Winsconsin : -4,4% d’avortements en 2012

L’État du Winsconsin a vu son nombre total d’avortements diminuer de 4,4% en 2012 (-322) par rapport à l’année précédente (-4,7% pour les seules femmes du Wisconsin), d’après son Department of Health Services (ministère de la Santé).

« La laiterie des États-Unis » a vu le nombre d’actes pratiqués annuellement divisés par plus de trois en trente ans tandis que sa population augmentait d’un million d’habitants.

La législation n’y est sans doute pas pour rien : le consentement des parents est obligatoire pour les mineurs, l’usage de la télémédecine interdit, le financement public de l’acte n’est permis qu’en cas de danger pour la vie de la mère, viol, inceste ou risques importants pour sa santé, la femme qui souhaite éliminer son enfant doit rencontrer un conseiller qui lui proposera des solutions alternatives et elle aura ensuite 24h pour réfléchir…

Des mesures plus restrictives votées par le Parlement local et promulguées par le Gouverneur républicain Scott Walker ne sont toujours pas entrées en vigueur, gouvernement des juges oblige.

Autres articles

4 Commentaires

  • Charles , 4 Sep 2013 à 14:47 @ 14 h 47 min

    Là Eric Martin ,cela devient de la provocation.

    Vous n’êtes pas gentil pour toutes les féministes de fronce.

    Vous allez vous faire taper sur les doigts,
    y compris par la conférence des zevêques de fronce de V2
    comme par le zournal gouvernemental pro-abortif mou La Croix.

    Les pro abortifs mous sont des pro abortifs discrets et modérés.
    Ils évitent à tout prix les sujets qui fâchent.

    Régulièrement,ils se jettent par terre pour “dénoncer” l’atteinte à la vie de l’enfant
    en exigeant de la manière la plus ferme de ferme que la loi Veil
    soit purement et simplement supprimée.

    Cela fait 40 ans qu’ils luttent,avec une bonne conscience effarante.

    Quand j’ai eu l’occasion de leur poser la question de commencer
    par demander l’insertion d’une clause de sauvegarde,
    ils m’ont regardé comme un dangereux extremiste.

    Quand je leur ai expliqué que les institutions d’église disposaient d’un gigantesque patrimoine immobilier à vocation éducative et qu’il serait dont assez simple
    d’ouvrir un 1er lycée résidentiel hors contrat avec des professeurs jeunes retraités souhaitant participer à cette opération “aide aux mamans et aux bébés”,
    Savez vous ce qu’il m’a été répondu ???.

    1.”On ne va pas quand même enfermer ces filles dans des camps”.
    Faisant comme si nous parlions d’obliger qui que ce soit à garder son enfant.
    Nous parlons d’offrir une option et non pas une obligation.

    2.”Oui mais il existe déja plein de structures (sos tout petits etc)
    Faisant comme si nous parlions de créer un service social pour cas sociaux.
    Femmes abandonnées,femmes ex prostituées,ex droguées ,clandestines etc
    dont l’activité de grossesse consiste a regarder la TV et jouer à la marelle.
    Nous parlons d’une tenue des cours sans rupture du cycle pour des JF “NORMALES”.

    3.”Oui ,mais si on commence,on ne sait pas ou on ira avec trop de demandes”.
    Certes,mais il vous suffit de vous appuyer sur le bénévolat des professeurs
    qui sont libres de définir un cahier des charges.

    il ne s’agit surtout pas d’offrir un nouveau service social que l’état
    (régions,département) se sont toujours refuser à offrir.

    On ne peut pas demander à des particuliers avec des ressources limités
    de remplacer des institutions en défaut.

    Par exemple,offrir un service d’aide éducative cohérent avec des convictions personnelles.
    Des bénévoles croyantes (ie catholiques) offrent une aide cohérente à des JF
    qui partagent leur croyance.

    Il n’y a pas exclusion de la misère du monde (qui est à notre charge,cela va de soi)
    ,il y a cohérence d’une charité ordonnée.

    Nous ne doutons pas que d’autres croyants d’autres religions auront a coeur
    d’en faire de même pour les JF qui partagent leur foi.
    Idem pour les bénévoles athées ou agnostiques au service des JF de meme profil.
    Ensuite,si il y a de la place,ce sera du cas par cas.

    4.Les évêques de V2 sont contre….

    5.Si on commence,on va nous reprocher de ne pas avoir commencé
    plus tôt si cela réussit….vous vous rendez compte.

  • monhugo , 5 Sep 2013 à 1:10 @ 1 h 10 min

    Après le Nebraska et l’Iowa, le Wisconsin ! Comptez-vous faire tout le Midwest ? Voire les 50 Etats ?…..

  • Eric Martin , 5 Sep 2013 à 1:27 @ 1 h 27 min

    Si l’avortement baisse, pourquoi pas ? Les bonnes nouvelles sont si rares, de nos jours…

  • monhugo , 5 Sep 2013 à 1:48 @ 1 h 48 min

    Et un article “groupé” ?

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen