Sans Le Pen, Sarkozy ferait jeu égal avec Hollande

Élection présidentielle. L’Ifop a réalisé pour Le Journal du Dimanche du 5 février un sondage sans les candidats encore loin d’atteindre les 500 signatures : Marine Le Pen, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Hervé Morin, Frédéric Nihous, Christine Boutin, Carl Lang, Nicolas Miguet

Huit candidats seulement ont donc été proposés aux sondés. “De la politique-fiction” selon Jean-Marie Le Pen. A ce petit jeu, François Hollande obtiendrait au premier tour 33 % des voix (+ 3,5 points), comme… Nicolas Sarkozy (+ 8,5 points). François Bayrou atteindrait 17 % (+ 4,5 points), Jean-Luc Mélenchon 9% (+ 1 point), Eva Joly 3 % (+0,5 point) et Nicolas Dupont-Aignan 3% (+ 2 points). L’abstention exploserait, passant de de 14 à… 22% ! L’Ifop n’a pas testé l’hypothèse d’un second tour.

Le sondage montre que la majorité de l’électorat de Marine Le Pen est de droite et que l’UMP a, a priori, tout intérêt à ce qu’elle soit absente de l’élection.

Les réactions du Président dimanche dernier (“Vous ne voulez tout de même pas que je l’aide !”) ou du Premier ministre jeudi, sur France 2, (“Je pense que c’est du bluff !”) vont dans ce sens. La gauche gagnerait, elle, à ce que Marine Le Pen participe à l’élection…

La candidate du Front national disposerait de 300 promesses de parrainages. Elle a 40 jours pour en trouver au moins 200. On estime à entre 700 et 800 le nombre de promesses nécessaires pour avoir la certitude d’obtenir finalement les 500 signatures. Le Front national a récemment fait appel à une société de phoning et Marine Le Pen a annulé certains déplacements pour se consacrer à la collecte des promesses de signatures manquantes.

Une absence de candidature du Front national à l’élection présidentielle pourrait avoir des conséquences lourdes pour la droite aux élections législatives qui suivent et pousser certains individus, révoltés par ce qu’ils considéreraient comme une injustice, à des actes violents.

Autres articles

2 Commentaires

  • Pierre-H , 5 Fév 2012 à 13:08 @ 13 h 08 min

    Je ne pense pas que l’UMP cherche à exclure Marine Le Pen de la course, ce serait contreproductif pour Sarkozy…

    La théorie du complot est toujours séduisante sur le papier, mais si on se souvient de la campagne de 2007, Nicolas Sarkozy désirait secrètement que JMLP les obtienne afin de sécuriser un réservoir de voix à sa droite. Surtout, la présence d’un candidat plus “extrême” que lui (Villiers ne pesait pas assez lourd pour cela) évitait de se retrouver dans la position inconfortable de candidat par défaut de la droite ET de l’extrême droite, ce qui aurait aliéné les voix centristes (Bayrou culminait à 19%).

    Mais surtout, les réactions du FN (et de nombreux Français animés un tant soi peu par certains idéaux démocratiques) à ce scandale accuseraient directement l’UMP, dont le candidat serait alors directement sanctionné par les électeurs FN – et par les autres – au second tour. Le sondage ne prend à mon avis pas assez cette logique de “sanction” tant que l’éventualité de l’absence de MLP ne s’impose pas encore aux esprits…

    Et puis pour finir, le FN nous fait le même cinéma à toutes les élections : la victimisation a toujours été pour eux un efficace levier électoral. Je ne nie pas les difficultés du FN à obtenir ses parrainages, mais tous les petits partis sont concernés. Seulement, les chasseurs ou les trotskystes ont des militants ou des sympathisants dévoués qui quadrillent le terrain sans relâche… On ne peut pas en dire autant du FN dont la plupart des candidats aux cantonales avaient à peine envie de l’être…

  • Gédéon , 9 Fév 2012 à 10:29 @ 10 h 29 min

    Belle rhétorique. On voit que ce n’est pas vous qui courrez après les promesses. Encore un bien informé qui ne l’est pas

Les commentaires sont fermés.