Vidéo/ L’EI utilise un otage pour sa propagande!

Vidéo/ L’EI utilise un otage pour sa propagande!

https://www.youtube.com/watch?v=RN3ktXbLzlY

Mis en scène à la manière d’un reportage, John Cantlie raconte dans une vidéo de 8 minutes l’apparente normalité de la vie quotidienne à Mossoul, en Irak, ville contrôlée depuis plusieurs mois par l’organisation terroriste.

La réalisation est glaçante et la situation effrayante. John Cantlie, photojournaliste captif de l’organisation État islamique (EI) depuis son enlèvement en Syrie en novembre 2012, avance tout sourire devant la caméra de ses geôliers pour vanter la douceur de vivre à Mossoul. La deuxième ville d’Irak, peuplée de deux millions d’habitants, est tombée aux mains des djihadistes de Daech en juin 2014. L’objectif de cette vidéo diffusée sur internet: propager une autre image de l’organisation auprès des musulmans occidentaux.

John Cantlie, filmé au volant d’une voiture, déroule son discours, dont on ne peut oublier qu’il est récité sous la contrainte: «Les médias dépeignent la vie dans l’État islamique par le biais d’images de gens déprimés, entravés dans leur liberté, enchaînés, accablés par des lois totalitaires. Mais franchement, à part un mois de décembre un peu frais, bien qu’ensoleillé, on peut dire que la vie à Mossoul suit son cours.»

À la manière d’un reportage sur une ville touristique, le journaliste se promène ensuite dans les allées du souk. «La visite d’une ville musulmane serait incomplète sans la visite du souk, ce grand marché où vous pouvez tout acheter», raconte-t-il avant de déambuler dans les travées chargées de denrées et de marchandises en tous genres. Le ton est appuyé, le sourire crispé. Le regard des passants en dit long sur l’incongruité de la scène. Dans cette vie «normale», pas une seule femme n’apparaît tout au long des huit minutes de la vidéo.

Cantlie se rend ensuite dans un hôpital, pour y montrer un service pédiatrique, puis est mis en scène sur une moto de police, qu’il conduit de manière hésitante, un djihadiste armé de sa kalachnikov en passager.

Au cours de la vidéo, Cantlie charge les médias occidentaux et arabes, qu’il accuse de dénaturer l’information. La chaîne saoudienne al-Arabiya, l’américaine CNN, le quotidien anglais The Guardian ou encore l’encyclopédie en ligne Wikipedia, sont nommées précisément.
Ce n’est pas la première fois que Daech recourt à John Cantlie pour sa propagande. Le Guardian estime que c’est la huitième fois. On se souvient ainsi du journaliste, en septembre, vêtu de la même combinaison orange que ses confrères décapités, et qui était déjà employé pour affirmer rétablir la vérité. Ou encore dans une autre simulation de reportage, dans les rues de Kobané. L’EI, conscient de l’impact dévastateur des images d’exécution d’otages, semble vouloir infléchir sa représentation auprès de son public occidental par la diffusion de ces vidéos.

Source

Articles liés