Brésil : le catholicisme en berne, l’évangélisme en pleine expansion

Malgré le succès des JMJ 2013 de Rio, le catholicisme est en petite forme au Brésil. Entre 2000 et 2010, le nombre de catholiques est passé de 125 à 123 millions. La population du Brésil augmentant rapidement, les fidèles de Rome ne représentaient plus que 65% du total en 2010, contre 74% dix ans plus tôt. Pendant ce laps de temps, le nombre de protestants a fortement progressé, passant de 26 millions (15%) à 42 millions (22%). Dans ce groupe, ce sont les pentecôtistes et les non-classés qui tirent leur épingle du jeu (respectivement 13% et 5% du total de la population brésilienne en 2010) tandis que le “canal historique” stagne. Les personnes ayant d’autres croyances (islam, bouddhisme, etc.) sont désormais 10 millions (5%) contre 6 millions (4%) dix ans plus tôt. Enfin, les athées et les agnostiques progressent à 15 millions (8%) contre 12 millions en 2000 (7%). Le nombre de Brésiliens nés à l’étranger ne dépassant pas 1% et le taux de fertilité des évangéliques étant similaire à celui des catholiques, la progression du protestantisme s’explique ni par l’immigration ni par la natalité mais par les conversions – en 2006, une étude avait montré que 45% des pentecôtistes étaient des ex-catholiques.

Articles liés

72Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • mariedefrance , 2 août 2013 @ 18 h 32 min

    Un p’tit coup d’électrochoc ne fait pas de mal. Personnellement, je trouve que l’Eglise se repose sur ses lauriers et donc est en danger.

    L’Eglise impose ses dogmes et met du temps à entrer dans le siècle.

    Selon vous, doit-elle penser à se moderniser ?
    Après tout, Elle n’est qu’une représentante.

  • monhugo , 2 août 2013 @ 18 h 33 min

    Ou parleriez-vous de l’Eglise orthodoxe ? Je m’y perds un peu. Vous détestez les “tridentins”, c’est-à-dire les Catholiques, mais à part cela ? Protestant “orthodoxe” (comme on dit “juif orthodoxe”), sans doute alors luthérien ? Ou calviniste, comme l’étaient les “parpaillots” français, et donc Sully ?

  • Charles , 2 août 2013 @ 18 h 44 min

    http://lci.tf1.fr/monde/institutions/pour-la-fin-du-ramadan-le-pape-envoie-un-message-de-respect-aux-8240870.html

    Du coté de notre nouveau pape,la farce continue.
    Blabla blabla et blabla.Jugez pour vous memes.

    Chacun chez soi ,c’est pourtant simple.
    Eux chez eux et nous chez nous.
    On ne se mèle pas de leur religion et ils ne se mèlent pas de la notre.
    On est different et on est pas fachés pour autant

  • monhugo , 2 août 2013 @ 18 h 44 min

    “Du temps à rentrer dans le siècle” ? Vous croyez ? On a sacrifié la plupart des rites, on s’est donc rapprochés du protestantisme (messe en langue vulgaire, prêtre officiant tourné vers l’assistance, communion dans la main…et autres gadgets conciliaires). Vous voulez l’abandon du célibat des prêtres, l’ordination des femmes, la promotion du préservatif : voilà qui serait “dans l’air du temps”. Et le mariage des homos béni par l’Eglise : encore mieux……

  • mariedefrance , 2 août 2013 @ 18 h 55 min

    Chacun chez soi ,c’est pourtant simple.
    Eux chez eux et nous chez nous.

    au-delà même de la religion !!
    Nous n’avons pas la même culture, la même civilisation, pas le même projet d’avenir.

    le problème c’est qu’ils sont conquérants, les bougres et sans fioriture !
    leur flambeur de mahomed qui n’a jamais mis les pieds à Jérusalem dit avoir reçu
    des consignes de son dieu depuis ce site.

  • mariedefrance , 2 août 2013 @ 19 h 06 min

    tss tss… non je me suis mal fait comprendre et je dis de suite que je n’aime pas les gadgets, non plus bien que la langue française me paraisse plus adaptée pour transmettre aujourd’hui.
    Le latin et le grec ont disparu de nos écoles il y a longtemps.

    je dis simplement que ce pape me sidère : il ne bronche pas concernant des divorcés qui voudraient se marier à nouveau à l’église alors qu’il est compatissant envers les zomos.

    L’Eglise n’est pas ma copine c’est vrai.
    Elle a le temps c’est vrai mais dans toute action politique il faut parfois mettre de l’eau dans son vin.
    L’Eglise a toujours agi en fonction du pouvoir qu’elle pouvait préserver.

    L’Eglise perd des ouailles et donc il faut qu’elle se pose la question du “pourquoi “.
    L’Eglise perd des vocations. Pourquoi ?

    je pense, oui, que si l’Eglise veut perdurer, le Catholicisme particulièrement doit se regarder un peu plus devant la glace.

  • mariedefrance , 2 août 2013 @ 19 h 11 min

    Sauf erreur, le Christianisme n’obligeait pas le célibat.

    N’est-ce point l’Eglise qui l’imposa pour mieux récupérer certains héritages d’aristos qui prévoyaient d’envoyer un de leurs fils dans les ordres ?

Les commentaires sont clôturés.