VIDÉO | L’économie européenne est loυrdement plombée par l’écologismе

La croissance américaine s’accélère grâce au gaz de schiste et l’écart avec l’Europe va devenir spectaculaire du fait du différentiel du coût de l’énergie, juge Marc Fiorentino sur BFM Business. Le bonus du gaz de schiste est une tendance appelée à durer des décennies, n’en déplaise à Philippe Martin ou Cécile Duflot.

Autres articles

15 Commentaires

  • V_Parlier , 5 Fév 2014 à 9:21 @ 9 h 21 min

    D’autant plus que si la France avait une banque centrale si “généreuse” en billets (de valeur discutable), on dirait aussi: “Ouaoh, il y a de la croissance, quel super programme que celui du PS!”

  • Enoch , 5 Fév 2014 à 9:44 @ 9 h 44 min

    Les gaz de schistes sont pour nos besoins en énergie une broutille. C’est comme si un alcoolique avait fait tombé une bouteille de vin sur sa moquette et qu’il tente d’en boire le contenu renversé avec une paille.
    Les forages de gaz de schiste sont très couteux car a la différence du gaz conventionnel, il faut beaucoup foré pour que la fracturation soit efficace. Mais le pire c’est que le puits s’épuise très vite, en 5 ou 6 ans, il coutera plus d’énergie pour la fracturation que de gaz récolté.
    Il faut donc refaire des forages, très rapidement plus loin, pour tenter de récolter le peu de gaz nécessaire.

    A l’échelle des consommations et des besoins énergétiques c’est ridicule. Par contre en terme d’investissement c’est très conséquent. Toute les compagnies qui vendent du matériel se frotte les mains, les gaz de schistes étant plus rentables pour eux car plus couteux.
    Le consommateur lui verra peut-être sa facture de gaz baissé, ce qui rend le retour sur investissement encore plus faible, mais seulement pour quelques années et encore il faudra couvrir les couts de fracturation.

    Les emplois créés ne combleront jamais la facture de destruction environnementale. Car je suis désolée mais avoir du méthane dans les nappes phréatiques c’est beaucoup plus grave que de payer 20 euros en moins sur sa facture de gaz.

    Le gaz de schiste c’est la tarte à la crème des économistes ! Il prouve encore une fois que l’économie n’est pas une science mais un art divinatoire, du charlatanisme.
    Et que lorsque notre société arrêtera de se faire dicter par ces apprentis sorciers, elle aura peut-être une chance de survivre. En attendant 40 ans de prise de pouvoir par l’économie et on est au bord du gouffre !!!

  • Olivier , 5 Fév 2014 à 10:55 @ 10 h 55 min

    Voir ceux qui nous ont endettés pour des générations, qui déstructurent la société, qui jettent l’argent dans les éoliennes etc. se préoccuper de l’avenir du sous-sol, ça me laisse perplexe. Il n’y a certainement pas de solution unique : il faudra à la fois utiliser du pétrole arabe, russe, de mer du Nord, du nucléaire, du gaz de schiste, économiser l’énergie, renforcer la monnaie – cf. le lien entre la dépréciation monétaire & l’augmentation du coût de l’énergie…

  • V_Parlier , 5 Fév 2014 à 11:18 @ 11 h 18 min

    Un détail important retient mon attention dans ce que vous écrivez: Il faudra diversivier nos approvisionnements de pétrole, chose qu’on ne fait absolument pas pour des raisons de soumission aux intérêts géopolitiques des US / puissances du Golfe. Après çà, le gaz de schiste, plus personne n’y pensera.

    Le problème qui restera sera qu’un jour il faudra freiner les consommations plutôt que de toujours penser à augmenter la production de combustible. C’est non idéologique et simplement mathématique.

  • Smarties , 5 Fév 2014 à 11:39 @ 11 h 39 min

    La censure pour tous.

  • Gisèle , 5 Fév 2014 à 14:15 @ 14 h 15 min

    Et le potentiel offert par les façades maritimes ?
    Que cache le plan * protection – destruction * des côtes ?

  • Charles , 6 Fév 2014 à 13:47 @ 13 h 47 min

    Le système de notation ne fonctionne pas;
    Si on donne une note,le compteur mouline mais rien n’apparaît.

Les commentaires sont fermés.