ont tenue envers et contre tous. JEAN Merci.

  • FERRER jacky , 2 Jan 2013 à 9:01 @ 9 h 01 min

    Il y aura toujours ceux qui résistent et les autres….!.
    “donnez moi Mon Dieu ce que l’on ne vous demande jamais”

  • Iris Pseudacorus , 2 Jan 2013 à 16:43 @ 16 h 43 min

    C’est vrai qu’il y a eu une époque où des idéalistes ou des aventuriers au sens noble du terme, oeuvraient dans le mercenariat. Cette époque est révolue puisque tout est devenue business, et aujourd’hui il existe des tas de sociétés de militaires privés.

    Que Jean Kay repose en paix avec ses frères d’armes ….

  • Ralph , 3 Jan 2013 à 11:58 @ 11 h 58 min

    Pas la peine de se désepérer sur l’époque….
    Demain, peut être,surement même, on verra de jeunes français se lever pour des causes bien plus nobles que celles de ce M. Kay.
    Tout dépendra bien sûr des circonstances, des chefs, des évènements. Mais la furia francese n’est pas morte. Elle est juste en sommeil.

  • Iris Pseudacorus , 3 Jan 2013 à 22:32 @ 22 h 32 min

    C’est à espérer Ralph, car des ” techniciens militaires ” j’en connais des tonnes ainsi que des internautes qui ” font la guerre sur le web ” mais s’en prendre de risque; alors que des Guerriers au sens propre du terme je n’en connais pas des masses. Et je suis ds “le circuit “, alors … mis à part les identitaires qui ont fait parler d’eux récemment. D’ailleurs pour une fois que des jeunes m’impressionnent ds leur audace. Je ne peux que les encourager.

    (Ancien opex et autre activité)

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen