Extrême-gauche : “Si on est totalement pacifistes, les gens ne parleront pas de nous !”

Deux manifestations parisiennes ont eu lieu ce dimanche en hommage à Rémi Fraisse: l’une pacifique a réuni 700 personnes sur le Champs de Mars, tandis que 300 autres se sont rassemblés illégalement place Stalingrad. Ces derniers étaient venus dénoncer les violences policières et 76 d’entre eux ont été interpellés par les forces de l’ordre, venues en nombre encadrer cette manifestation sauvage. 19 des manifestants interpellés ont été placés en garde à vue, trois pour port d’arme prohibé, quatorze pour participation à un attroupement en vue de commettre des violences et deux pour refus de se soumettre à un contrôle d’identité. Ces débordements ne sont pas forcément condamnés par les participants aux manifestations en mémoire de Remi Fraisse, certains les soutiennent même ouvertement :

Autres articles

2 Commentaires

  • Goupille , 3 Nov 2014 à 11:21 @ 11 h 21 min

    Souvenirs, souvenirs…

    Juillet 1977, Creys-Malville, un mort par blast de grenade offensive, Vital Michalon, la trentaine, prof de physique.
    La même situation : un projet délirant, qui a vaguement cahoté pendant une dizaine d’années et dont le démantèlement n’est toujours pas achevé.
    La même cohabitation : des écolos pacifistes avec enfants qui faisaient un sit-in à côté de casseurs, allemands issus des luttes contre Brokdorf, ultra-violents.
    La même violence étatique : le Préfet de l’Isère, Jannin, mieux connu sous le nom de Jannin Walker et qu’il fallait impérativement rencontrer avant 11 heures du matin, donnant ordre d’utiliser des grenades offensives…
    Les mêmes questionnements, avant et après, concernant l’usage de la violence.
    La même récupération politique et médiatique confinant à l’obscène.

    Il est un mort dont on ne parle guère : le dixième soldat français mort au Soudan parce que la raison d’Etat, encore elle, a décidé d’éliminer Khadafi…
    Ni des petits ruisseaux financiers qui ont transformé un projet de retenue d’eaux pluviales en barrage de dix mètres de haut en pleine zone sensible…

    L’habituel jeu de dupes.
    La nature trinque.

  • Boutté , 4 Nov 2014 à 8:22 @ 8 h 22 min

    Même complicité obscène, en effet, entre les “écolos pacifistes” et leurs invités casseurs qui travaillent sous les applaudissements des premiers .
    Préserver une zone humide contre son humidification utile aux agriculteurs , voilà un combat digne d’intérêt qui ressemble à l’abandon du projet de canal fluvial Rhin-Rhône qui aurait permis de limiter les transports pondéreux entre l’ Europe du Nord et celle du Sud . Dans la perspective écologiste d’un accroissement des températures moyennes , les retenues d’eau sont la réponse qui permettra de conserver une agriculture . Un peu de cohérence , que diable !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen