Débat de la présidentielle : François Asselineau VS Marine Le Pen après une question sur l’Europe

Débat de la présidentielle : François Asselineau VS Marine Le Pen après une question sur l’Europe

Autres articles

2 Commentaires

  • Charles , 6 Avr 2017 à 9:21 @ 9 h 21 min

    Paradoxalement, ils ont tous les deux raisons.
    Chacun selon ses moyens.

    1.La position de Marine
    Marine approche les 30 % des électeurs du 23 Avril, elle doit donc
    à la fois maintenir cette avance et tenter de faire “mollir” ceux qui pourraient la soutenir le 7 Mai.
    Donc il lui faut faire un grand écart entre les 2 chaises.
    Sa position d’une démarche “négociatrice-Pre-T-50 ” (avant de sortir la carte T-50) à Berlin Bruxelles est tout à fait cohérente
    D’autant plus qu’elle a une vision “globale” qui implique les 4 pays du Sud Les GRESPI, Grèce, Espagne, Portugal, Italie.
    Si la France sort, alors les autres devront, au moins sortir de l’euro,
    impliquant une coordination avec la France, d’ou l’option “négociation”.
    La meilleure manière de sortir du piège actuel c’est de coordonner.
    Il est enfantin de croire que l’UERSS et l’Euro rigide pourraient survivre à une sortie de la France qui est au centre géographique Nord-Sud de l’UE.
    Donc, il faudra une négociation/coordination.
    Le Royaume Uni est un cas à part du fait de son insularité
    et de sa position financière dominante plus de son lien avec les EUA.
    Londres, sur la base du référendum, peut jouer seul la carte T-50.
    Pour autant, sa tactique de négociation actuelle (dite post 50) après avoir joué la carte T-50 gagnerait d’avoir une simultanéité avec les pays latins.

    2. Asselineau
    A quel seuil se trouve t-il dans les sondages. Ou sera t il le 23 Avril ?
    Au mieux, il fera 1.5 Million de voix, ce qui sera déjà énorme.
    Il recrute sur un segment étroit qui l’autorise à prendre des positions radicales, telles que une sortie directe de l’UERSS
    avec le même article T-50. Cependant, il oublie que la France
    n’a pas les mêmes moyens que le RU.
    On sait bien que in fine, il faudra sortir de ce leurre germanico-nazi.

  • Charles , 6 Avr 2017 à 9:30 @ 9 h 30 min

    Ce qui est dommage c’est que Marine n’a pas encore sorti son joker.
    A savoir, la formalisation d’une coordination des pays du Sud
    au travers d’une CONFEDERATION des nations libres.

    De même, elle n’arrive pas à trancher de manière explicite sur le plan B
    en version monnaie commune flexible au lieu de monnaie unique rigide.
    Cette formule, permettant le retour du Franc en format Euro Franc
    pour rassurer les trouillards d’une sortie de l’Euro.

    La conséquence étant la possibilité de créer ex nihilo un fond monétaire Européen (FME) selon le principe fondateur du FMI, afin de conforter les monnaies faibles et les pays en difficulté. Ce FME étant un “panier ”
    de devises du Sud, complété ou non par les monnaies du Nord.
    Les devises étant “apportées ” par les banques centrales du GRESPI & France

Les commentaires sont fermés.