“Des gens qui ne sont rien” ? “L’humanité ne se voit pas dans le portefeuille” regrette Emmanuelle Ménard

“Des gens qui ne sont rien” ? “L’humanité ne se voit pas dans le portefeuille” regrette Emmanuelle Ménard

Lors de l’inauguration de l’incubateur Station F, jeudi dernier à Paris, Emmanuel Macron a opposé dans son discours “les gens qui réussissent” et “les gens qui ne sont rien”. Une phrase qui a choqué Emmanuelle Ménard, députée Front national de la 6ème circonscription de l’Hérault. Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce lundi, elle a assuré que “l’humanité se voit dans les yeux, dans le regard et pas dans le portefeuille”. “Je ne voudrais pas que la France devienne un pays où on donne tout aux puissants et qu’on laisse de côté les plus faibles”, a-t-elle poursuivi :

Articles liés

3Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • sergio , 3 juillet 2017 @ 11 h 17 min

    Le mépris incommensurable de la caste !….
    Après Normal 1er et les “sans-dents” , Jupiter et les “ceux-qui-ne-sont-rien”
    Ces saloperies sont à gerber !…..

  • eric-p , 3 juillet 2017 @ 13 h 09 min

    Emmanuelle Ménard a surtout oublié de rappeller que l’oligarchie a permis l’élection d’un PSYCHOPATHE (Je renvoie les lecteurs à l’analyse d’un psychiatre Italien, Pr Adriano Segatori, qui a les couilles que les psychiatres français n’ont pas).
    Les propos tenus par ce psychiatre recoupent comme par hasard ceux que Macron
    a pu tenir durant la campagne présidentielle ou même depuis son élection.
    Pensez printemps les amis !

  • Droal , 4 juillet 2017 @ 8 h 03 min

    La classe politique de ce pays qui est au pouvoir depuis 50 ans n’a jamais caché son drapeau et tout le monde sait que EM n’a qu’une seule légitimité, la “légitimité” de l’argent.

    Nicolas Sarkozy qui était du même métal l’avait dit à sa façon en s’écriant “Casses-toi, pauvre con!”. “Con” parce que “pauvre”.

    Il y a toujours eu un abîme infranchissable entre le “riche et le pauvre Lazare”.

    De l’ancien, de l’ancien, toujours de l’ancien.

Les commentaires sont clôturés.