Cristiada: le film à succès américain que vous ne verrez pas

Cristiada: le film à succès américain que vous ne verrez pas

Vous ne verrez pas en France le film américano-mexicain Cristiada sorti en 2012. C’est pourtant une production à succès aux États-Unis, au Mexique et dans les pays où la censure socialiste franc-maçonne ne s’exerce pas ou s’exerce avec moins de rigueur qu’en France. Son metteur en scène Dean Wright et des acteurs renommés, comme Andy Garcia qui joue le rôle principal, ainsi que la manière « américaine » dont il a été tourné, avec des simplifications, des libertés prises pour les besoins du film par rapport à la véritable histoire des Cristeros et des scènes de bataille très bien faites, en font un succès commercial garanti pour les salles de cinéma. Le problème, c’est que le film Cristiada raconte l’histoire vraie du Mexique des années 1920 dirigé après la révolution mexicaine par un président  et un gouvernement socialistes et franc-maçons, élus démocratiquement mais dont le laïcisme forcené a plongé le pays dans la guerre civile et a fait du Mexique un pays où les libertés religieuses étaient jusqu’à récemment encore très restreintes.

La révolte de ces Cristeros mexicains dont le cri de guerre était Viva Cristo Rey ! (« Vive Christ Roi ! ») a duré de 1926 à 1929. La constitution mexicaine issue de la révolution de 1910-17 interdisait à l’Église catholique de gérer des écoles primaires et de dispenser des cours de catéchisme. Elle délégalisait tous les ordres religieux et interdisait toute cérémonie en dehors des édifices religieux. Elle a également imposé la nationalisation de tous les biens de l’Église. En 1934, elle a encore été amendée pour imposer dans les écoles une éducation socialiste libre de toute référence à la religion. Dans les années 1920, le pays était dirigé par le président Plutarco Elías Calles, fondateur du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) qui a régné sur le pays sans interruption de 1929 à 2000. Le président Calles, socialiste et franc-maçon, était connu pour son athéisme et son anticatholicisme virulents. Après avoir remporté les élections de 1924, il a mis à exécution de manière très stricte la constitution de 1917 et notamment son point qui prévoyait la suppression de la personnalité morale de l’Église catholique mexicaine, l’interdiction aux prêtres et religieux de voter et d’exprimer des opinions critiques contre les décisions du gouvernement et des tribunaux, la réduction du nombre de prêtres par décision administrative des gouverneurs des États de la fédération mexicaine, l’expulsion de tous les prêtres étrangers et la fermeture des dernières écoles catholiques.

Après une période d’opposition démocratique et pacifique, avec notamment une pétition en faveur d’une réforme de la constitution qui a réuni deux millions de signature mais qui a été traitée par le mépris, puis le refus par les catholiques de payer leurs impôts et le boycott des produits et services gérés par l’État, et devant la violence croissante des répressions, les catholiques mexicains ont fini par prendre les armes. La révolte s’est rapidement étendue à l’ensemble du pays et le gouvernement mexicain a réagi par l’assassinat de nombreux prêtres et par des exécutions publiques d’opposants. Si un accord a été trouvé en 1929, les restrictions contre l’exercice de la religion sont restées telles que les catholiques ont à nouveau pris les armes dans les années 30 pour défendre leurs libertés fondamentales. Ces restrictions sont en grande partie restées en vigueur jusqu’à la fin du XXe siècle et aujourd’hui, alors que les libertés religieuses sont de plus en plus attaquées en Europe, il n’est pas étonnant que, comme au Mexique où le sujet de la révolte des Cristeros était passé sous silence, ce film fasse l’objet d’une censure qui ne dit pas son nom.

Alors que le gouvernement français, dans lequel les loges franc-maçonnes exercent un pouvoir parallèle qui échappe au peuple, affiche son mépris pour les valeurs traditionnelles et pour les catholiques et que le ministre de l’Éducation ne cache pas son projet de transformer la République en instrumentalisant l’école au profit d’une idéologie, alors que la Grande-Bretagne a de fait interdit à l’Église catholique de gérer des centres d’adoption et pourrait bientôt engager des répressions contre les institutions religieuses qui refuseront de célébrer les « mariages » homosexuels, alors que l’Allemagne met en prison des parents qui refusent que leurs enfants assistent à des cours d’éducation sexuelle teintés d’idéologie du genre, l’histoire de la révolte des Cristeros au Mexique nous rappelle qu’il existe aussi un intégrisme laïque, un socialisme théoriquement démocratique qui s’inspire à la fois de la Révolution française et du socialisme bolchevique et qui n’a pas renoncé à transformer la société en faisant violence à la nature humaine, une idéologie somme toute réactionnaire puisqu’elle nous est resservie de manière récurrente à différentes sauces depuis la fin du XVIIIe siècle.

La censure qui entoure ce film comme celle qui entoure d’autres films et toutes sortes d’informations boycottées par l’ensemble des médias mainstream français pose aussi la question du degré réel de démocratie en France et du caractère centralisé ou spontané du grand lavage de cerveaux national et européen. Peut-être serait-il aussi temps de s’interroger, un siècle après la séparation de l’Église et de l’État, sur la séparation de la franc-maçonnerie et de l’État. Comment se fait-il en effet que des ministres et des hauts-fonctionnaires puissent être plus ou moins secrètement membres d’organisations parallèles qui ressemblent fort à des sectes ? Qui est aujourd’hui capable de nous dire quelle est l’influence réelle des loges franc-maçonnes sur le pouvoir politique, judiciaire, médiatique et économique ? Dans le Mexique des années 1920, leur rôle liberticide et antidémocratique est aujourd’hui avéré même si le film Cristiada n’y fait pas allusion. Qu’en est-il de la France des années 2010 ?

Lire aussi :

–       Communisme et nazisme : les deux branches radicales du socialisme

–       Le nouveau pouvoir des francs-maçons

Autres articles

187 Commentaires

  • hermeneias , 3 Mai 2013 à 9:46 @ 9 h 46 min

    J’aimerais savoir comment se procurer ce film en V.O. donc

  • K. , 3 Mai 2013 à 9:47 @ 9 h 47 min

    Qui cherche un peu le trouvera certainement sur internet.

  • Charles Ingalls , 3 Mai 2013 à 10:00 @ 10 h 00 min

    j’ai envoyé un message à l’attaché de presse! ils m’ont répondu qu’ils cherchent un moyen pour le proposer en France (mais ici pas de Canal+ ni de FranceTelevision etc) Etonnant quand on voit que l’on peut se procurer la musique du film à la Fnac ou sur iTunes mais pas le film…

  • Charles , 3 Mai 2013 à 10:08 @ 10 h 08 min

    Ce qui est fascinant en Fronce ,c’est que vous ne trouverez
    parmi les films “politiques” supposés dénoncer les perversions
    de politiciens marrons,aucun film qui mette en scène le pouvoir occulte de fronce.

    Que ce soit dans les séries TV sur le pouvoir ou les films “politiques”
    le sujet FM est simplement inexistant.

    De meme ,vous ne verrez jamais et vous n’avez jamais pu voir
    une émission TV sur la présence & l’influence maçonnique en Fronce.

    Tous les 3 mois,vous avez des couvertures Le Point et l’Express (souvent la meme semaine)
    sur l’influence maçonnike en Fronce mais avec des contenus truffés de manipulations.
    Technique astucieuses d’évitement en déformant le sujet supposé traité.

    Meme les journalistes ayant sorti un livre ou deux livres d’enquete pertinente,
    ont finis par etre “retournés” par les freres et soeurs.

    La justification des FM ??
    Réponse
    “oui nous savons que nous avons des dérives en notre sein ,
    mais cela est inévitable dans toute société de pensée humaine”

    Autre fait:
    Toutes les affaires judiciaires de scandales politico financiers
    depuis 1970 impliquent des freres.
    reponse;

    Leurs derniers livres étant ensuite des livres de justification contredisant le 1er livre.

  • Charles , 3 Mai 2013 à 10:19 @ 10 h 19 min

    Réponse sidérante sur l’omniprésence des frères
    dans les mises en examen et condamnations:;

    “Oui,c’est normal,puisque nous sommes partout”

  • e , 3 Mai 2013 à 10:21 @ 10 h 21 min

    le site hispanique – defiendetufe (défends ta foi) – onglet “tienda” le proposait en dvd en anglais avec aussi la version audio espagnol, il n’y a pas longtemps.
    Sinon le producteur est au courant des difficultés de diffusions pour la France et depuis longtemps, il va trouver une solution pour la version dvd, un peu de patience donc pour une vo en français.
    Il faut mieux attendre et payer car cela permettra au producteur mexicain de produire de nouveaux films pas trop politiquement corrects et rester indépendants.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen