Philippe Ariño regrette que les veilleurs n’osent plus parler de la loi Taubira

“Veut-on devenir des révolutionnaires de salon ou bien de véritables veilleurs ?” s’interroge Philippe Ariño dimanche sur Facebook. L’intellectuel affirme que “(la) soirée de clôture à la Concorde n’avait rien d’une veillée des veilleurs” : il n’y a, par exemple, “pas entendu une seule fois les mots ‘mariage pour tous’ et ‘loi Taubira’ : enterrées ! Il fallait le faire !”

Du coup, Philippe Ariño, qui devait y intervenir sur le thème du “Réel”, s’est “barré avant” : “Je ne veux pas que les Veilleurs se transforment en gala, avec robe de soirée, célébrités, petits fours, petits CRS et musique de salon ! Je ne suis pas là pour ça. Notre résistance ne doit pas se figer en posture esthétique. C’est ridicule. Nous devons demander l’abrogation de la loi Taubira, encore et toujours. (…) Si quelqu’un débarquait, jamais il n’aurait pu deviner que nous étions opposés au ‘mariage pour tous’. Nous n’avons entendu que des beaux couplets sur l’importance de l’engagement (ouais, cool : si on ne dit pas pour quoi, nous sommes bien avancés…), sur la beauté de notre mobilisation (mais pour quoi sommes-nous mobilisés au juste?), sur les vertus de la liberté et du combat pour ses idées (oui, mais lesquelles ?). Désolé, mais moi, je ne suis pas venu ‘parce qu’il faut s’engager et que c’est important’. On peut philosopher longtemps sur la beauté de la combativité, sur la grandeur du volontarisme et de la résistance. Mais merde, pour quoi c’est beau ? Ce n’est pas beau en soi. Ça dépend du combat !”

Philippe Ariño constate d’ailleurs que “pas mal de gens s’ennuyaient autour de (lui)” : “Et je ne suis pas le seul à avoir eu l’impression d’assister à une kermesse d’anciens combattants. Même des responsables se demandaient ce que nous avions dit pendant 2h et demi (et recevaient des textos d’amis qui se demandaient quand est-ce que ça allait démarrer).”

Lire aussi :
> Samedi soir, la PPP, Boucault et Valls se sont ridiculisés

Autres articles

36 Commentaires

  • Dōseikekkon , 1 septembre 2013 @ 12 h 05 min

    Au moins n’aurai-je pas perdu mon temps en lisant cet article.
    J’y ai appris, contre toute attente, que Philippe Ariño était un « intellectuel ».

    J’avoue que ça m’avait échappé…

  • mariedefrance , 1 septembre 2013 @ 12 h 05 min

    Ce Philippe “intellectuel” ne se rend peut être pas compte que les Français :

    1) reviennent à peine de vacances

    2) qu’ils doivent plonger la tête dans le réel

    3) les feuilles d’impôts commencent à tomber

    4) que la rentrée scolaire est là, demain

    5) que la question syrienne est dans toutes les bouches

    6) que beaucoup réclament un élan fort, grand, déroutant et durable différent de celui d’un Gandi copié.
    A quand des grèves de la faim ?

    Ce mouvement “pacifiste” des veilleurs-sentinelles n’aura jamais l’ampleur de
    LMPT + Printemps français.
    C’est un autre genre qui ne fait que rappeler qu’ils sont là et qu’on ne lâche rien.
    C’est une autre marque.

    La visibilité de leur action n’est pas à la hauteur de ce qu’attendent certains mais ils ont été là contrairement à d’autres.
    De toutes façons, tant que les merdias n’en parlent pas à la téloche, personne ne réagira.

    QUI ?
    QUAND ?

    en Province, rien.

    C’est à désespérer du “genre” humain !

  • Psyché , 1 septembre 2013 @ 12 h 26 min

    Il est clair que le chemin est long avant la restauration de valeurs humaines perverties par les grands idéaux qui bien souvent sont eux-même pervertis pour ne servir que les puissants.

    Chacun contribue à sa façon et toutes les contributions sont positives .
    Que la flamme des veilleurs perdure, il en restera toujours quelque chose.
    L’histoire est faite de cyccles et de rebondissements,
    L’espoir est au bout du chemin

  • Républicain non aliéné , 1 septembre 2013 @ 13 h 05 min

    Cela prendra du temps mais on les aura. Depuis la manifestation du 13 janvier ils ont perdu crédibilité et légitimité, c’est juste qu’ils font semblant de ne pas s’en rendre compte au milieu de la jungle de micros autorisés.

  • Républicain non aliéné , 1 septembre 2013 @ 13 h 32 min

    Mais non, mais non. Il y a des sympathisants en province. Mais la Révolution ce n’était pas non plus toute la France dans les rues, comme vous le savez, mais seulement une petite partie.

  • dudesert , 1 septembre 2013 @ 14 h 50 min

    Monsieur arino aurait du délivrer son message plutôt que de partir.les jeunes font ce qu’ils peuvent .ils ont donné de leur temps pour cette marche et les veillées chaque jour différente, a nous de les aider par notre présence et nos interventions si on a des choses a dire.mais on ne denigre pas les seuls qui se bougent.
    Cependant, votre remarque est bonne,il ne faut jamais perdre de vu notre objectif.

    @marie france,on vous attend en province!
    Pour la première fois depuis 40ans un mouvement se leve,donnons-nous le temps de grandir et de trouver notre place.

  • mariedefrance , 1 septembre 2013 @ 15 h 40 min

    Je ne crois pas que nous parlions de la même chose.
    Bien sûr, il y a des sympathisants en province mais les manifs n’ont pas de véritable ampleur ni un impact important sur la population.

    Il faut de grands rassemblements à PARIS !
    cela nécessite un petit investissement à chaque fois mais c’est bien plus gagnant qu’en province.

Les commentaires sont fermés.