VIDÉO | Dans la tête de Vladimir Poutine

Dans sa chronique du jour, Olivier Ravanello est revenu sur la situation tendu et complexe en Ukraine et sur notamment sur les positions de Vladimir Poutine. Son point de vue reste politiquement correct mais l’expert pose les bonnes questions :

Autres articles

15 Commentaires

  • victor , 2 Sep 2014 à 11:37 @ 11 h 37 min
  • Charles , 2 Sep 2014 à 17:39 @ 17 h 39 min

    Le président Ukrainien Porochoko,roi du chocolat, est un clown
    d’avoir cru pouvoir doubler/rouler Poutine.
    Poutine est le président de la Russie depuis 14 ans.
    Porochoko est le président d’un groupe chocolatier depuis 14 ans….

    Le chat Poutine a utilisé une tactique classique qui consiste a laisser d’abord
    l’adversaire gagner du terrain par des victoires faciles sur des civils et des insurgés.

    Une fois les troupes Ukrainiennes implantées par ci et par là, l’armée Russe a utilisé
    sa nouvelle artillerie qui est d’une précision chirurgicale (chaque coup va au but).

    Dans l’article ci dessous (Daily Telegraph),le journaliste nous montre les débris calcinés
    de chars et blindés pris au piège alors qu’ils repartaient à toute vitesse vers l’ouest.
    Bref, c’est la déroute complète de l’armée Ukrainienne depuis mardi dernier.
    La mafia média de l’empire UMPS se garde bien de l’avouer aux bullots de 20 heures.
    La cheftaine Maréchale Merkelle est une cruche d’avoir encouragé Porochoko
    dans ses opérations.

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/ukraine/11069814/Ukraine-dispatch-Burnt-out-tanks-and-ashes-of-APCs-on-journey-through-no-mans-land.html

  • Colargol , 2 Sep 2014 à 19:36 @ 19 h 36 min

    Porochenko a voulu doubler Poutine ? Ah bon, il s’était présenté aux élections présidentielles russes et on nous l’avait caché ?

    A part ça, des soldats russes combattent en catimini au nom de l’orgueil de certains politiciens. Quand ils rentrent blessés, on les soigne loin des regards et surtout loin de leurs proches qui n’ont que le droit de ne rien savoir. Quand ils meurent, leurs dépouilles enterrées en catimini n’ont droit à aucun égard de la part d’un gouvernement qui n’assume pas ses actes.
    J’imagine les réactions ici, si les Etats-Unis faisaient de même avec leurs morts d’Afghanistan ou bien la France avec nos morts du Mali. Mais que la Sainte Russie traite de façon ignominieuse ses propres soldats, ça n’émeut aucun Poutinolâtre.

  • Charles , 2 Sep 2014 à 21:13 @ 21 h 13 min

    Les femmes Russes sont en délire et Poutine le prend avec humour.
    Ce n’est pas notre Ollandouille qui aurait ce type d’accueil.

    Le service de sécurité est très professionnel.
    A partir de 1.12, regardez le robocop en grosses lunettes spéciales noires
    à quelques mètres derrière Poutine.
    On dirait que ces lunettes permettent de scanner les foules.

  • Psyché , 2 Sep 2014 à 22:38 @ 22 h 38 min

    Poutine fait chier l’Empire Americano-Sioniste.
    Il n’est pas le seul car cet empire est en pleine déroute,
    il s’affole, se crispe, se hérisse aux frontières, il a atteint ses limites,
    et il s’avance vers une désillusion définitive et irrémédiable.
    Vivement que l’on soit débarassés de ce fléau !

  • Psyché , 2 Sep 2014 à 22:41 @ 22 h 41 min

    Porochenko est un gros mafieux vendu à la cause de l’Empire du Mal.
    Rien d’autre qu’un usurpateur venu pour piller les richesses de l’Ukraine et foutre le bordel aux portes de l’Europe, et Dieu sait si il y a réussi.

  • Goupille , 2 Sep 2014 à 23:38 @ 23 h 38 min

    L’Ukraine est à la Russie ce que le Kosovo était à la Serbie et le vieux Royaume de Bourges à la France : les Berruyers et Bourbonnais espèrent que les Parigots se mobiliseront si les Yankees sèment parmi eux un souk sécessionniste.

    Il y a une continuité de civilisation avec la Russie chrétienne francophone et -phile d’avant le séisme de 1917, au moment où nous sommes envahis par la barbaresque.

    Dans un autre domaine, mais pour des raisons semblables, la France, en son infinie imprévoyance, est dépendante du gaz étranger : mieux vaut qu’il soit russe plutôt qu’algérien.

    Nous ne savons pas ce qu’il y a dans la tête de Poutine.
    Mais nous savons parfaitement ce qu’il y a dans la tête des autres : notre disparition en tant que civilisation, et le massacre d’une Europe organique.

    Le choix est aisé.

Les commentaires sont fermés.