«Mariage» homosexuel : Mgr Vingt-Trois demande aux élus de «résister au conformisme de la pensée ‘prête-à-porter’ qui évite de trop s’interroger»

Paris. Comme à chaque rentrée parlementaire, une messe pour les députés et les sénateurs a été célébrée en la Basilique Sainte Clotilde. Ce mardi 30 octobre 2012, y ont été aperçus une trentaine d’élus de la nation, dont l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le maire du 7e arrondissement où se trouve le lieu de culte Rachida Dati, le sénateur UMP Pierre Charon ou encore le député PCD Jean-Frédéric Poisson.

“Dans le débat qui secoue notre société, bien que l’on nous eût dit qu’il était superflu puisque tout le monde était supposé d’accord, il est assez facile de comprendre qui est en train d’imposer une conception particulière du mariage à la société”, a déclaré Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris, pendant l’homélie.

“Ce n’est pas nous, a continué le cardinal, qui entreprenons de substituer au mariage un autre modèle qui empêchera les enfants d’identifier dans leur famille la dualité sexuelle d’un père et d’une mère, constitutive de l’humanité. (…) Ce n’est pas nous qui donnons prise à la revendication illégitime d’un ‘droit à l’enfant’ (…). Ce n’est pas nous qui faisons la promotion d’une réforme de civilisation, sans permettre à ceux qui en subiront les conséquences de pouvoir y réfléchir et de donner leur avis”, a insisté l’homme d’Église.

Car “dans la vie d’un pays, il est des sujets qui engagent la vie personnelle des citoyens et qui ne dépendent pas simplement d’une majorité électorale, même si elle est importante”. “Je ne pense pas que l’organisation des mœurs conjugales et de la transmission de la filiation fassent partie des éléments d’une alternance politique. Elle engage trop profondément l’avenir de la société pour n’être qu’une conséquence automatique d’une élection” a estimé Mgr Vingt-Trois. “Face à ces grands enjeux, c’est à la conscience personnelle du responsable politique d’exercer ses choix avec liberté et courage. La liberté doit résister au conformisme de la pensée ‘prête-à-porter’ qui évite de trop s’interroger”, a affirmé le Président de la Conférence des évêques de France.

Mgr Vingt-Trois sera-t-il écouté par les politiques ? Réponse dans quelques mois…

Le reportage de BFM TV :

Articles liés

14Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Goupille , 2 novembre 2012 @ 13 h 24 min

    Une fois de plus, Mgr 23 assure le programme minimum.

    Pendant deux ou trois ans à Tours, il avait été remarquablement absent, sauf pour prendre position avant le deuxième tour de la Présidentielle de 2002 (Le Pen / Chirac…).

    Pendant deux ou trois ans à Tours, il n’avait craint qu’une chose : que Mgr Lustiger meure et que lui échape la succession d’icelui, à savoir la pourpre cardinalice.

    Pendant deux ou trois ans à Tours, les fidèles s’étaient demandé, en le voyant clébrer sa messe dominicale : “Mais où est-il, son Dieu, à celui-là ?”…
    Que ceux qui doutent de ces allégations se procurent la video des obsèques de l’Abbé Pierre : ils verront le tout nouveau Cardinal de Paris en train de “faire la salle”, comme les cabotins balayent des yeux le public, même pendant l’Elévation.

    Mgr 23 aime quand cela brille… Même s’il ne s’agit que de trente députés sur 577…
    Mais où est-elle, sa conviction profonde, à celui-là ?

  • donremy , 2 novembre 2012 @ 14 h 26 min

    parce que vous pensez que les parlementaires ont encore au coeur leur religion? et aussi l amour de leur pays, et le sens du devoir?????

    surement pas, ils ne pensent les uns et les autres qu a leur place dans la société

  • Robert , 2 novembre 2012 @ 16 h 37 min

    Il me semble que ça bouge, modestement et faiblement certes, mais ça avance dans le bon sens.
    Que ce soient des institutions religieuses ou politiques, la dilution recherchée du mariage c’est à court terme un risque énorme pour une société, sa stabilité et sa pérennité. Or, pour l’intégration des jeunes et la reprise économique, l’instabilité de personnes immatures et isolées, ce que sont pour une les familles recomposées et dissoutes et l’autre dans les célibataires durables qui ne s’engagent jamais, met en danger des projets à long terme qui assurent l’avenir d’une société.
    Les responsables en ont peut-être pris conscience.
    Pour l’Eglise qui m’intéresse, c’est désolant de voir que les seuls arguments anthropologiques sont insuffisants pour une philosophie religieuse.

  • marie-france , 2 novembre 2012 @ 21 h 17 min

    et hélas il n’est pas le seul dans ce cas:ils sont là à parader avec leurs habits brodés d’or,à regarder “leus brebis” de haut pendant ce temps là les quelques prêtres qui restent ont plusieurs paroisses à s’occuper et ces Messieurs leur demande toujours plus!!!!quand je pense que Jésus était humble parmi les humbles!et on s’étonne aujourd’hui que les églises se vident!!!

  • Lach-Comte , 2 novembre 2012 @ 22 h 55 min

    je ne pense rien. Je dis, et avec le texte de la Congrégation pour la doctrine de la foi (catholique), j’affirme que si un parlementaire, un conseiller général ou régional, un député européen, un maire, se dit et se pense catholique, alors il ne peut, au poste où il est, voter, favoriser ou appuyer en quoi que ce soit ce genre de mesure nuisible sauf à faire un acte immoral. Point final ! C’est aussi vrai bien que moins grave, les responsabilités étant différentes, pour les catholiques lambda.

  • Lach-Comte , 2 novembre 2012 @ 23 h 03 min

    Mais cessez donc avec votre église de pauvres et de humbles ! Vous savez très bien pourquoi les églises se sont vidées : ce n’est pas à cause de l’or, de la myrrhe et de l’encens. C’est parce que les curés, les évêques, avaient les mêmes sermons, et pour beaucoup les ont encore, que le syndicaliste du coin, étaient, et sont pour beaucoup toujours, habillés comme le comptable du coin et se sont mis, après Vatican II, non seulement à prêcher politique mais à raser les murs, ayant honte d’eux-mêmes et de leur religion. Si vous voulez du dépouillement visible et hypocrite, allez chez vos voisins – ils disent “frères en Christ” – les luthériens et les calvinistes ou tout autre protestant, dont les seuls signes extérieurs de richesse sont ceux de leurs pasteurs et de leurs petites entreprises.

  • Robert , 4 novembre 2012 @ 20 h 02 min

    L’ouverture du mariage : de 2, on passe à 3!

    Après les Pays-Bas, c’est au tour du Brésil :

    “Un an après avoir célébré le premier mariage civil homosexuel, le Brésil vient de consacrer le premier « ménage à trois » officiel. Un homme et deux femmes ont donc été mariés par la notaire de Tupa (430 km de São Paulo ), Claudia do Nascimento Domingues. Cette dernière a déclaré à l’AFP que sa « fonction n’est pas de juger si cette situation est correcte ou pas », avant de préciser qu’elle avait agit en parfaite légalité. « C’est quelque chose de nouveau, mais je ne l’aurais pas fait si la loi l’interdisait explicitement », a-t-elle expliqué.

    La logique juridique est implacable : si un mariage ne définit plus l’union entre un homme et une femme mais qu’il consacre désormais l’amour, pourquoi ne pas marier un homme et deux femmes qui s’aiment ? Et la justice brésilienne, pourtant considérée comme étant conservatrice, a été obligée de céder et d’accepter cette nouvelle forme d’union, puisque le loup (la loi sur le mariage pour tous) était entrée dans la bergerie (le foyer familial)”.

Les commentaires sont clôturés.