Le coût du stockage

Je ne fréquente plus les librairies parce que je n’y trouve presque jamais les livres que je cherche. J’ai, en permanence, une liste de quatre ou cinq bouquins à acheter et, à chaque fois que j’ai tenté ma chance en librairie, on m’a proposé de les commander. C’est pour cette simple raison que je commande mes livres sur Amazon.

Pourquoi, alors qu’on y trouve un rayon entier du dernier roman à la mode, le choix offert par librairies est-il si pauvre ?

Bien sûr, me direz-vous, le stockage coûte cher. Surtout en ville. Garder un ou deux exemplaires de la Démocratie en Amérique pendant des années pour satisfaire le fan de Tocqueville que je suis, ce n’est a priori pas très rentable.

Sauf, bien sûr, si le libraire vous fait payer ce service. Disposer, à deux pas de chez soi, d’un endroit où vous avez la quasi-certitude de trouver presque n’importe quel bouquin, c’est un service et pas des moindres.

Sauf que voilà, parce que le prix des livres est réglementé en France, c’est interdit.

Les seules structures qui peuvent supporter le coût d’un tel stock, ce sont les vendeurs en ligne : ils font d’énormes volumes et leurs entrepôts sont sans doute perdus en rase-campagne, là où ça ne coûte pas grand-chose.

Pour nos librairies, dès lors qu’elles ne peuvent pas nous facturer le coût du stockage, c’est impossible. Raison pour laquelle vous n’y trouvez plus qu’un rayon entier du dernier roman à la mode.

> le blog de Georges Kaplan (Guillaume Nicoulaud)

Lire aussi :
> À l’ombre des libraires en pleurs, par Joseph Dumont

Articles liés

29Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • fleurdenavet78 , 4 octobre 2013 @ 12 h 48 min

    C’est dommage de ne pas laisser une chance à votre libraire. Certes, il n’a pas vos livres en stock, mais si il peut vous les commander, c’est bien.
    Si nous commandons tous nos livres sur internet, ensuite, il ne faudra pas pleurer parce que les libraires auront disparus.
    Par ailleurs, il y a une joie gratuite, c’est de se promener dans les rayons de la libraire et de faire des découvertes.

  • mariedefrance , 4 octobre 2013 @ 13 h 22 min

    AMAZON subventionne LGBT.
    mais
    leur service est impeccable !

    Un choix à faire.

  • J.75 , 4 octobre 2013 @ 14 h 15 min

    Il existe aussi des librairies “spécialisées”, mais on ne les trouve que dans les grandes villes, ou aléatoirement ailleurs. Certaines de ces librairies spécialisées ont des sites où l’on peut commander leurs ouvrages.
    Donc en effet Amazon est plus commode pour trouver un livre que d’aller dans une librairie “lambda”.

  • Elsebou , 4 octobre 2013 @ 16 h 49 min

    Un livre n’est pas un bien d’urgence on peut très bien attendre deux jours pour le recevoir et ne pas enrichir les multinationales comme amazon. Une petite librairie de quartier est sympa, c’est notre culture et n’est pas en Amérique ici avec leur Mall

  • Daniel , 4 octobre 2013 @ 19 h 52 min

    Pour la Démocratie en Amérique, il y a aussi Google Book

    Pour l’étudiant en sciences Politiques, celui – ci peut les imprimer à faible coût chez des entreprises d’impression à grand tirage.

  • Isaie , 5 octobre 2013 @ 7 h 54 min

    Le service d’Amazon n’est pas si impeccable que vous le dites. En effet, si vous commandez un ouvrage édité par un groupe ne travaillant qu’à la commande, vous risquez de vous voir lire que l’ouvrage n’existe plus. Cela est arrivé à plusieurs de mes amis qui ont commandé une étude en deux volumes sur la Genèse que j’ai écrite, éditée aux éditions BOD.

  • Isaie , 5 octobre 2013 @ 7 h 57 min

    Je suis bien d’accord avec vous. De plus on peut discuter, échanger et recevoir des avis qui peuvent être fort utiles. Alors qu’avec Amazon, on ne fait que commander on reçoit et c’est fini.

Les commentaires sont clôturés.