Derrière les Pigeons… une agence de com’?

D’après Vision-CFA, derrière le site et les buzzes sur les réseaux sociaux des Pigeons, on trouve une agence de communication, Yopps. Imprudente, celle-ci aurait oublié d’effacer son nom de Whois.net :

 

Ce qu’elle a finalement fait il y a quelques heures, laissant tout de même des indices :

Yopps a son siège au 147-149 rue Saint Honoré, mais lorsqu’on cherche sur Google, c’est le 149 qui apparaît immédiatement. Donc, pour brouiller les pistes, les Pigeons ont été “déménagés” et domiciliés au 147. Quant à Yaël Rozencwajg, elle est fondatrice et directrice de l’agence Yopps…

Contrairement à ce qu’affirment tous les grands médias, le mouvement des Pigeons n’aurait donc rien de spontané. Ce qui ne retire rien à l’excellent travail que représentent la création d’un tel buzz et d’aussi importantes retombées médiatiques !

Autres articles

12 Commentaires

  • hector galb. , 3 octobre 2012 @ 16 h 30 min

    Quand on dit “les entrepreneurs qui seront les pigeons de la prochaine loi de finance” , im me semble que cela signifie aussi qu’on ne parle pas des autres, ceux qui ne le seront PAS. C’est-à-dire qu’on désigne CES entrepreneurs là au milieu des autres, voyez ? (autres exemple : si vous écrivez “les racailles d’Annemasse”, vous ne dites pas que tous les habitants d’Annemasse sont des racailles mais que quelques-uns le sont ET que c’est de ceux-là que vous parlez, vous comprenez la différence ?)

    Or ces entrepreneurs-là, que désigne cet article, sont justement les “micro-entrepreneurs”, dont c’est le nom, et qui incarnent un statut et un régime fiscal assez récent etc. Aussi, vous seriez bien aimable de ne pas ressortir des noms d’entrepreneurs qui ne sont pas inclus dans cette définition car à ce compte-là vous pouvez aussi parler de Bill Gates.

    De l’art de mélanger, très pratiqué à gauche, ce qui permet de bavasser sans fin même quand on est inculte. La magie du débat offert aux incompétents. Allez parler de gagner vingt fois le smic à un patron de sa propre micro entreprise qui n’a aucun chèque vacance ou cadeau de fin d’année des fonctionnaires qui ne sont certes pas des “patrons” sur le papier mais qui s’empiffrent très bien aussi.

  • Lynemary , 4 octobre 2012 @ 5 h 59 min

    Derrière toute manif à grande ampleur, il y a forcément une agence de com’ pour ne serait-ce que les affiches, les petits drapeaux et autres accessoires et s’il y a des moyens (ce qui s’acquiert avec une cotisation minime de chaque adhérent de l’association) pour le contact avec les médias… Je ne vois pas où est le mal ou le problème ! Une agence de com’ est une entreprise comme une autre ! Je ne comprends ce faux débat…

  • Judicaël , 5 octobre 2012 @ 6 h 03 min

    @Bruno> C’est un peu réducteur de sous entendre que le pays fonctionne uniquement grâce aux patrons … Bon nombre d’entreprises continuent à fonctionner sans intervention directe de leur dirigeants (la plupart des chefs d’entreprise n’ont aucune connaissance de ce qui se passe sur le terrain). En revanche, j’ai énormément de mal à imaginer une PME fonctionner sans employés …
    Les entrepreneurs prennent des risques et peuvent en retirer d’importants bénéfices en contre-partie mais il ne faut pas oublier que ces bénéfices sont surtout le fruit du travail de tout une entreprise.
    Un peu d’humilité ne fait de mal à personne.

    En ce qui concerne le sujet initial, il y a débat parce que cette affaire est louche, voila pourquoi.

