Les 100 jours pour réformer (sauver !) la France

imaginés par Guillaume Peltier :

 

(Cliquez pour zoomer)

Autres articles

17 Commentaires

  • a400m , 5 Mai 2016 à 16:44 @ 16 h 44 min

    illisible mais en agrandissant

  • Psyché , 5 Mai 2016 à 17:14 @ 17 h 14 min

    La France est morte.
    Victime de la concurrence des mémoires,
    Victime des “Lumières”*
    Victime de la Maçonnerie
    Victime du parasitisme financier
    Victime de la promotion des vices au plus haut niveau
    Victime de l’immigration massive
    Victime de l’UE et de l’impérialisme américain
    Victime d’elle-même et de son laisser-faire
    La France est définitivement morte

  • Marino , 5 Mai 2016 à 17:15 @ 17 h 15 min

    * Guillaume Peltier

    Le 6 janvier 2016, il est nommé porte-parole des Républicains, en tandem avec Guillaume Larrivé, Valérie Debord et Brigitte Kuster

    Guillaume Peltier adhère en 1996 au Front national de la jeunesse (FNJ), mouvement de jeunesse du Front national. Sous la direction de Samuel Maréchal, père de Marion Maréchal-Le Pen

    Guillaume Peltier quitte le Front national en août 1998, déclarant ne pas vouloir se rendre « complice » de la croisade antimégrétiste

    Après la scission entre Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret, Guillaume Peltier prend parti pour le second et assiste au congrès fondateur du MNR à Marignane

    En 2002, après avoir obtenu 2,89 % des suffrages exprimés aux élections législatives dans la sixième circonscription de la Marne, il est condamné à un an d’inéligibilité par le Conseil constitutionnel qui avait été saisi par la Commission nationale des comptes de campagne

    En 2003, il devient secrétaire général du MPF

    En 2006, le trésorier du MPF, Bruno Georges, décide également de démissionner. Guillaume Peltier est très critique à l’égard de la politique de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, qu’il qualifie à cette époque d’imposteur

    Le 25 juin 2009, est annoncée son adhésion à l’UMP

    À partir de septembre 2011, il fait partie de la cellule Ripostes réunie autour de Brice Hortefeux pour défendre le bilan de Nicolas Sarkozy dans les médias dans la perspective de l’élection présidentielle de 2012

    En juillet 2012, il lance le mouvement « La Droite forte » avec le conseiller régional d’Île-de-France Geoffroy Didier et dépose la marque « La Droite forte » en vue du congrès de l’UMP

    En février 2013, dans le cadre de la direction « partagée » entre Jean-François Copé et François Fillon, il devient vice-président de l’UMP au titre des mouvements, lors de la seconde vague de nomination après celle de janvier, en plus du vice-président délégué Luc Chatel, en poste depuis novembre 2012.

    Le 21 janvier 2015, il est nommé, par le nouveau président de l’UMP Nicolas Sarkozy, secrétaire national fonctionnel aux fédérations professionnelles et coordonnateur adjoint des élections régionales

    Le 6 janvier 2016, il est nommé porte-parole des Républicains, en tandem avec Guillaume Larrivé, Valérie Debord et Brigitte Kuster

    * Vous êtes convaincus ?

  • Psyché , 5 Mai 2016 à 17:30 @ 17 h 30 min

    Le seul espoir que cette nation mort-vivante serait une reprise en main directement par l’armée.
    Je reste persuadé que cette éventualité est morte-dans’l’oeuf, les “républicains” y veilleront.
    La France est morte …

  • rudi , 5 Mai 2016 à 17:36 @ 17 h 36 min

    en gros pire qu’une girouette, lui elle tourne toujours grâce a vent ! lui tourne en fonction de ses intérêts ! ces gens n’ont aucunes convictions, e ne sont donc que des inutiles!

  • Paule C , 5 Mai 2016 à 17:44 @ 17 h 44 min

    Il fait comme tous les autres, ni plus, ni moins ! Aucune crédibilité.

  • Droal , 5 Mai 2016 à 17:54 @ 17 h 54 min

    On a beau chercher, on voit mal ce qu’il y a à sauver dans cette partie Ouest de l’espace Schengen.

Les commentaires sont fermés.