Nicolas Doze : Le Smic est trop élevé en France

Le Smic français est l’un des plus élevé au monde et de fait, il est une barrière à l’emploi pour les gens peu ou pas qualifiés et il ne réduit ni les inégalités ni la pauvreté, explique Nicolas Doze ce jeudi sur BFM Business. Dans les faits, le Smic nuit aux gens qu’il était censé protéger. Mais 76% des Français (ceux qui n’ont jamais ouvert un livre d’économie) se déclarent opposés à toute atteinte au Smic :

Autres articles

14 Commentaires

  • stephanedalverny , 3 Avr 2014 à 23:27 @ 23 h 27 min

    Nicolas Doze, vous me faites honte, je toujours suivi vos chroniques avec plaisir, à ce jour j’ai l’impression que l’on vous a offert un voyage à Maurice ou une piscine dans votre résidence secondaire…Comment pouvez vous avancer de tel arguments en employant un jargon totalement incompréhensible… D’autres bien avant vous l’avait écrit: ” il ne faut pas prendre au riche mais aux pauvres, ce n’est pas qu’ils aient beaucoup mais ils sont tellement nombreux…” Quand allez vous dire que le problème , notre problème est que nous payons des intérêts sur notre dette alors que nous ne devrions pas, la création monétaire est une fonction régalienne de l’état. Quand allez vous dire que l’immigration ainsi que l’Europe avec ses disparité sociales favorise le dumping salarial, regardez l’Allemagne, alors qu’appelle t on la compétitivité, et que veulent dire vos statistiques débiles 60% du salaire médian Français, une personne gagnant 1millions d’euros par an entre dans une statistique et s’efface par un Smicard à 1000 euros par mois … Facile il faut on va dire en arrondissant 1000 smicard pour créer un salaire médian à 2 000 euros par mois, mais es ce que le 1 va manger 1001 steack (combien de footeux et je n’y vois rien à redire gagnent plus que cela parfois, il en faut combien de pauvres juste pour les effacer ceux là, et ce n’est qu’un exemple)… la statistique ne veut rien dire dans ce sens et on sent votre malaise. Nous avions un modèle de société, basé à la foi sur la productivité personnelle et aussi sur la solidarité, depuis bien longtemps on nous montre ses salauds de pauvres, fraudant les prestations sociales et écrasant ainsi une nation entière. Démagogie, oui fraude il y a et elle doivent être punies, mais en ayant un raisonnement différent à la vue des évènements et des personnages nous gouvernant pourquoi les pauvres devraient être plus vertueux… Les ripoux sont réélus, et tout le monde s’en accommode… Touchez le salaire minimum en Lozère, et les problématiques des transports juste par exemple, vous allez les régler telle la Politique Agricole commune offrant à un céréalier 95 000 euros de revenus avec 80 % de subvention pour exporter par rapport à un berger qui n’a que 12000 euros… Que vous soyez puissant ou pas… Arrêtez d’abrutir les gens avec vos formules faciles ce sont des experts, ou je ne sais quoi, soyez de nouveau fier de votre ambition, vous êtes journaliste alors que diable faites preuve de courage…

  • Fleur , 3 Avr 2014 à 23:41 @ 23 h 41 min

    Qu’il se mette lui-même au Smic, ce journaleux sur-payé s’il est sincère.
    Il verra ainsi si les smicards ont réellement trop pour vivre et sont sur-payés (par rapport à tous ses potes journaleux et politiciens qui ne produisent que du vent (et des vents malodorants) !

  • Alainpsy , 3 Avr 2014 à 23:46 @ 23 h 46 min

    Essaie de vivre avec ! tu verras comme c’est bon de redouter chaque mois les 10 derniers jours et de trouver sans cesse de nouvelles excuses devant les enfants. Au lieu de te masturber le cerveau sur la misère des autres, invite la pudeur à chacune de tes saillies .

  • synok , 4 Avr 2014 à 5:39 @ 5 h 39 min

    Ce n’est pas le smig qui est trop élevé ce sont les charges afférantes … Qu’elles restent les mêmes et qu’elles soient divisées en 2 :
    50% iraient aux caisses de soin soigneusement privatisées avec fonds de soutien exceptionnel
    Et les 50 autres % retour dans la poche du salarié via un fonds retraite et investissement consenti … Pas d’impôt ni taxe ni énième cotisation …impôts eux-mêmes revus à la grande baisse avec changement de boulot pour ceux qui en vivent totalement … Qu’ils s’occupent vraiment des autres dans notre pays solidaire de ceux qui ont tout et qui se le garde en remuant des paplards au lieu de développer son corps et son âme dans la nature …on manque de vaches parait-il … De même il faudrait pouvoir vivre dans la rue tout en travaillant chez soi et/ou au bureau pour pouvoir se payer l’ISF …car ce qui ne génère pas de revenus coûte .. Et ce qui coûte trop est voué à une fatale disparition …

  • Elégant , 4 Avr 2014 à 7:51 @ 7 h 51 min

    Une fois de plus, ce monsieur fait preuve d’une “Doze” incommensurable de bêtise et d’impéritie.
    Comment peut on, encore, diffuser les divagations de ce, soi-disant, analyste économique ?
    Ou, plutôt, comment peut-on, encore, écouter un saltimbanque aussi nul en analyse économique.
    Dont le seul fait d’armes, il faut le rappeler, est d’avoir vécu un débat Moscovici/Doze percutant.

    Hervé Juvin, économiste de grande qualité, mérite, beaucoup plus, l’écoute.
    Et, il y en a d’autres.
    Malheureusement, pas assez!

  • La Mésange , 4 Avr 2014 à 9:08 @ 9 h 08 min

    Le fond de tout cela c’est la négation du péché originel, ou comme disent les athées ou les païens parce qu’ils n’ont pas la culture suffisante : “la croyance en un monde de bisounours”.

    Si tout le monde était honnête et pratiquait la règle du juste prix, il ne servirait en effet à rien de définir un SMIC.

    Malheureusement, nous ne sommes plus sous St Louis mais dans une “société” totalement AMORALE : ce n’est pas un saint qui gouverne la France, mais une bande de loups rapaces qui n’ont jamais travaillé de leur vie et qu’on appelle “actionnaires”, qui pratiquent l’usure et l’esclavage.

    Si le Smic était aboli, la première chose que ces gens feraient serait de payer tellement peu leurs salariés-esclaves que plus personne ne pourrait vivre avec ça. Les entreprises adverses, voyant que les vautours d’à côté ont divisé les salaires par 4 ou 5, s’empresseraient de faire de même. Bientôt, toute la population active de France sombrerait dans la misère, tout en travaillant à plein temps.

    On voit déjà la chose actuellement avec le nivellement de nombre de salaires sur le SMIC : un professeur du hors contrat par exemple (je parle de ce que je connais) est payé au SMIC, même après 20 ans de carrière….imaginez ce que ce serait avec la suppression du smic !

    Allez Doze, mon gars, je vais te parler un langage que tu peux comprendre : la France n’est pas le pays des bisounours, redescends dans le pays réel, la triste et sinistre France du 21ème siècle !

  • dj , 4 Avr 2014 à 9:15 @ 9 h 15 min

    Avant de critiquer Nicolas Doze, écoutez attentivement ce qu’il dit…..
    Vous n’écoutez pas.

Les commentaires sont fermés.