    Pour avoir consulté un résumé des principales mesures de ce projet de loi (http://www.juritravail.com/Actualite/impot-fortune/Id/18935) je n’ai rien lu qui m’ait laissé penser que ce texte risquait de pénaliser les micro-entrepreneurs / et les PME à revenus modérés…

    D’une part ces entreprises ne génèrent pas de revenus élevés (sinon il ne s’agit plus de micro-entreprises et de PME à revenus modérés). Difficile pour le patron d’avoir des revenus supérieurs à 150 000€ annuels par part fiscale dans ce conditions.
    D’autre part, la plupart des auto-entrepreneurs (en tout cas ceux de ma connaissance) créent leur affaire dans le but de s’assurer un revenu sur le long terme et revendent le plus souvent leur société au moment de partir à la retraite. Ils n’ont donc pas non plus de cheveux a se faire de ce coté là.

    Pour ce que j’en ai compris, cette loi cible donc spécifiquement :
    – les entrepreneurs qui créent des sociétés à fort potentiel de plus-value pour les revendre (avec une forte plus-value, du coup) après 2 – 3 ans d’exploitation sans pour autant réinvestir dans une nouvelle affaire.
    – les entrepreneurs qui ont des revenus supérieurs à 150 000€ par part fiscale (en plus de leur entreprise)

    De mon point de vue ces entrepreneurs n’apportent rien sur le plan économique puisque les premiers ne font ni plus, ni moins que du boursicotage (il s’agit le plus souvent de start-up web qui tournent sur 3 pattes en faisant de l’oeil aux investisseurs) et les seconds stockent déjà une bonne partie des richesses du pays et continueront à vivre confortablement même avec 45% d’imposition (60.50% en comptant la CSG/CRDS).

    Bien entendu, n’étant pas juriste, je peux me tromper.
    Aussi, si vous avez connaissance d’éléments infirmant ce que je viens d’avancer, n’hésitez pas à me contredire : j’accepte avec plaisir la critique documentée.

    En remerciant ceux qui ont pris la peine de lire cette bafouille jusqu’au bout :).

  • Le Nouveau Croisé , 5 octobre 2012 @ 11 h 47 min

    Cher Monsieur,
    Vous sentez le mélanchon à plein nez !

    Les patrons sont créateurs d’entreprises donc d’emplois!
    Quand vous les aurez tous tués que restera-t-il ?
    Un pays de sur-assistés, il y en a déjà trop actuellement !
    Vous n’êtes qu’un triste sire !!!

  • Judicaël , 7 octobre 2012 @ 16 h 41 min

    Ca m’a toujours fait sourire de lire ce type de réponses …

    Ne vous méprenez pas sur mes intentions, j’ai le plus grand respect pour l’esprit d’entreprise … en revanche, j’ai un peu du mal a comprendre ce qui peut rendre les patron aussi certains de leur irremplaçabilité.

    Comme je l’ai indiqué dans mon précédent message, l’humilité ne fait de mal a personne …

    Et c’est surtout vrai quand la personne qui parle vit grâce au travail des autres sans pour autant leur manifester la moindre reconnaissance.

    Notez, Monsieur le Croisé, qu’un patron n’est que rarement capable de subvenir aux besoins opérationnels de son entreprise et qu’il aura toujours besoin de ceux qu’il considère, à tort, comme inférieurs.
    Ce qu’il oublie trop souvent, c’est que la force d’un patron ce sont ses employés.

    Imaginez un instant que vous êtes patron d’une PME et que, du jour au lendemain, vos 60 salariés posent leur démission.
    Vous, vous avez deux mois pour réembaucher 60 personnes.
    Vos employés, eux, ont 2 mois pour trouver un nouvel employeur.

    A votre avis qui s’en sort le mieux ?

    Les patrons appartiennent, comme les hommes politique, à la catégorie des dirigeants ; des personnes qui ne peuvent exister que dans un monde ou ils sont acceptés par les masses.
    Vous devez votre survie à l’ignorance de la population qui considère, à tort, que vous avez le pouvoir.

Les commentaires sont fermés.