Paris : la proportion de “mariages” homosexuels déjà en baisse

Au total, 1 331 “mariages” homosexuels ont été célébrés à Paris en 2014, soit 13,48% des mariages (15% en 2013), selon des données municipales obtenues vendredi. Depuis la promulgation de la loi Taubira en mai 2013, 2 365 parodies gays du mariage de couples gays ou lesbiens ont été organisées à Paris, soit 14,14% des unions. La baisse se confirme puisque la mairie indique avoir atteint « un rythme de croisière » avec une centaine de parodies célébrées par mois au cours des derniers mois. La majorité des “mariages” homosexuels ont été organisés dans des arrondissements de gauche : 72,22% depuis mai 2013. C’est dans le IVe arrondissement où se trouve le Marais que la plus grande proportion de parodies homosexuelles de mariages ont été célébrées (32,2% des unions) contre 6,2% dans le XVIe.

Articles liés

17Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Centulle , 3 janvier 2015 @ 11 h 19 min

    Quand aura-t’on des pourcentages du nombre de divorces de ces ‘paires’ comparativement à ceux des ‘couples’.

  • Emmanuel , 3 janvier 2015 @ 12 h 03 min

    L’effet nouveauté et l’effet militant sont déjà terminés.
    Laissons à nos tourtereaux le temps de divorcer, bien que le temps chez eux soit statistiquement beaucoup plus court.
    Tout ça pour ça.

  • eric-p , 3 janvier 2015 @ 13 h 17 min

    La MPT, par la voix de sa représentante Ludovine de la Rochère,
    a donné récemment un chiffre pour la Belgique:

    90% des lesbiennes divorcent,

    70% des invertis mâles divorcent…

  • eric-p , 3 janvier 2015 @ 13 h 44 min

    Je trouve tout de même ces chiffres très élevés.
    On m’a dit qu’en Espagne, où le mariage gay est légal depuis 2005 si j’ai bonne mémoire,
    ce pourcentage serait retombé à ….0,1% !
    Un fiasco en somme…

    On nous explique que les homosexuels formeraient 3% de la population, que ce pourcentage serait constant quels que soient les pays (ce qui est probablement un gros mensonge) en vertu de la théorie “scientifique” qui voudrait que les individus “découvrent”
    leur “identité sexuelle” lors de l’adolescence
    (Ça sent l’escroquerie intellectuelle à plein nez !)
    et que la plupart des homosexuels seraient…. CONTRE le mariage (Normal),qu’ils refusent
    de “singer” les hétéros !
    Comment dès lors expliquer ce revirement soudain des LGBT pour le mariage gay ?
    À quand remonte les premières revendicaions pour le mariage gay quand on sait qu’ils ont toujours existé et qu’ils militent depuis fort longtemps ?
    Mystères et boules de gommes…

    On nous explique également que les homosexuels sont moins souvent “en couple”
    que les hétéros (50% Vs 70% ).

    On peut également raisonnablement supposer que le gros des “troupes” homos
    qui cherchaient à se marier depuis des années pendant ces années de “terribles repressions homophobes millénaires” l’ont fait au cours des 6 derniers mois de l’année 2013.

    J’ai donc quelques doutes sur la réalité des statistiques avancées pour l’année 2014.

    Je trouve particulièrement inquiétantes les stats révélées dans le quartier du Marais
    (Y-aurait-t-il un ghetto gay dans cet arrondissement ?)
    ainsi que les stats avancées dans le XVIème arrondissement…beaucoup trop élevées
    pour être honnêtes amha…

  • Xav , 3 janvier 2015 @ 16 h 21 min

    Regarder le ratio divorce/mariage est très fallacieux car ça revient à diviser un flux par un stock. La stat’ d’un mariage sur deux ou sur trois qui terminerait en divorce annonée sur tous les plateaux de télé est un viol des consciences… Imaginez une année où pour une certaine conjoncture il y avait deux fois plus de gens qui aient divorcé que de gens qui se soient mariés, on dira que deux mariages sur un se termine en divorce ? Et une année sans mariage mais avec un seul divorce ou plus reviendrait à une infinité de mariages finie en divorce… C’est un non-sens mathématique

  • eric-p , 3 janvier 2015 @ 17 h 03 min

    Mais non.
    L’augmentation des divorces est une réalité constatée depuis des décennies.
    Rien à voir avec un viol des consciences.
    Je pense plutôt que vous cherchez à vous réfugier dans le déni de la réalité.

    La société civile est en ÉCHEC ; c’est celà la réalité que vous vous refusez d’admettre.
    Les gens divorcent de plus en plus pour des raisons futiles, signe d’immaturité de nos concitoyens.
    Je sais bien que ce que j’écris en choquera plus d’un mais
    il faut dire la réalité plutôt que de chercher à l’escamoter
    derrière de faux arguments.

    Le taux de divorce varie en fonction des pays.
    Comme par hasard, il est beaucoup plus faible en Italie ou en Irlande qu’en France.

    Les laïcs s’évertuent à nous donner de fausses excuses
    (L’émancipation des femmes expliquerait tout selon eux).
    Malheureusement, cette excuse ne tient pas la route et l’Etat a une responsabilité indiscutable dans la dislocation des familles.

    Comment par exemple expliquer que l’Etat autorise la publicité de sites encourageant l’adultère
    quand dans le même temps l’Etat demande aux époux
    …la fidélité ?!
    OÙ EST LA COHÉRENCE ?

    Pourquoi demanderait-on aux français de faire des efforts
    dans leur couple quand le chef de l’Etat en personne n’est pas capable de donner l’exemple ?

    En ce qui me concerne, je n’ai aucune raison d’avoir la moindre indulgence vis à vis d’une société qui donne des leçons de “morale laïque” au monde entier sans pour autant avoir le moindre échantillon à nous proposer.

  • Xav , 3 janvier 2015 @ 20 h 48 min

    Diviser un nombre de divorces sur une année par un nombre de mariage sur une année n’a pas de sens. Le réservoir de marié susceptible de divorcer augmente et s’ajoute chaque année.

Les commentaires sont clôturés.