La France, son déclin, sa dette et son club de politiciens naufrageurs

Le système français ne peut plus éviter une crise majeure, explique François de Closets à Jean-Jacques Bourdin vendredi 30 août sur RMC. La faute à 40 ans de laxisme politique durant lesquels l’État français a creusé sa tombe : celle des déficits. Quand on s’endette, on perd son indépendance, explique-t-il, et le jour où ceux qui prêtent à l’État français en auront assez, les fonctionnaires et les retraités français ne seront plus payés. Il faut donc urgemment tailler dans les dépenses publiques et pour cela, il faut un chef de gouvernement technocrate au dessus des partis politiques comme Mario Monti, prétend le journaliste.

Autres articles

22 Commentaires

  • passim , 3 Sep 2013 à 8:55 @ 8 h 55 min

    De Closets se trompe quand il dit que ce sont les français qui ont élu leurs dirigeants.
    Ceux qui ont élu nos politichiens de gauche et de droite, c’est la fraction des français à qui ont été distribués des droits et privilèges.
    C’est le marketing électoral qui depuis trente ans constitue le socle de l’art politique, et c’est un clientélisme élaboré qui fait les élections.
    “Nous les français” n’existe pas. “Les français”, c’est en réalité la juxtaposition d’intérêts de castes et de communautés diverses (les “exclus”, les fonctionnaires, les femmes, les immigrés, etc). Il suffit d’offrir à un nombre suffisant quelques avantages, ou seulement quelques espérances, pour franchir la barre magique des 50% ; cela au mépris de l’intérêt général de la Nation, dont nos politiciens n’ont cure, ayant les yeux fixés sur les prochaines élections.
    Paraphrasant Montequieu, on peut dire que le principe de la démocratie est devenu le mensonge.

  • Fvern , 3 Sep 2013 à 9:03 @ 9 h 03 min

    Où est-il cet homme là? Est-il naît au moins?

  • Fvern , 3 Sep 2013 à 9:04 @ 9 h 04 min

    Malin ! Créer de l’argent sans entreprise, ce n’est que de la monnaie de singe!

  • ostrogone , 3 Sep 2013 à 9:05 @ 9 h 05 min

    il est sympa De Closets et reconnaissons qu’il tire depuis longtemps des sonnettes d’alarme. MAIS ses conclusions, ses remèdes, sont hélas d’une affligeante banalité. Il condamne un système sans vouloir “virer” ses responsables, au nom du rejet de “l’extrémisme”, comme il l’a dit dans une autre émission. Tout est dit.
    pourtant “on ne résout pas un problème avec ceux qui l’ont créé” disait (je crois) Einstein.
    Un pur technocrate aux commandes, c’est botter en touche. Un problème politique doit avoir une solution politique .

  • pi31416 , 3 Sep 2013 à 12:08 @ 12 h 08 min

    Chavez! C’est le triple-plus bon du lot. Et un savant, j’vous dis qu’ça!
    https://www.youtube.com/watch?v=jdwAmnZIa1E

  • pi31416 , 3 Sep 2013 à 12:16 @ 12 h 16 min

    “il va falloir cogiter dur”

    Co-gîter, c’est bien “vivre (gîter) ensemble (co-)” non? Alors, pas de soucis, la belle vie nous attend au détour du chemin.

  • pi31416 , 3 Sep 2013 à 12:54 @ 12 h 54 min

    Il n’est d’argent sans dette. Pour paraphraser Montaigne: sur un monceau d’or, si ne sommes assis que sus notre cul. Un monceau d’or ne vaut que la créance pour l’un, donc dette pour l’autre, qu’il représente.

    Quant aux prêts sans intérêts, c’est comme les locations sans loyer et les fourmis de dix-huit mètres.

    Quant à l’aphorisme attribué à Rotschild on l’a vu à l’oeuvre sous Gideon Gono, grand manitou de la finance du Zimbabwé.

Les commentaires sont fermés.