La Commission européenne attaque la Pologne pour les changements opérés dans ses médias publics, et affiche son ignorance de la situation.

L’Allemand Günther Oettinger, commissaire européen à l’Économie et à la Société numériques, s’est déclaré dimanche dans les colonnes du Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung pour la mise sous surveillance de la Pologne par la Commission européenne pour sa loi sur les médias publics votée le 31 décembre. Cette loi doit permettre au gouvernement conservateur issu des élections du 25 octobre de changer les dirigeants de la radio et la télévision publiques qui avaient été nommés par la majorité précédente, sans attendre la grande réforme prévue pour le printemps qui visera à recentrer les médias publics sur leur mission de service public. Arrivée au pouvoir en 2007, cette majorité précédente avait, sous la direction de l’actuel président du Conseil européen Donald Tusk, qui était premier ministre de la Pologne de 2007 à 2014 et chef du parti Plateforme civique (PO), procédé à une véritable épuration politique dans les médias publics en mettant à la porte quasiment tous les journalistes qui n’étaient pas suffisamment critiques vis-à-vis du parti d’opposition Droit et Justice (PiS) ou qui étaient trop critiques vis-à-vis du gouvernement. Ceci n’avait pas ému le moins du monde la Commission européenne.

Aujourd’hui la situation est différente car ce sont les “gentils” qui sont mis à la porte par les “méchants”. En affirmant sa volonté de mettre la Pologne sous surveillance, le commissaire européen Oettinger a en même temps affiché son ignorance de la situation en citant comme exemple le renvoi du journaliste Tomasz Lis, “directeur des programmes” de la télévision publique. En fait, contrairement à ce que croit cet Allemand, Tomasz Lis n’est pas et n’a jamais été directeur des programmes à la télévision polonaise. Il était simplement grassement payé pour animer des émissions politiques violemment anti-PiS et pro-PO.

Autres articles

8 Commentaires

  • sergio , 4 janvier 2016 @ 22 h 34 min

    Comme le suggère très judicieusement le dessin représentant le drapeau européen , l’ UE est à l’ évidence la digne héritière de la défunte URSS !….
    A quand l’ euro-goulag ?…..

  • jejomau , 4 janvier 2016 @ 23 h 02 min

    je dis tout le bien que je pense de cette commission de peigne-culs :

    http://ec.europa.eu/contact/index_fr.htm

  • Pacific , 5 janvier 2016 @ 6 h 56 min

    Non mais, de quoi se mêle cette UE ? Elle devrait être remise à se place par le gouvernement polonais.
    En France, non plus, l’expression démocratique ne fonctionne pas. Et pourquoi les Polonais ne demanderaient pas une réunion de la Commission européenne après les critiques exposées par le Défenseur des droits Jacques Toubon quant au zèle policier pour réprimer la Manif pour tous ?

  • Mitro , 5 janvier 2016 @ 7 h 03 min

    Bonjour,je croyais que c’était la règle ! Il suffit de regarder ce qui se passe en France !!En plus des idées politiques,il faut être jeune,pas trop blanc ni trop mâle,et plaire à la
    nomenklatura !

  • appeals , 5 janvier 2016 @ 9 h 01 min

    l’euro goulag existe déjà en France !

    Le promoteur ? Taubira

  • Vlad Tepes 1 , 5 janvier 2016 @ 10 h 58 min

    Nous sommes en euro-dictature et tous les jours qui passent , nous en avons la preuve .

    Ne nous laissons pas faire , en février il y a des manifestations prévues un peu partout en Europe , allez-y nombreux , nous pouvons encore sauver l’Europe mais il ne faut plus attentre sinon il sera trop tard pou de pour nous , pour nos enfants et les générations à venir .

    Les américains veulent nous mettre à leur botte de gré ou de force ? ! No way man, America fuck off .

  • Clovis , 5 janvier 2016 @ 14 h 11 min

    La commission: des gens non élus. Le parlement polonais: des gens élus. La commission s’arroge des droits qu’elle n’a pas. Elle ferait mieux de regarder en son sein si elle veut faire la police.

Les commentaires sont fermés.