Par référendum, la Suisse s’oppose à la fin des avantages fiscaux des millionnaires étrangers

La démagogie ne paye pas. Par 59,2 % des suffrages exprimés, le peuple suisse a voté contre la proposition de la gauche d’en finir avec la fiscalité favorable dont bénéficient de nombreux millionnaires étrangers, dimanche 30 novembre.

A Genève, où la population devait se prononcer sur une abolition des forfaits fiscaux à l’échelle du canton, le refus est net : 68 % des électeurs ne veulent pas rayer les forfaits.

« C’est un soulagement », a déclaré le président du conseil d’Etat genevois François Longchamp en conférence de presse dimanche.

L’exécutif genevois assurait dimanche que, selon ses informations, la moitié des 700 riches contribuables étrangers aux forfaits avaient déposé une demande pour quitter le canton avant la fin de l’année en cas de oui, ce qui aurait représenté environ 75 millions de francs suisses de recette fiscale en moins, et l’obligation de revoir entièrement le budget du canton.

Autres articles

8 Commentaires

  • charles-de , 1 Déc 2014 à 10:27 @ 10 h 27 min

    Le deal n’est pas compliqués : de riches étrangers viennent s’installer à Genève alors que les havres de paix ne manquent pas pour eux. Ils y dépensent sûrement pas mal (travail, TVA pour les indigènes etc) et y paient moins d’impôts qu’ailleurs.
    Tapez-leur dessus et ils partiront comme une volée de moineaux, et qui devra payer ce qu’ils ne paieront plus ?
    Les crétins qui les ont fait partir !
    Heureusement pour eux, les Suisses le sont moins que les Français !

  • patrick Canonges , 1 Déc 2014 à 13:33 @ 13 h 33 min

    Une majorité de 74% des Suisses a rejeté une nouvelle limitation de l’immigration. Les électeurs des 26 cantons étaient appelés à dire «halte à la surpopulation» par le mouvement Écologie et population (Ecopop). Ecopop, qui se décrit comme «non partisane», voulait limiter le solde migratoire annuel du pays à 0,2% de la population (environ 16 000 personnes). Elle demandait aussi que la Suisse consacre 10% de ses fonds d’aide au développement à des mesures de contrôle des naissances dans les pays du tiers-monde. «Au rythme où on bétonne le paysage actuellement, à 1,1m² par seconde, en 2050, si on ne fait rien, on aura entièrement bétonné» toutes les régions non montagneuses de la Suisse, affirmait Anita Messere, membre du comité Ecopop. Ecopop s’est heurté à un front du refus venant de tous les milieux. Même l’UDC, qui avait porté avec succès le vote anti-immigration du 9 février, trouvait l’initiative excessive.
    Les Suisses se sont aussi prononcés sur les forfaits fiscaux accordés aux riches. Là aussi, le «non» est arrivé en tête, avec 60% des suffrages exprimés. La votation sur les forfaits fiscaux concerne 5 729 millionnaires étrangers, qui préfèrent payer un total de 830 millions d’euros d’impôts Suisse plutôt que beaucoup plus dans leur propre pays. L’oligarchie faisait valoir que le départ de ces étrangers priverait les caisses d’importantes recettes qu’il faudrait compenser en diminuant les dépenses ou en augmentant les impôts de tous.
    En fait, l’oligarchie a triomphé dans les deux cas. Car elle n’était pas seule à voter. Le bon peuple magnifié par les populistes s’est couché docilement comme un caniche. Il est vrai que la population suisse profite amplement de ce statut de « refuge fiscal », au détriment des pays qui ne sont pas des paradis fiscaux…comme la France.

  • hermeneias , 1 Déc 2014 à 13:52 @ 13 h 52 min

    Très bien Canonges mais

    Vive les paradis…..fiscaux et autres ! La France n’est pas un paradis sauf si l’on y vient en touriste , et encore ,car tout fout le camp restau , hotels , sale gueules , courtoisie , accueil , une incapacité invincible aux langues étrangères .

    Par contre je ne comprends pas bien pourquoi ils ont voté non à la limitation de l’immigration ….
    Mais peut être , une fois de plus , la question était-elle mal posée de manière à embrouiller le peuple .
    C’est une immigration très sélective qu’il faut favoriser selon les besoins

  • Tonio , 2 Déc 2014 à 9:34 @ 9 h 34 min

    “L’oligarchie faisait valoir que….” ?
    qui est cette formation politique dans un pays archi-démocratique ? On se croirait en Grèce à l’époque des tyrans ou à Venise au XVIIè; la Suisse a inscrit dans sa Constitution de 1874 ” Article 4. Tous les Suisses sont égaux devant la loi. Il n’y a en Suisse ni sujets, ni privilège de lieu, de naissance, de personnes ou de familles…” On cherche y encore votre fameuse oligarchie!

  • Tonio , 2 Déc 2014 à 9:37 @ 9 h 37 min

    “Par contre je ne comprends pas bien pourquoi ils ont voté non à la limitation de l’immigration ….” parce que cela faisait doublon avec la votation du 9 février 2014 limitant aussi la population étrangère. deux initiatives sur le même thème ça frise l’abus de démocratie comme aiment à dire les socialauds du monde entier quand le résultat d’un vote n’est pas dans la ligne du parti….

  • heraklius66 , 2 Déc 2014 à 11:14 @ 11 h 14 min

    Il est complétement faux de dire que l’oligarchie a triomphée même si tout le corps fédéral c’était mobilisé contre ECOPOP, moins les socialo-collectivistes pour l’initiative sur l’impôt à la dépense ! La Suisse n’est pas la France et les Suisse largement moins cons et bornés que les français (c’est un français qui le dit) Quand au “refuge fiscal” c’est à voir, car loin de l’idée qu’on s’en fait il y a des impôts en Suisse et même passablement élevés dans certains cantons !

  • Tonio , 2 Déc 2014 à 17:20 @ 17 h 20 min

    Je cherche encore des Français et des socialistes qui voudraient faire payer “.. l’impôt sur le revenu..” à quelqu’un qui n’a pas de revenus en France: sur quelle base ? Quel droit fondamental permettrait d’exiger l’impôt d’un résident sans revenus ?
    Bien sûr les routes, les écoles, les hôpitaux, les salaires des ministres, conseillers régionaux dont profitent bassement tous ces métèques ça coûte cher; mais s’ils paient sur leur fortune ça ne suffit pas ?

Les commentaires sont fermés.