L’avenir du passé…

L’avenir du passé…

 

Par Charles Chaleyat

Délit d’images vous parle souvent de préhistoire, périodes qui relèvent d’une science appelée l’archéologie. Le fondement de cette science c’est la découverte, prise en charge et étude des vestiges que les époques précédentes ont laissés sur terre (et parfois sous l’eau). Ces études sont donc fondées sur des objets (et ensemble d’objets) recueillis de la meilleure façon possible (la fouille) afin d’avoir le plus de renseignements sûrs quant à leur nature, leur évolution (selon les sols et les intempéries et selon les bouleversements ultérieurs subis).
Les musées viennent à la suite stocker et protéger ces objets aux fins d’expositions publiques mais aussi de réévaluations à l’aune de nouvelles techniques (scanner, etc.) ou de nouvelles questions. Malheureusement, cette façon de voir les objets – le contexte – n’a aucun intérêt pour ceux que seul l’objet dans son originalité, sa valeur marchande contemporaine, représente. Les amateurs et collectionneurs d’objets d’art sont ainsi les pires ennemis des archéologues et avec eux, toute la compagnie des gérants de musée, lesquels,  dans certains pays… sont toujours disposés à céder un masque ou un objet de pierre contre espèces sonnantes… Il faut dire que les billets verts récupérés représentent dans ces pays une fortune et l’objet lui-même n’a aucun intérêt…
fouilles2_0001
Mais à ces bradeurs de patrimoine*, il convient d’associer toute une population de chercheurs de trésor – vulgaires pillards –  détruisant en quelques heures un site ou une  grotte d’Amérique centrale pour y récupérer quelques objets d’or ou des momies et aussi ceux qui écument plaines, littoraux et forêts d’Europe, armés de détecteurs de métaux non-autorisés. Tous ces gens ordinaires détruisent irrémédiablement les sites archéologiques, en y prélevant les métaux et saccageant les sites, devenus de ce fait inexploitables.
Ils se conduisent comme les pollueurs, les expulseurs de peuples traditionnels et autres rapaces pour qui le fric remplace tout!
A petite échelle, de la même façon, ils annihilent, tels ces bulldozers qui ont, avant le vote des lois sur le patrimoine, privé la France de quantité de vestiges préhistoriques, gallo-romains, moyenâgeux ou même modernes..**
Comment parlerons-nous de notre passé quand tout sera pillé, arraché, détruit et dans certains cas occis ?***

* Petits par rapport à certains autres qui contre de belles sommes baptisent certaines de nos richesses nationales de noms parfaitement inacceptables!!!

** Demoule J.-P., 2012 – On a retrouvé l’histoire de France. Comment l’archéologie raconte notre passé. R. Laffont, Paris.

*** Adhérez à l’HAPPAH >[email protected]

Articles liés