François Fillon : “Je ne suis pas le candidat de la revanche, je ne suis pas le candidat du consensus, je viens sérieusement casser la baraque pour la reconstruire autrement !”

Largué dans les sondages pour la primaire de l’automne, l’ancien Premier ministre y croit pourtant et mène sa campagne vaille que vaille. Le député Les Républicains de Paris prône des réformes radicales et a affirmé, devant environ un millier de ses relais locaux réunis samedi à Paris, vouloir “casser la baraque pour la reconstruire autrement”, cherchant à se distinguer de ses concurrents Nicolas Sarkozy et Alain Juppé :

Articles liés

22Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Pupuce , 4 avril 2016 @ 8 h 49 min

    Seul candidat des républicains qui veut vraiment faire quelque chose.

  • HuGo , 4 avril 2016 @ 8 h 55 min

    on voudrait biuen y croire, ma

  • Charles , 4 avril 2016 @ 9 h 15 min

    F* Drahi(Express & Libé) plus F* Balkany plus F* Platini & F* Cahuzac,
    pris la main dans le sac panaméen de l’évasion fiscale.

    http://www.europe1.fr/international/drahi-platini-balkany-ces-francais-dans-la-tempete-panama-papers-2710279

  • Marino , 4 avril 2016 @ 9 h 15 min

    Une baraque est une construction légère, en planches à l’origine (mot d’origine catalane )

  • Babouchka , 4 avril 2016 @ 9 h 25 min

    Que n’a-t-il pas cassé la baraque quand il était en place au gouvernement?
    Pendant cinq ans il a joué les toutous à Matignon….toujours derrière.
    Mais peut être n’a-t-il pas donné tout son jus?

  • Richard , 4 avril 2016 @ 10 h 40 min

    On l’a vu à l’oeuvre lorsqu’il était Premier Ministre. Je passe.

  • DN , 4 avril 2016 @ 12 h 49 min

    Ecrasé entre le marteau du lobby financier anglo saxon et l’enclume du lobby immigrationniste il ne pourra RIEN faire…Sans compter l’extrême gauche qui ne représente plus rien mais tient toutes les manettes économiques (+énergie, transports…etc).
    Lui comme les autres d’ailleurs, car il n’est pas le pire de la bande. Mais il ira docilement prendre ses consignes à la banque mondiale et à la GLDF. Comme tous les autres.

    RIEN ne se fera sans instaurer provisoirement l’état de siège, c’est à dire sonner la fin de la récré. Avec une libanisation de notre pays, c’est à dire un retour en arrière de 600 ans. Sans Jehanne.

Les commentaires sont clôturés.