Le Monde instaure un dispositif de discrimination positive pour diversifier ses recrutements

Le Monde instaure un dispositif de discrimination positive pour diversifier ses recrutements

Trop blanche, trop homogène sociologiquement, trop élitiste, trop parisienne : la rédaction du Monde veut mettre en place un dispositif de discrimination positive à la rentrée pour diversifier ses recrutements. Objectif : lutter contre la défiance vis-à-vis des médias et de la presse écrite notamment.

Pas moins de six mesures censées favoriser l’ouverture du quotidien français « de référence » à des étudiants ou journalistes débutants n’ayant aucune chance d’en pousser un jour la porte, seront lancées en septembre. Issus de quartiers défavorisés, boursiers, peu diplômés, victimes de handicap : la liste des jeunes « exclus » est classique. Les actionnaires ont non seulement validé le projet mais en ont été à l’origine. Fer de lance de cette volonté de « mixiser » Le Monde, Pierre Bergé. L’octogénaire, très impliqué au sein des lobbies homosexuels, a largement encouragé la direction opérationnelle du Monde à provoquer un tel appel d’air. Matthieu Pigasse, le patron de la banque Lazard et de l’hebdomadaire bobo Les Inrockuptibles et de Radio Nova, y était lui aussi très favorable. Tout comme le milliardaire Xavier Niel, Pdg de Free, créateur de plusieurs incubateurs de start-up à Paris.

Trois axes sont prioritaires. D’une part, l’apprentissage sera réouvert et encouragé au sein des rédactions du groupe incluant, outre Le Monde, L’Obs, La Vie, Télérama et Courrier international. Une dizaine de contrats seront ainsi proposés. Le Monde réinvestira aussi le milieu scolaire et proposera des interventions tout au long de l’année pour « éduquer aux médias ». Le groupe s’astreindra aussi à réserver à des candidats non cooptés la moitié des offres de stages de troisième qu’il propose chaque année.

De façon plus anecdotique, Le Monde soutiendra plus avant les dispositifs d’aides à l’entrée aux écoles de journalisme, comme Le Parcours égalité des chances à Lille et La Chance aux concours à Paris. Les diplômes universitaires technologiques (Bac +2) en journalisme, actuellement mal côtés et freins à l’intégration au sein des rédactions, seront aussi regardés avec plus de bienveillance. Enfin Le Monde signera la Charte de la diversité, promue par l’Etat français et l’Union européenne.

Contrairement à l’audiovisuel et à la radio, les journalistes de couleurs ou aux origines sociales modestes inférieures sont plutôt rares dans la presse écrite. En cela, Le Monde n’est pas une exception. Comme dans la plupart des rédactions des quotidiens et des newsmagazines, le constat est identique. Il aurait pour conséquence directe la coupure constatée entre le pays réel et les médias, maintes fois pointée du doigt à droite mais aussi à gauche. Explication simpliste ?

Charles Mansel – Présent

Articles liés