Le crabe aux pinces d’or (1947) – (Vidéo)

Le crabe aux pinces d’or (1947) – (Vidéo)

La première aventure de Tintin qui a été adaptée au cinéma est le Crabe au pinces d’or, dont il a été fait un film animé avec des marionnettes en 1947.

En 1947, le Journal Tintin annonçait en pleine page la sortie du premier film d’animation de Tintin… Fini les projections des films fixes, Tintin allait connaître enfin les joies de l’animation… Le choix de l’adaptation se porte sur “Le Crabe aux Pinces d’Or”… Hergé avait cédé les droits d’adaptation (avec la consigne de suivre le récit si ce n’est à la lettre au moins à la case) à un certain Wilfried Bouchery (pourtant déjà abonné aux banqueroutes, faillites et autres soucis financiers). Ce dernier contacta le cinéaste d’animation Joao Batistas Michiels. Joao Michiels travaillait en bînome avec sa femme Claude Misonne, lui assurant l’animation elle réalisant les personnages, poupées de chiffons et de bois qui allaient être animées image par image devant des décors en bois peints.

Pub_Crabes

La Genèse du film se fît dans la douleur, les problèmes financiers de Bouchery provoquèrent l’interruption de la production de la réalisation mais le film sera terminé le 27 décembre 1947. Il pourra être enfin présenté au Théâtre l’ABC de Bruxelles pour une seule et unique projection, puisque le lendemain même les bobines de pellicules seront saisies par la justice, Wilfried Bouchery connaissant une énième banqueroute frauduleuse ne peut faire face à ses dettes et prend la fuite pour l’Argentine.

Programme

Alors que le programmation était prévue jusqu’au 11 Janvier de l’année suivante. Seuls 2000 jeunes spectateurs lorsde cette unique projection pourront apprécier cette oeuvre.
Depuis le film de Claude Misonne et Joao Batistas Michiels était devenu l’Arlésienne Belge, jusqu’à ce qu’il soit redécouvert il y a une vingtaine d’année au Musée du Cinéma Belge (où certains privilégiés purent bénéficier de projections privées). Malheureusement à ce jour, on ne sait pas qui possède les droits de ce moyen-métrage (60 minutes), certes une partie des droits revient aux ayants droit d’Hergé… mais sûrement aux ayants droit de l’équipe de réalisation des “Studios Misonne”, voire ceux de Bouchery ?
Un imbroglio que Tintin ne pourra démêler et dans les tintinophiles risquent d’être privés encore des années avant d’en posséder une copie sur support inaltérable.

tintin-5

Comme Hergé l’avait demandé, le film respecte scrupuleusement l’album éponyme; seule l’attaque subit par Tintin et le Capitaine Haddock par une bande du désert sera zappé… Certains scènes en mer ne sont pas animés mais avec des prises de vues réelles ainsi ce sont des prises de vues du port d’Anvers qui servent pour le port de Bagghar où le Capitaine Haddock retrouve son navire le “Karaboudjan”. De plus le manque de moyens se ressent par moments et l’animation devient des plus minimalistes; mais le talent dont le couple a fait preuve permet d’oublier cette absence de finance et malgré les années, le film possède un charme quelque peu désuet avec son animation rudimentaire mais empli de poésie.

Il ne faut pas oublier que cette oeuvre est une première à double titre (premier film d’animation belge et première adaptation d’un album de Tintin) et une véritable pièce du patrimoine cinématographique belge.

Source

Articles liés