Agressée, elle n’a pas les moyens de payer ses soins dentaires. Son problème : elle est Française

L’histoire est racontée par Ouest-France :

Le 6 avril dernier, Noëlie à vécu un calvaire. Il est 6h30, ce dimanche matin. Cette Quiberonnaise de 25 ans sort d’une discothèque à Rennes où elle a passé la soirée avec sa soeur et une amie.

« Il n’y avait plus de taxi, alors on a décidé de rentrer à pied. On a croisé un homme qui a commencé à nous coller. Il était de plus en plus insistant, ne voulait plus nous lâcher. J’ai eu peur pour ma petite soeur de 19 ans. Alors j’ai fini par lui demander de dégager. C’est là qu’il m’a donné un coup de pied au visage », relate Noëlie d’une voix étreinte par l’émotion.

Dix dents cassées

Après, elle ne se souvient plus de rien. Sa soeur et son amie lui ont raconté plus tard qu’elle a été projetée sur le trottoir. Un témoin passe en voiture. Il alerte les pompiers. Noëlie est transportée à l’hôpital. Elle y reste une semaine.

On lui opère le maxillaire, qui a été brisé au milieu. Sa mâchoire est déplacée. Et une dizaine de dents ont été cassées dans la violence du coup. « Le type mesurait un bon mètre quatre-vingt-dix. Avec mes 1,51 m, je ne pesais pas bien lourd en face. »

Arrêt des soins

Sortie de l’hôpital, elle porte plainte à l’hôtel de police. L’agresseur n’a pas été retrouvé et l’enquête est toujours en cours. Depuis, Noëlie galère. Pour se faire soigner les dents, elle doit débourser plus de 6 000 €. Si sa mutuelle prend en charge 1 100 € et la sécurité sociale 2 000 €, il lui reste environ 3 000 € à sa charge.

Saisonnière dans une conserverie de Quiberon, Noëlie ne dispose pas d’une telle somme. Elle avait commencé des soins qu’elle a dû arrêter. Elle a contacté les services sociaux qui lui ont conseillé de s’adresser à l’association d’aide aux victimes d’infractions (Adavi). « Mais pour bénéficier d’une aide du fonds de garantie des victimes, lui a-t-on dit, il faut au moins trente jours d’interruption de travail ou bien un handicap à vie. »

Malheureusement pour elle, Noëlie n’est pas un de ces clandestins bénéficiant de l’AME.

Autres articles

44 Commentaires

  • fleurdenavet , 3 Oct 2014 à 17:33 @ 17 h 33 min

    et oui lorsque nous sommes Français nous pouvons crever, c’est très clair !

  • henri , 3 Oct 2014 à 17:53 @ 17 h 53 min

    Hélas bien vrai …
    Il vaut mieux ne pas être français en FRANCE !!!
    (à quand la chasse aux melons ???)

  • Lazare Cornélius , 3 Oct 2014 à 18:15 @ 18 h 15 min

    Encore des réformes à voir et à revoir. Nous élisons des dirigeants, on se demande pour quoi, hormis toucher leur chèque de fin de mois et de lever de nouveaux impôts afin de favoriser les étrangers de tous bords. La prochaine fois que vous voterez, pensez-y. Cela fait 40 ans que nous votons pour les mêmes, de gauche comme de droite, ils sont les seuls fautifs des lois que nous subissons. Nous n’avons qu’une seule vie et elle est courte. Alors, vivons là pour notre bien-être et non en esclavage pour une poignée de profiteurs. Ressortons la guillotine et le moment venu, nous nous souviendrons de ceux par qui notre misère arrive.

  • marie france , 3 Oct 2014 à 18:59 @ 18 h 59 min

    malheureusement lesFrançais votent depuis 40 ans un coup pour les ump (rpr) et ensuite pour les socialos et cocos !!à croire que çà les amuse !!c’est bien triste de se fermer les yeux !!

  • Luc+ , 3 Oct 2014 à 19:07 @ 19 h 07 min

    Qu’elle envoie la note à F. Hollande…

  • zézé , 3 Oct 2014 à 19:12 @ 19 h 12 min

    Une honte ! je ne peux malheureusement pas aider Noélie, mais par contre je la soutiens de tout mon coeur !!!! avec ce blog peut-être arrivera-t-elle à aller plus loin ? Courage et bonne chance ! hélas en France les français ne compte plus… j’ai ma fille qui vit une histoire où elle se débat aussi … Je compatis ! Je prie pour vous aussi….

  • poipichette , 3 Oct 2014 à 22:18 @ 22 h 18 min

    Mais pour qui peut-on voter en attendant?

Les commentaires sont fermés.